Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 17 avril 2008

Anniversaire -1 Jour

Cadeaux: achetés! emballés!
Gâteau: commandé!
Assiettes/serviettes en papier/gobelets thème Ratatouille: OK!
Idées d'activités indoor pour les invités à la giga-fête: zéro!
Nombre d'invités ayant confirmé leur présence: 1!
Champomy au frigo: OK!
Guirlande Joyeux Anniversaire: à accrocher demain matin aux aurores! (penser à se coucher avant l'aurore, si possible)

Vous l'aurez compris, à la maison, les petiots ne parlent plus que ça, c'est l'un des événements de l'année, Pitchoun #1 va avoir 5 ans. 5 ans...

Il y a cinq ans, j'avais bien du mal à m'endormir sachant que tôt le lendemain matin je partais au bloc opératoire pour une extraction forcée dudit Pitchoun. Et je n'imaginais absolument pas à quel point ce p'tit bonhomme allait changer ma vie...

Je lisais justement un billet sur le blog chocolat de Shalima à propos des familles nombreuses... un billet plein d'humour qui explique que l'image de leur famille, ce sont les 5 brosses à dent alignées près du lavabo. Et effectivement, la famille, c'est ça. Se rendre compte qu'on cuisine pour 4. Que l'on consomme 15 litres de lait par semaine. Que les grasse mats' ne sont qu'un lointain souvenir. Qu'on sait se lever la nuit complètement au radar. Qu'un pleur, si lèger soit-il, vous éveille, vous angoisse, et vous coupe la respiration. Qu'on roule en monospace ("c'est tellement pratique pour les enfants") au lieu du coupé Porsche de ses rêves. Qu'on dépense plus d'argent dans les chaussures des petiots en une année que pour les siennes en 5 ans... Mais au final, c'est tellement de bonheur...

mercredi 16 avril 2008

De l'Impatience Masculine

P'tit tour en ville ce midi pour dénicher les cadeaux d'anniversaire de Pitchoun #1, et je n'ai pas pu m'empêcher de constater que malgré le soleil et la chaleur (enfin, 16°C), les femmes n'ont pas encore sorti leur tenue de printemps, mais les hommes, si. Ces messieurs se promènent en chemise ou en veste, tandis que ces dames sont encore en manteau et bottes.

A mon avis, les hommes claquent les tenues légères pour persuader les femmes de faire de même, par mimétisme. Je parierais qu'ils sont impatients de voir à nouveau les jupettes voletter dans le vent et de profiter d'une vue plongeante sur les décolletés féminins. Je me trompe?

mardi 15 avril 2008

Bon, je sais...

... je ne raconte rien d'intéressant. Certes. Mais c'est pas une raison pour ne rien dire! Comment ça, "si"?

Pour tout vous avouer, je suis en vacances. Des vacances qui se résument à travail le matin (je sais, ce n'est pas le principe des vacances... mais bon...), famille qui loge à la maison, petiots avec qui jouer (les miens, donc je veux bien), et puis un p'tit coup de garagiste pour le tracteur par ci, un p'tit coup de véto pour les juments par là, des courses parce que 7 à table, ça consomme, une fête d'anniversaire à préparer (vendredi)... pour l'instant seuls les parents d'un petiot ont pour l'instant répondu à l'invitation... les autres vont-ils venir ou non, mystère... et des cadeaux à acheter alors que le principal intéressé a rédigé une liste longue comme le bras et change d'avis toutes les deux minutes. Château fort Playmobil? Bulldozer Playmobil? Tracteur Claas de chez Bruder? Bateau de pêche Playmobil? Camion de pompiers Bruder? Faucheuse pour le gros tracteur à pédale (en rêve qu'elle existe, celle-là!)? Le seul truc constant, c'est une peluche dragon de chez Doudou-Shop, dont acte, elle est commandée.

J'oubliais (et c'est pourtant le plus important!)... premier coup de soleil de l'année ;)

Et le Gagnant est...

avions de ligne

lundi 14 avril 2008

Le Puy du Fou : Les Chevaux

Fin d'après-midi consacrée au cheval pour ma part, du coup je me suis dit qu'il était grand temps que je poste sur un parc magnifique situé dans mon coin, Le Puy du Fou. Et si vous oubliez deux minutes toutes considérations politiques, c'est vraiment un parc extraordinaire, que je vous invite vivement à visiter. Cerise sur le gâteau si vous aimez les chevaux, vu que quasiment tous les spectacles incluent des chevaux à un moment ou à un autre, vous comprendrez que c'est un véritable enchantement... c'est d'ailleurs la plus grande académie de spectacle équestre d'Europe, si je me souviens bien.

puy du fou

puy du fou

puy du fou

puy du fou

dimanche 13 avril 2008

BattleStar Galactica 4x02: Six of One

Fichtre, voilà un épisode bien tassé qu'il me faudrait revoir deux fois rien que pour les moments où j'ai raté ce qu'il se disait tout occupée que j'étais à repèrer les thèmes musicaux connus, et légèrement remaniés... et quel délice de retrouver celui du BaseStar, et un autre que j'aimais beaucoup à l'époque, celui de Good Lighter (les experts, corrigez-moi si je me trompe!). C'est vraiment un bonheur de regarder une série faite par des professionnels pour qui enthousiasmer les oreilles est aussi important que titiller notre esprit et nous en mettre plein les mirettes.

Ce que je vais retenir de cet épisode, ce n'est pas la prise de pouvoir des Six, ni la liaison entre Gaius et Tori, ni la mise des points sur les "i" entre les deux vieux (et il y a de la tendresse dans ce terme), mais surtout Lee et Kara, et peut être aussi Bill et Kara. Parce que les Adama, dans cet épisode, on ne voit qu'eux.

Car Lee fait ses adieux à Kara, au BattleStar, et à sa femme, dans cet ordre. A moins que ce ne soit déjà son ex-femme, même s'il porte encore son alliance, sa petite phrase à Dee "You got the house" est quand même un certain sous-entendu. En tous les cas, c'est bon de les voir se quitter sans, semble t-il, (trop) d'amertume, mais avec surtout une grande tendresse. Et c'est le BattleStar tout entier qui rend hommage à Lee, sous forme d'une haie d'honneur et d'une ovation au moment de son départ, avec beaucoup d'émotion de la part de tous, sauf peut être de Tigh, impassible. Je dois avouer que j'ai aussi beaucoup aimé son passage dans la salle de briefing des pilotes, son regard qui s'attarde sur chaque fauteuil, les échos de voix que nous entendons, et qu'il entend certainement également... la voix de Kara qui le provoque, et les voix... des "absent friends". Ceux qui ont disparu, sans nul doute, et auxquels il a porté un toast lors de la soirée précédente, mais en particulier, enfin, on le devine, celle qui n'est pas là parce qu'elle est en tôle pour avoir tenté d'assassiner la Présidente: Kara.

Concernant la petite scène dans la "salle de pause" des pilotes, j'adore vraiment cette ambiance entre ces gars et ces filles qui risquent chaque jour leur vie et cohabitent dans des quartiers exigus. L'alcool, le tabac, les strip-games, la désinhibition complète, et au milieu de tout ça, Lee qui va porter 6 toasts en vidant à chaque fois cul sec un verre de ce qui ressemble fort à du liquide hydraulique, distillé clandestinement, sans nul doute...

Lee: To Galactica! To the Men and Women of Galactica! To the Admiral! Who commands the Men and Women of Galactica! To our Sweethearts, Husbands and Wives! To Absent Friends!
(Sweethearts avant Wives, tiens donc!)

Et j'ai beaucoup aimé tout ce qui se trame autour de Kara. Kara qui rappelle à la Présidente qu'elle n'a pas hésité à mettre sa vie en jeu pour retourner sur Caprica chercher la flèche d'Apollon parce que la Présidente avait compris son importance lors d'une vision. Kara qui lui demande pourquoi la Présidente refuse de la croire alors qu'elle, elle a des preuves du fait qu'elle a trouvé la Terre. Kara qui devient dingue à l'idée de ne plus retrouver la Terre parce que la Flotte est partie dans la direction opposée... et une seule personne qui lui fait confiance: Lee. Avec qui l'adieu solennel sous forme de poignée de main devient en un instant, sur l'impulsion de Kara, infiniment plus approprié à leurs personnages.

Et la fin de l'épisode, pendant laquelle Adama Senior rend sa liberté à celle qu'il considère comme sa fille. S'il ne veut et ne peut mettre toute la flotte en danger en suivant l'intuition de Kara, il refuse également de priver Kara d'un éventuel retour sur Terre. La voilà donc libre de quitter le BattleStar pour suivre sa destinée, qui, on le sait, était pourtant liée à la perdition de la race humaine.

Kara: So you think I'm right?
Bill: Maybe, maybe not. But I know she is, the President. She's been right all along, I'm tired of losing... I'm tired of turning away from the things I want to believe in, and I believe you when you say that you'll die before you stop trying, and I won't lose you again. Now, go, find a way to Earth.


(Et je crois que La Sorcière a écrit sa meilleure review de toute sa vie de bloggeuse sur cet épisode, alors allez la lire. En plus, elle, elle fait des captures d'écran. Merci ma grande. Manque plus que un ou deux passages sur You Tube, et ce serait top. Cliquez ici ;))

Il fait frais, non, ce matin ?

samedi 12 avril 2008

D'expérience

Je peux vous dire que laisser tomber une bouteille de cidre pleine par terre, ça n'a pas grand intérêt. Non seulement ça explose en mettant du cidre et des bouts de verre partout, mais en plus, une fois épongés les 75 cl (minus ceux absorbés par le canapé, évidemment), ça colle terriblement. Et ça colle toujours même après un premier lavage. Le seul point positif, c'est la délicieuse odeur de pomme à cet endroit précis de la maison. Mais franchement, ça ne pèse pas lourd comparé aux inconvénients :)

Cellular

Bon, à part nous permettre de revoir le joli minois (et les biceps) de l'Homme-Torche (Les 4 Fantastiques, ici et ), ce n'est quand même pas un film super intéressant. Quelques (interminables) poursuites en voiture, un ou deux braquages amateurs, de belles cascades, et des extérieurs qui font tout de même un petit peu rêver, mais à part ça... Bon, d'accord, les gars se sont fait plaisir avec les voitures... de la Jeep au gros 4x4 en passant par la Porsche, j'imagine bien que certaines scènes ont été plus sympas à recommencer que d'autres.

95 minutes de pub pour Nokia, c'est quand même aussi un chouia longuet, mais purée, son téléphone, au p'tit Ryan, il est quand même super top. Non seulement il fait camescope haute def, mais il enregistre les numéros des 50 derniers appels (Si, si, je vous assure, 50, vous m'avez bien lue!), et se recharge en quelques minutes chrono. Autonomie moyenne, mais vu qu'il sert également à faire le café, à sauver les femmes en détresse et est un super prétexte pour faire le guignol en voiture, on lui pardonne.

chris evans celular
Tous droits réservés

L'histoire, c'est celle d'une femme qui se fait enlever, et qui réussit à bricoler un téléphone défoncé (elle est prof de sciences, ça tombe bien) pour passer un appel. Elle tombe sur un brave gars (le hasard fait bien les choses) qui va tant bien que mal tenter de venir à son secours. Bien sûr, il n'a pas tout à fait l'habitude de ce genre de choses, donc il cafouille un peu, mais là aussi, on lui pardonne, parce qu'il y mets quand même beaucoup de bonne volonté. Il faut bien dire qu'il n'est pas super futé de nature, mais vu la greluche qu'il drague, ce n'est pas trop une surprise (moi, jalouse du physique de la demoiselle? Non, quelle idée stupide!).

Réalisé par David R. Ellis. Avec Kim Basinger, Chris Evans (II), Eric Christian Olsen. Sorti le 17 Novembre 2004.

vendredi 11 avril 2008

Ne le Dis à Personne

Je dois avouer que j'ai toujours des hésitations avant de regarder un film français qui ne soit pas une comédie, mais celui-là, il m'a quand même bien plu, un chouia long mais point de vue suspense, pas de soucis, il y a tous les ingrédients.

L'histoire, c'est celle d'Alex, qui, huit ans plus tôt, a vu son amie d'enfance, devenue entre temps sa femme, être enlevée... puis retrouvée morte, assassinée par un tueur en série arrêté peu après. Et depuis, de manière extrèmement romantique (!), Alex n'a pas refait sa vie, au contraire, il ressasse encore les circonstances du drame... jusqu'au jour où un email mystérieux lui permet de voir Margot, filmée en direct par une webcam. A partir de là tout bascule... et il se retrouve accusé de plusieurs meurtres, et poursuivi par la police alors qu'on lui a fixé un rendez-vous qu'il ne veut, ne peut, manquer sous aucun prétexte.

françois cluzet

Tous droits réservés

Et je dois avouer que même moi qui suis relativement familière de ce genre de suspense alambiqué, je n'ai pas démêlé l'écheveau plus vite que le héros, à part une ou deux ficelles un peu plus grosses. La seule chose que je reprocherais vraiment au film, ce sont les méchants, un peu trop caricaturaux à mon goût, surtout la femme d'ailleurs. L'utilisation à répétition de la prise Vulcain m'a laissée sceptique, tout comme certaines scènes de bagarre, peu crédibles. J'aime assez les bagarres à l'américaine, celles qui ne permettent pas de douter que le poing a effectivement rencontré violemment la figure de l'adversaire.

Ceci dit, regardez-donc ce film, qui est quand même très bien ficelé, et n'insistez pas, je ne vous raconterai pas le dénouement ;) Pour terminer, c'est fou comme François Cluzet fait plus jeune que son âge. Pour un type né en 1955, il court encore super bien! Kristin-Scott Thomas ne vieillit d'ailleurs pas non plus, elle est toujours aussi jolie (et froide) que dans 4 Mariages et un Enterrement, et son accent est toujours un enchantement à entendre...

Réalisé par Guillaume Canet. Avec François Cluzet, André Dussollier, Marie-Josée Croze, Kristin Scott-Thomas. Sorti le 01 Novembre 2006.

Mes Visiteurs du Matin

renard

renard

faisan

renard et faisan

Bien sûr, cela rendrait mieux si mes vitres étaient plus propres ;) Et évidemment, le renard était beaucoup plus intéressé par les mulots que par le faisan, vers lequel il n'a pas esquissé le moindre geste, à peine lui a t-il jeté un regard...

jeudi 10 avril 2008

Benjamin Gates et le Livre des Secrets

Ce second opus reprend tous les ingrédients du premier... une chasse au trésor, des indices, une réalité historique, de l'exploration, de l'humour (beaucoup d'humour), des personnages hauts en couleur, de la technologie, et un méchant que l'on ne peut pas tout à fait haïr (le sublime Ed Harris). Secouez le tout, versez, et c'est encore plus savoureux que le premier opus, qui m'avait déjà bien plu (relisez donc mon avis, ).

Ce qui est frustrant, c'est d'avoir tant aimé Indiana Jones, de ne jamais avoir accroché aux ersatz qui surfaient sur cette même vague archéolo-aventuro-romantique, et puis finalement, hop, petit claquement de doigts et Disney sort une saga fichtrement plaisante qui éclipserait facilement notre vieil Indy et son éternel combat contre les Nazis, qui prend du coup un petit coup de vieux. Je me surprenais même à imaginer les attractions fabuleuses que Disney pourrait ajouter à ses parcs en reprenant les décors :) Comment ça, j'anticipe?

L'histoire se déroule quelques temps après le premier... Benjamin est retournée vivre chez son père, laissant à Abigail leur fabuleuse demeure. Riley, quant à lui, cherche toujours la célébrité... et la femme de sa vie. Mais voici qu'à la fin d'une conférence, Gates Senior et Junior voient leurs propos contredits par un descendant de John Wilkes Booth, l'homme qui a tué Abraham Lincoln. D'après les preuves que présente celui-ci, le cerveau derrière l'assassinat aurait été le l'arrière grand-père de Patrick Bates... et voici nos héros embarqués dans la quête d'une Mystérieuse Cité d'Or. Quête qui va les mener du Cabinet de la Reine à Buckingham Palace au Bureau Ovale à la Maison Blanche, avec un petit détour parisien, juste le temps de bluffer deux de nos policiers à vélo!

Ben Gates: [about to break into Buckingham Palace, unbeknownst to Abigail] I appreciate you trying to help, but it's kind of a bad time right now.
Abigail Chase: A bad time?
Ben Gates: It's a bad time.
Abigail Chase: I just flew all the way to England to help you, and...
Ben Gates: You're the one making a scene here.
Abigail Chase: I'm not making a scene!
Riley Poole: [over the mike] Wait, Ben, we *want* to make a scene...
Ben Gates: [screams at the top of his lungs] Well, fine! If that's how you want it, let's have it out right now!
Riley Poole: Ah, so subtle.
(...)
Ben Gates: [in security lock-up in Buckingham Palace] So when did you realize it was a fake argument?
Abigail Chase: When did you realize that I was actually arguing during the fake argument?
Ben Gates: Right in the middle there, at the part where I'm always wrong. Which I don't understand, because when I assume I'm right, and it turns out my assumption is correct, how is that wrong?
Abigail Chase: When you make a decision without asking me, and you *happen* to be right, you just got lucky.
Ben Gates: [long pause] Well, I get lucky a lot.


benjamin gates nicolas cage
Tous droits réservés

C'est drôle, c'est futé, les séquences s'enchaînent vite et bien, pas le temps de s'ennuyer, juste celui de se dire "Non, ils ne vont tout de même pas oser...", et puis si, ils osent. Cerise sur le gâteau, les décors sont toujours aussi joliment réalisés, et les héros sont quand même sacrément beaux gosses. Et j'adore écouter Benjamin Gates résoudre ses énigmes sans jamais doute de rien.

Sadusky: There is a book and it has the information you need. The President's Book of Secrets. A collection of documents for President's eyes only. The truth behind the JFK conspiracy. The missing minutes from the Watergate tapes. And of course, Area 51.
Ben Gates: It contains all of our nation's secrets. I need to see that book.
Sadusky: The only way you'll ever see that book is if you get elected President.


Réalisé par Jon Turteltaub. Avec Nicolas Cage, Diane Kruger, Jon Voight, Justin Bartha, Ed Harris. Sorti le 13 Février 2008.

mercredi 09 avril 2008

Est-ce que vous devez vous inquièter...

quand votre fils aîné vous dit que vous seriez encore plus jolie avec des cornes dans les cheveux, comme un carnotaure?

Pour les incultes (!), le carnotaure, c'est le grand méchant du dessin animé de Disney, Dinosaures... plus de renseignements sur l'animal ici... et tant que j'y suis, le coloriage, c'est .

(Faux) Poisson d'Avril

C'est vrai que quand ce week-end j'ai appris qu'une Université Américaine avait décidé de s'installer dans mon village de 2,000 habitants (Bécon les Granits!), malgré le sérieux de mes informateurs (qui se reconnaîtront!), j'ai eu un doute. Gros, le doute. Genre plutôt de la taille d'un thon que d'une sardine.

Ceci dit, j'avais tort de douter puisqu'un petit tour sur internet m'a permis de vérifier l'information relayée entre autre par les Échos et citée en exemple dans un blog au titre prometteur: "Quelles stratégies pour attirer des investissement exogènes dans son territoire?"...

Bon, je crois qu'il est temps que je fasse un blog bilingue ;)

St Edwards University (Austin, Texas)

mardi 08 avril 2008

Les Pigeons

Dans un livre que j'aime beaucoup, Je ne sais pas Comment Elle Fait de Allison Pearson, il y a un fil rouge (parmi d'autres) représenté par un couple de pigeons. Et Kate-la-tueuse qui voudrait être Kate-la-maternelle et se transforme en Kate-l'inaccessible avant d'être Kate-l'épanouie nous raconte l'histoire de ce couple de pigeons qui s'est installé sur son rebord de fenêtre en plein quartier des affaires londonien.

Alors c'est vrai que lorsque hier matin, au bureau, j'ai vu ce couple de pigeons commencer à bâtir son nid dans les sapins juste de l'autre côté de mes fenêtres, j'ai pensé à Kate.

Lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .