Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 05 mars 2008

Men in Trees 2x09, Charity Case

Men in Trees est (enfin) de retour, et j'étais ravie de retrouver Elmo, ses mâles brut de fonderie, ses femmes attachantes, et tout particulièrement les abdos de Cash (enfin, quand même, je pense qu'il est torse nu pour 95% de son temps d'antenne, si c'est pas pour nous mettre l'eau à la bouche, ça!). Mais finalement, ce que j'aime particulièrement chez Cash, c'est le "Princess" qu'il donne à tout va à Marin. C'est à la fois tellement tendre et tellement complice, d'autant plus qu'il n'y a pas (plus) d'ambiguité entre eux deux. Bref, un délice.

C'est un épisode tout en douceur, qui ne laissera pas de souvenir impérissable... Le souci, c'est quand même que la dernière fois que l'on a vu Jack, il était perdu en mer sur un radeau de survie en pleine tempête, et c'est vrai qu'il est complètement absent de l'épisode, sauf lors des 5 dernières minutes, lorsque le Chief vient annoncer la nouvelle à Marin.

Et cette annonce, c'est vrai que je l'ai attendue lors de tout l'épisode, qui s'englue un peu autour de Patrick qui n'aime plus les oeufs à peine cuits (on s'en fout!), ne sait plus s'il sait nager (mais saute dans l'eau, donc!) et reproche à sa mère et sa fiancée d'attendre trop de lui (d'un autre côté, elles peuvent difficilement l'oublier du jour au lendemain!). Sara et Eric, qui ont décidé de faire abstinence, ne l'oublions pas, décident néanmoins de vivre ensemble, avec le chouia de tension sexuelle que cela entraine... et Eric débarque à la fin de l'épisode avec ce que j'ai pris pour des ceintures de chasteté moyennâgeuses (je pense que l'effet est voulu, dites moi que je ne suis pas la seule à l'avoir cru une demi-seconde!)... sauf qu'il s'agit de baudriers d'escalade, ce qui devrait leur permettre de libèrer leurs énergies ;) Quant à Jane et Sam, leur vrai gros problème, c'est qu'ils partent pour six mois à New York, et que la garde robe de Sam, composée exclusivement de chemises type bucheron trouées et/ou déchirées, n'est pas hyper adaptée aux activitées prévues par Jane. Mais bon, l'important, c'est d'aimer le cadeau, pas l'emballage ;)

Et évidemment, Marin, qui adore mettre les pieds dans le plat, découvre que Cash est gravement malade, en parle à Annie, et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, tout Elmo est au courant. L'occasion fait le larron et Marin transforme sa nuit cinéma sous les étoiles en oeuvre de charité... "Cash for Cash", ce que l'intéressé n'apprécie que moyennement, même si à la fin tout est bien qui finit bien :)

mardi 04 mars 2008

Mètres Linéaires et Mètres Carrés

Bon, j'ai beau avoir une bonne douzaine de mètres carrés de mur en bibliothèque, quand il s'agit de caser 400 bouquins (format poche, Dieu merci!), ça demande quand même un peu de réflexion... et de manutention!

Parce que oui, la semaine dernière j'ai récupéré, en héritage si on peut dire, les oeuvres complètes ou incomplètes d'un paquet d'auteurs de Science Fiction, Anticipation et Science Fantasy... Asimov, Hubbard, Herbert, Bradburry, VanGogt, Simmons, Pohl... et deux nanas qui m'ont l'air prometteuses, Marion Zimmer Bradley et Ann McCaffrey. J'ai donc potentiellement de la lecture pour les quelques années à venir ;)

Lumière du Couchant

coucher de soleil

J'adorais les tableaux de William Turner quand j'étais plus jeune... Et j'ai tout oublié, sauf qu'il peignait de magnifiques couchers de soleil sur l'océan. Bon, moi, je n'ai pas d'océan sous la main, seulement la campagne ;)

lundi 03 mars 2008

La Minute Linguistique

Bon, deux points à aborder pour cette minute linguistique. (Partez pas... revenez!).

La semaine dernière, je soutenais mordicus à un collègue que non, l'expression "Autant pour moi" ne peut s'écrire que... avec un "Autant". Vérification faite aujourd'hui, l'origine de l'expression est militaire, et elle s'écrit bien "Au temps pour moi", sauf que vu que tout le monde a oublié son sens originel, elle s'écrit aujourd'hui communément "Autant pour moi" (Source: Académie Française). Un bon usage de la langue française voudrait donc que l'on utilise "Autant pour moi" lorsque l'on souhaite la même chose que quelqu'un, et "Au temps pour moi" lorsque l'on reconnaît s'être trompé. Mea Culpa, j'ai donc envoyé un "Au temps pour moi" à mon p'tit collègue, et ce fut dur ;)

Et hier, je tombais sur un article du Monde plutôt drôle, qui s'ingéniait à répertorier les traductions du désormais célèbre "Casse-toi, pauvre con" du Salon de l'Agriculture 2008. Je vous mets donc le lien vers What does "Casse toi, pauvre con" mean in English? et je me permet de rajouter qu'effectivement, la traduction du International Herald Tribune me paraît pas mal, même si je ne suis pas sûre que le "then" soit nécessaire. FWIW :)

Spéciale Dédicace pour La Sorcière



(et encore, les plus jolis sont posés près de son lit, évidemment...)

dimanche 02 mars 2008

Damages 1x01: Get Yourself a Lawyer

A force de voir l'affiche 4x3 à un feu tous les matins, j'ai eu envie de jeter un coup d'oeil à cette série, dont La Sorcière n'a pas encore parlé (scandale!!)... et suite à ce premier épisode, ma foi, je suis relativement convaincue.

Déjà, le milieu légal, j'aime bien. Sur ce thème, je suis une grande fan de John Grisham qui arrive toujours à concocter des suspenses tous plus prenants les uns que les autres (La Firme, l'Affaire Pélican...). Et pour le coup, dans cette série, c'est vrai que l'on termine l'épisode assez perplexe.

Deux histoires en parallèle... La première, c'est celle d'une jeune femme, Ellen, tout juste sortie de Law School et qui est embauchée par Patty Hewes, une avocate extrèmement professionnelle et extrèmement efficace, mais, on le devine, aux méthodes qui sont certainement peu orthodoxes. Et Patty a été engagée pour représenter les intérêts de salariés de l'entreprise d'un certain Frobisher, qui les a encouragés à investir dans sa compagnie avant de tout vendre lui-même... façon délit d'initié. Et l'on découvre dans ce première épisode que Patty est une superbe manipulatrice. ! SPOILERS! En effet, la belle soeur d'Ellen, Katie, est une des seules personnes qui peut prouver que Frobisher est coupable. Patty vire également devant Ellen son bras droit, qui avait pris Ellen sous son aile, afin qu'Ellen puisse lui faire des confidences en toute confiance. Et enfin, Patty va jusqu'à faire tuer brutalement le chien de Katie en faisant croire que c'est Frobisher le coupable... décidant ainsi Katie à témoigner.

La seconde intrigue se déroule six mois plus tard... Ellen, à moitié nue et couverte de sang, quitte précipitamment l'appartement de Patty. Et quand la police mène l'enquête, l'on découvre chez Ellen son gentil fiancé, battu à mort. !FIN DES SPOILERS!

Je dois avouer que j'ai particulièrement aimé une petite scène au début de l'épisode... Ellen refuse une offre d'embauche formulé par un certain Nye, qui mettait tout de même $150000 sur la table. Et Nye la retrouve le soir même, et lui demande de signer au verso d'une de ses cartes de visites... avant d'écrire "I've been warned" au-dessus de la signature, et de lui redonner la carte. Six mois plus tard, c'est évidemment lui qu'elle choisit comme Avocat.

J'ai trouvé Glenn Close très convaincante, et je dois avouer que le décalage de la série entre les jeunes, idéalistes et naïfs, et les vieux, manipulateurs et à la main de fer dans un gant de velours, m'a bien plu.

samedi 01 mars 2008

Stargate Atlantis 4x19: The Kindred part II

Bon, je ne peux pas dire que ce sera un épisode qui me laisse un souvenir impérissable... même si je suis un peu soulagée: un instant j'ai eu peur qu'on nous ait ramené Beckett pour le tuer aussitôt, et franchement, vu qu'on l'a déjà vu mourir pendant un épisode complet, je n'étais pas enthousiaste. Mais non, pour le coup, voilà notre Beckett enfermé dans un caisson d'hibernation à la fin de l'épisode, en attendant que la jolie Dr Keller trouve un antidote à son souci de détérioration de ses cellules. Parce que oui, ce Beckett là est un clone, que Mickael shootait toutes les semaines pour le garder en bonne forme. Mais le shootait à quoi, mystère...

Pour résumer l'épisode, Keller découvre que Beckett est un clone. Vu qu'il suit Mickael depuis deux ans, il a des infos intéressantes. Mais c'est peut être un piège, ou pas. John l'emmène quand même, et ils tombent dans une embuscade. Mais ils capturent un type qui a également des infos intéressantes. Pendant ce temps, Teyla retrouve son peuple. Elle convainc presque Kenaan de l'aider. Mickael lui fait une injection. Il repart. Il revient, et tue tous ses hybrides en devenir. John & Cie arrivent à cette nouvelle adresse. Ils délivrent les petits copains de Teyla. Nouvelle embuscade. Beckett sauve Teyla. Mickael reprend Teyla. John et Cie ramènent Beckett sur Atlantis et le congèlent.

Je retiens quand même à quel point McKay a l'air humain dans cet épisode... il est terriblement troublé de retrouver Beckett... mais surtout, très heureux. Et j'ai beaucoup aimé son émotion à la fin, et son "See you later". J'aime aussi également le fait que Beckett prenne aussi le temps d'écrire à sa maman (c'est tellement lui!), et surtout, son énergie dans cet épisode. Il a une farouche détermination à aller de l'avant et à prendre son destin en main. Quant au geste de Ronon au moment de lui dire au-revoir, il est adorable...

Ce que Veulent les Femmes (What Women Want)

La comédie romantique idéale pour cloturer une dure semaine... Nick, un homme irrésistible (Mel Gibson) est surtout un "homme à hommes"... disons que c'est le genre d'hommes auquel tous les autres veulent ressembler, même si vu de l'intérieur, finalement, il est loin d'être enviable. Mauvais mari, mauvais père, mauvais amant, et totalement aveuglé par son machisme.

ce que veulent les femmes mel gibson
Tous droits réservés

Nick Marshall: What's the difference between a wife and a job? After 10 years a job still sucks.

Heureusement pour lui, et ce n'est pas sans rappeler Un Jour Sans Fin, un p'tit coup de surnaturel va lui permettre d'entreprendre de grands changements dans sa personnalité. Le voilà en effet qui se met à entendre les pensées des femmes. De toutes les femmes. Ses collègues, ses assistantes, sa femme de ménage, et toutes celles qu'il croise dans la rue... et une fois passé l'instant de panique, lorsqu'une psychologue lui fait entrevoir le pouvoir que cela lui confère... il saute à pieds joints dans l'aventure.

J.M. Perkins: If you know what women want, you can rule!

Finalement, cela tombe plutôt bien puisque le poste qu'il convoitait a été attribué à une femme, et que son "don" va lui permettre de lui couper l'herbe sous les pieds. Manque de chance, non seulement il va beaucoup apprendre auprès d'elle sur un plan professionel, mais en plus... il va en tomber amoureux. Et lorsque son plan machiavélique réussit et que Darcy (Helen Hunt) se fait évincer, il va devoir cravacher pour qu'elle reprenne la place qui lui revient de droit, mais également pour regagner son coeur.

C'est un film léger et drôle, qui ne peut que plaire aux femmes. Aux hommes sans doute moins, je gage que peu sont enthousiastes à l'idée de découvrir que oui, les femmes ne se privent pas de réflexions grivoises sur telle ou telle partie de l'anatomie masculine, et encore moins d'entendre les pensées qui traversent l'esprit d'une demoiselle qui s'ennuie au lit... pendant que l'homme s'active. Mais ça donne un film enlevé, avec un Mel Gibson qui joue le grand jeu sur Sinatra, et je dois dire que c'est difficile de résister au charme de la Bande Originale et au fameux "I'm a bitch, I'm a lover, I'm a child, I'm a mother, I'm a sinner, I'm a saint..." de Meredith Brooks (et non de Alanis Morissette! l'album qu'il ouvre et écoute, c'est bien celui de Meredith Brooks, même si juste avant on voit la pochette d'Alanis...).

Pour terminer, c'est vrai que j'aime beaucoup les acteurs pour le coup cantonnés (malheureusement!) aux seconds rôles, je pense à Lisa Edelstein, Marisa Tomei, Mark Feuerstein... et ça me fait toujours bien plaisir de les retrouver.

Réalisé par Nancy Meyers. Avec Mel Gibson, Helen Hunt, Marisa Tomei, Lisa Edelstein, Mark Feuerstein. Sorti le 14 Février 2001.

vendredi 29 février 2008

Et vous?



Si vous voyez tourner cette danseuse dans le sens des aiguilles d'une montre, c'est que vous utilisez votre cerveau droit. Si vous la voyez tourner dans l'autre sens, vous utilisez le cerveau gauche.

Les sujets hémisphère gauche focalisent sur la logique, l'analyse, et aiment l'exactitude. Les sujets hémisphère droit focalisent sur l'esthétique, le ressenti et la créativité.

GAUCHE: Logique, séquentiel, rationnel, analytique, objectif, s'intéresse aux détails.

DROIT: Intuitif, aléatoire, irrationnel, synthétique, subjectif, s'intéresse à la totalité.

Il semblerait qu'il suffise de se concentrer pour la faire changer de sens, mais perso, je n'y arrive pas, elle tourne toujours dans le sens des aiguilles d'une montre! Et je n'arrive même pas à ne serait-ce que commencer à imaginer comment le cerveau peut représenter une image en mouvement de deux manières différentes...

jeudi 28 février 2008

Mmmmmmmmmmmmm

J'me demande bien à propos de quoi je pourrais écrire un billet. J'ai été à moitié tentée tout à l'heure de prendre une photo des framboises qui feront long feu dés qu'elles auront décongelé. C'est relativement joli avec les reflets de givre... mais je n'en ai pas eu l'énergie. Après des jours à aller au lit à des heures indues (et deux verres de Sauvignon), je crois que je suis en train de sombrer vers une sorte d'état semi-comateux.

Et puis à la demande expresse des petiots qui voulaient des coloriages d'Ursula (la méchante pieuvre) on a google-isé sur la Petite Sirène, et on vient de trouver de nouveaux dessins de la demoiselle, encore plus aguicheuse qu'à son habitude (ici). Du coup, ils en ont complètement oublié Ursula. V'là Pitchoun #2 qui s'allonge par terre, jambes repliées, la tête dans les mains, et qui me dit "j'veux c'lui où elle est com' ça". Elle commence sérieusement à me courir sur le haricot, la Petite Sirène. D'autant qu'en ce moment, vu qu'on me court sur le haricot toute la journée (vous avez une expression plus ringarde encore, que je m'en serve?), j'ai le démarrage rapide. "Tequila, Coups de Gueule à toute Heure". Chouette, non, comme slogan?

mercredi 27 février 2008

Donald: 3, Tequila: 0

Je ne vous ai pas encore présenté la bête la plus roublarde du foyer... le shetland. Môôôôsieur doit faire un régime, je l'ai donc séparé de ses petits camarades le week end dernier. Sauf que ça n'a pas l'heur de lui plaire (ce que je comprends, mais c'est pour son bien) et du coup, tous les soirs, il faut que je mette en place une contre-mesure au nouveau stratagème qu'il a inventé dans la journée pour mettre les voiles de son parc.

Je ne peux pas m'empêcher d'admirer sa ténacité (et la mienne!) ;)

shetland

Y'a mes origines qui remontent!

Parce que oui, je suis Ch'ti... j'ai pas retrouvé celles qu'avait compilé mon frangin à une époque, mais j'ai quand même mis la main sur quelques-unes...Alors pour le plaisir...

Mr et Mme ARDELPIC ont un fils : Helmut
Mr et Mme BIEREQUEJPREFERE ont un fils : Michel
Mr et Mme BOFRAIRE ont 2 filles et 2 garçons : Sheila, Sim, Camille, Edmond
Mr et Mme DESGROS ont une fille : Esméralda
Mr et Mme ESSIQUIEN ont une fille : Jessica
Mr et Mme GéDéPATATES ont un fils : Germain
Mr et Mme NADBARAQUE ont un fils : Arthur
Mr et Mme QUINQUIN ont 2 fils : Thor, Mathieu

Et je ne résiste pas à rajouter un lien...

mardi 26 février 2008

(...)

I am standing on the sea shore,
A ship sails in the morning breeze and starts for the ocean.
She is an object of beauty and I stand watching her
Till at last she fades on the horizon and someone at my side says:
"She is gone."

Gone! Where?
Gone from my sight - that is all.
She is just as large in the masts, hull and spars as she was when I saw her
And just as able to bear her load of living freight to its destination.
The diminished size and total loss of sight is in me,
not in her.

And just at the moment when someone at my side says,
"She is gone",
There are others who are watching her coming, and other voices take up a glad shout:
"There she comes"
- and that is dying.

An horizon and just the limit of our sight.
Lift us up, Oh Lord, that we may see further.

- Prayer from Bishop Charles Henry Brent (1862-1929)

Two Funerals par Bear McCreary

Issu de la saison 1 de BSG

Ce n'était pas une journée très gaie au boulot... et en écoutant les ballades irlandaises lors de la cérémonie, j'ai pensé à cet air... Je sais qu'il y en avait un autre de la même tonalité (aussi pour des funérailles), mais spontanément, je ne le retrouve pas... Appel aux spécialistes!

J'ai aussi cherché sur YouTube et Daily Motion, mais sans trouver de clip avec les images... dommage.

lundi 25 février 2008

Fixe pour des tas d'années...

lee adama kara thrace promo saison 4
Tous droits réservés

J'avoue avoir honteusement piqué cette photo sur le site de ma copine La Sorcière. Parce que je la trouve extrèmement jolie, et très sensuelle, moi, cette photo promo.

Pour les incultes (pardon!), il s'agit de Lee Adama et de Kara Thrace, de la série BattleStar Galactica. Tour à tour ennemis et amis, simples collègues ou amants, tournés vers un même objectif, ou farouchement opposés l'un contre l'autre. La constante, c'est la passion avec laquelle ils se détestent, s'ignorent, se font du mal... mais surtout avec laquelle ils s'aiment.

Et je suis impatiente de les retrouver à l'écran.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .