Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 24 août 2008

Le Musée de la Marine (Paris)

Cap avec les trois pitchouns vers le Musée de la Marine, situé au Trocadéro. C'est le mois d'août, je me gare à 100 mètres à peine de l'entrée, le stationnement est gratuit, j'adore Paris dans ces conditions (et avec un GPS, sans GPS, je ne vois même pas comment on peut faire pour s'y retrouver).

Le Musée de la Marine, donc, c'est surtout des maquettes. De superbes maquettes, anciennes ou récentes, de bateaux eux-même anciens ou récents. La plupart font plusieurs mètres de long, avec un souci du détail qui laisse rêveur, sans compter que l'éclairage d'ambiance est parfait (un peu juste pour les photos, par contre !).

musée de la marine paris

Les petiots ont également beaucoup aimé voir quantité de tableaux retraçant de grandes batailles navales, avec les bateaux en flammes. Les tempêtes ont également la côte, surtout quand les bateaux sont en train de se briser sur les récifs... peu de compassion à cet âge là, mais ils repèrent quand même bien quand des rescapés sont visibles, accrochés à des tonneaux ou dans les canots de sauvetage, ouf !

Outre les maquettes historiques, les salles remplies de figures de proue où les retrouve également des décorations de poupe et de bouteille (j'ai tout bien retenu !), les maquettes et le film liés à l'Ifremer, il y a également l'histoire de la marine de guerre, depuis les premiers cuirassés à nos jours, ainsi qu'un assortiment de maquettes de bateaux de toutes sorte, depuis les cargos aux paquebots en passant par les porte-containers. Bref, on en a pris plein les yeux. On passe dans la salle réservée à Éric Tabarly, devant un trophée Jules Verne, une optique de phare, d'anciens cordages...

musée de la marine paris

Au final, tout cela a bien parlé aux Pitchouns, qui se sont extasiés régulièrement et m'ont posé des tas de questions diverses et variées. Il n'y avait pas d'autres enfants, mais je n'ai vu que des regards bienveillants dans leur direction, sans compter les personnes qui se sont spontanément adressées à eux pour leur faire remarquer tel ou tel détail.

musée de la marine paris

Pour terminer, très jolie boutique, avec plein de choses pour les enfants (livres, maquettes, bateaux en bois...) et également de plus belles pièces (euh, plus chères aussi !) pour les grands que la marine passionne. La boutique est accessible sans payer l'entrée, pensez-y si vous avez des cadeaux à faire ;) Et enfin, le vestiaire est obligatoire et gratuit, et ça, c'est très appréciable.

Site Internet du Musée

samedi 23 août 2008

La Cité des Enfants 2/7 ans (Cité des Sciences)

Pour notre escapade parisienne, je mets le cap avec les Pitchouns vers la Cité des Enfants... pour évacuer tout de suite l'aspect pratique, notez qu'il s'agit bien de séances d'1h30, pour lesquelles on peut réserver son billet par internet. A l'heure dite, nous pénétrons donc dans un vaste espace dédié à l'apprentissage et à la découverte par le jeu, direction le chantier des petits, où les enfant doivent s'entraider pour construire une maison: amener les briques dans des chariots, charger et manoeuvrer une grue, assembler les murs... tout cela c'est très bien, le seul bémol, c'est qu'une fois que tout ce petit monde a revêtu la tenue obligatoire, gilet de chantier rouge et casque jaune, c'est super difficile de repèrer ses enfants. Surtout 3 :)

Quand les petiots se lassent, on change de zone... On parcourt en entier la zone "Je me découvre" (je ne suis pas super convaincue, mais les petiots s'amusent visiblement), on commence à peine "Je sais faire", on fait en entier "J'expérimente", où les enfants patouillent joyeusement avec de l'eau, cette fois ci tous couverts d'un tablier bleu bien couvrant. Entre temps on a assisté au spectacle à propos de l'air, et je dois dire que c'est ce qui m'a le plus convaincue. Dans le ton de l'émission "C'est pas sorcier...", l'animatrice démontre les capacités de l'air au moyen d'expériences simples, ludiques, auxquelles les enfants sont invités à participer en donnant leur avis.

En effet, si le côté ludique des ateliers n'est pas à prouver, je veux dire par là que les enfants touchent à tout, appuient sur tous les boutons, manipulent facilement tout ce qui est à leur portée, d'un autre côté, toutes les instructions sont écrites, et sans un adulte pour lire, expliquer et éventuellement montrer, les petiots ne sont pas prêts de comprendre réellement le but de chaque expérience. Ceci dit, c'est ludique.

Concrètement, en 1h30, on a pas fait la moitié des zones, et encore moins passé du temps sur chaque atelier... je suppose qu'avec l'habitude on peut repèrer ce qui est le plus intéressant et y aller directement, à moins qu'il ne faille préparer la visite grâce au site internet plus sérieusement que je ne l'avais fait. En tous les cas, ce n'est pas le jour même, avec trois enfants à surveiller qu'on peut prendre le temps de jeter un oeil sur les animations environnantes !

Dans l'ensemble, c'est plutôt bien fait, même si les séances d'1h30 sont certainement trop courtes... et même si les accompagnateurs sont fortement mis à contribution, y compris pour ranger les zones d'activité à la fin de la session !

N'oubliez pas de passer à la boutique de la Cité des Sciences, tout ce qui y est proposé m'a semblé fort intéressant. J'ai repéré d'immenses squelettes de dinosaures à monter soi-même :) sans compter les livres, le rayon astronomie, le rayon entomologie... bref, une vraie caverne d'Ali-Baba.

Et enfin, nous avons copieusement déjeuné au restaurant Le Hublot, assis à une table avec vue directe sur les poissons de l'aquarium... Je vous le recommande, service aimable, rapide, dans une salle aux tables bien séparées les unes des autres, ce qui n'est pas négligeable quand les enfants parlent fort et gesticulent beaucoup ;)

jeudi 21 août 2008

Dinosaures 3D (La Géode)

Escapade à la Géode pour aller regarder le film Dinosaures en 3D... j'y emmène mes pitchouns et un copain à eux, vu qu'ils ont déjà regardé plusieurs fois Jurassic Park, je me dis qu'ils ne seront qu'à peine plus impressionnés. C'est ma première errreur ;) Ceci dit, en fait, ce n'est même pas le film en 3D qui stresse Pitchoun #1 au point de vouloir quitter la salle, c'est le Show Multimédia qui précède. Entre la musique qui résonne soudain de tous côtés, les lumières, les flashs et les espèces de vortex qui se dessinent devant nos yeux, je ne suis finalement pas étonnée qu'il trouve ça inquiètant. D'autant que la salle en elle-même est impressionnante, avec ses rangées de sièges presque à la verticale des unes des autres.

Bref, le générique n'a pas encore démarré que le plus vieux des Pitchouns éclate en sanglots, il faut dire aussi qu'il est n'est pas assis directement à mes côtés, auxquels se trouvent les deux plus jeunes, l'un à gauche et à l'autre à droite. Ca, c'est ma deuxième erreur. Ceci dit, une fois réfugié dans mes bras, il se calme. "Dans les bras" étant un bien grand mot puisque les deux autres ont chacun saisi un bras qu'ils tiennent fermement.

Le film raconte l'histoire de deux dinosaures, au travers principalement du paléontologue qui les a découverts. Ce qui est un peu dommage, c'est qu'encore une fois il s'agit de dinosaures dont je n'ai jamais entendu parler auparavant (sûrement parce que je ne suis jamais allée en Patagonie !): le giganotosaure (carnivore) et l'argentinosaure (herbivore)... nous suivons la naissance et la vie d'une femelle giganotosaure et d'une mâle argentinosaure il y a je-ne-sais-plus-combien-de-millions-d'années grâce à des flash-backs, tandis que dans le présent le paléontologue nous emmène sur les sites de ses découvertes majeures... et dans son musée. C'est vrai qu'au final il doit presque y avoir moitié-moitié, et c'est vrai aussi qu'il y a de longues séquences de survol des plaines de Patagonie, pas forcément passionnantes. Mais le commentaire est intéressant, facile à suivre, didactique, et pas complètement dénué d'humour. Les séquences avec les dinosaures sont plutôt bien réussies, sans être aussi effrayantes que celles à quoi je m'attendais. Pas de scène de chasse sanglante, par exemple. Globalement, pas de blessures, pas de sang... et si l'on est témoin de l'extinction des dinosaures, c'est traité sans dramatisation.

Au final, le film a bien plu, et les pitchouns sortent enthousiaste. Ils se sont régulièrement cramponnés à moi, mais bon, c'est bien le but de ce genre de films ;) A noter que l'amour propre de Pitchoun #1 en a pris un coup, mais je suis quand même très fière qu'il ait rassemblé le courage d'aller s'asseoir sur son siège pour regarder la fin du film...

Site internet de La Géode

mercredi 20 août 2008

Quand j'étais petite...

... j'accompagnais mes parents à des conférences qui se tenaient le soir dans un amphi du Musée d'Histoire Naturelle de ma ville. Et finalement, ce que j'aimais le plus, c'était que l'on s'introduisait de nuit dans ce musée que je connaissais par coeur. Vitrines éteintes, éclairage de sécurité, c'était facile d'imaginer des tas de scénarios plus effrayants les uns que les autres, d'autant plus qu'à l'époque, ce musée était terriblement triste et glauque, rempli de (fabuleuses) collections poussièreuses et d'animaux naturalisés mangés par les mites.

Aujourd'hui, je serai au Musée d'Histoire Naturelle de Paris. Pour voir des squelettes, des cailloux, et des bêtes en tous genres. Et j'attends cela avec encore plus d'impatience que mes petiots :) On a même révisé nos classiques (La Nuit au Musée) pour l'occasion !

mardi 19 août 2008

Romanesque

Je sais que je lis trop de romans, mais hier j'ai sorti pour les petiots une vieille boite à bijoux. Enfin, un coffret méticuleusement transformé en boite à bijoux. Sauf que je n'ai pas besoin de boite à bijoux (ma belle-mère m'en a déjà offerte deux, sans compter celles que j'avais moi-même achetées !) et que les petiots avaient besoin d'un coffre au trésor.

Et en enlevant la doublure du coffret et le baguier, j'ai un instant imaginé que j'allais trouver un vieil héritage familial. Une vieille bague avec une pierre somptueuse, un pendentif, ou même une broche. Ou une lettre d'amour. Un vieux secret. Quelque chose.

Mais il n'y avait rien. Du tout.

Je suis incorrigible :)

lundi 18 août 2008

The Virgin Suicides

J'adore les films à énigmes, mais j'aime surtout quand les énigmes sont résolues à la fin. Ou quand il y a une fin, justement. Sofia Coppola et moi, on ne serait pas copines, définitivement. Je n'avais déjà rien compris à Lost in Translation, et je dois avouer que je n'ai pas compris grand chose à celui-ci, que du coup j'ai trouvé super long (1h37 pourtant, c'est pas la mer à boire).

virgin suicides
Tous droits réservés

Evidemment, c'est toujours plaisant de voir Kirsten Dunst, qui est quand même fort jolie, surtout entourée de 4 soeurs aussi blondes (mais pas aussi jolies, faut pas pousser) qu'elle. J'aime habituellement beaucoup les cheveux longs de Josh Hartnett, mais là, c'est p'têt un p'tit peu trop. Heureusement qu'on a le temps de l'admirer quand il porte son costume en velours, de couleur bordeaux s'il vous plaît, sinon ce serait vraiment du gâchis.

L'histoire, c'est celle de 5 soeurs vénérées par 4 gars "bien comme il faut" de leur quartier. Et lorsque la plus jeune (13 ans) se suicide, apparemment sans raison, et que les 4 autres sont placées sous haute surveillance par leur mère, la vénération tourne à l'obsession. Qui sont-elles ? Comment vivent-elles ? Comment les atteindre ? Comment les aider ? Nos p'tits gars ne pensent qu'à elles et vont se mettre en quatre pour elles. Je vous l'ai dit, franchement, je ne suis pas fan. Je n'ai absolument pas vu l'intérêt du film, et j'ai attendu en vain qu'il se passe quelque chose qui ne soit pas inévitable...

Réalisé par Sofia Coppola. Avec Kirsten Dunst, James Woods, Kathleen Turner, Josh Hartnett. Sorti le 27 Septembre 2000.


dimanche 17 août 2008

Wicker Park

Encore un joli film mi-dramatique, mi-romantique avec Josh Hartnett, à qui le rôle de l'amoureux qui perd pied avec la réalité va à merveille. Deux ans plus tôt, Matt et Lisa filent le parfait amour à Chicago, et Matt est dévasté lorsque Lisa disparaît du jour au lendemain, sans donner aucun signe de vie, alors qu'il vient de lui proposer d'emménager ensemble.

Aujourd'hui fiancé à une autre femme, Matt croit revoir Lisa dans les toilettes d'un restaurant, et se lance sur sa piste... je ne vais pas vous dévoiler les ficelles de l'intrigue... très bien ficelée par ailleurs (!), parce que ce serait fort dommage.

wicker park josh hartnett diane kruger rose byrne
Tous droits réservés

Les deux actrices principales sont merveilleuses chacune à leur manière, entre la belle jeune femme qui reste lumineuse même lorsqu'elle est malheureuse, et celle plus banale dont le regard s'allume lorsqu'enfin l'homme qu'elle aime la regarde. C'est une histoire d'amour à la fois terrible et merveilleuse, avec un fond de tragédie shakespearienne, et menée sur un suspense inquiètant. L'on sait que quelque chose ne tourne pas rond, sans parvenir immédiatement à mettre le doigt dessus... mais lorsque les pièces se mettent en place...

Réalisé par Paul McGuigan. Avec Josh Hartnett, Diane Kruger, Rose Byrne, Matthew Lillard. Sorti le 26 Janvier 2005.

Saint Lunaire (Ille-et-Vilaine)

saint lunaire nocturne

saint lunaire nocturne

saint lunaire nocturne

saint lunaire nocturne

samedi 16 août 2008

évidemment...

... puisque je suis à la maison sans (trop de) pollution lumineuse, puisque je ne cherche pas (encore) à dormir, et puisque je suis au courant qu'il y a une éclipse en cours... la lune est bien cachée derrière les nuages.

Elle était suffisamment visible tout à l'heure pour que je sorte mon bouquin, monte l'appareil sur le trépied, prépare les réglages, la télécommande, et sorte le tout dehors. Depuis, je ne l'ai pas revue.

Maximum maintenant ? Mmmmmm. Dommage.


Le Dahlia Noir

Je ne sais pas ce que vaut le livre, mais j'ai été assez séduite par le film, même si j'ai décroché par moments... je ne pense pas qu'il y ait quoi que ce soit à y redire, si ce n'est le choix des actrices féminines, mais je suis persuadée que nombre de gars me diront le contraire. Acteurs masculins, par contre, très bien :) Et voir Josh Hartnett nu ne gâche rien, évidemment. Scarlett Johansson qui caresse les cheveux de mon Josh pendant qu'ils font l'amour, par contre, j'aurais pu m'en passer, mais j'arrête, après vous allez croire que je suis possessive !

dahlia noir Scarlett Johansson Josh Hartnett
Tous droits réservés Metropolitan Film Export

C'est un film policier noir, très noir, à une période que j'aime beaucoup... les années 40, en Californie. Deux flics, anciens boxeurs, tentent de déméler l'écheveau d'un meurtre horrible, celui d'une aspirante starlette retrouvée défigurée, éviscérée, les os brisés, et découpée en deux. Bleichert prend soin de son père, Blanchard vit avec Kay, une femme au passé douloureux et sombre, et s'ils vont former un triangle amoureux au fil du temps, nos deux flics ont chacun une croisade à mener, à la fois pour leur propre intérêt et pour le bien de la société.

Officer Dwight "Bucky" Bleichert: [voiceover] Always she'd be there. Never between us; always in the middle.

dahlia noir Scarlett Johansson Josh Hartnett Aaron Eckhart
Tous droits réservés Metropolitan Film Export

C'est un film avec quantité de dialogues, quantité de détails, magnifiquement écrit et réalisé. La chronologie est parfois complexe, sans que l'on s'y perde pour autant... Je dois avouer que j'ai trouvé certaines répliques très belles ou très drôles, surtout dans un contexte aussi noir, et c'est tout le miracle de ce film.

Officer Dwight "Bucky" Bleichert: He shouldn't have quit fighting.
Kay Lake: I asked him to. Besides, police work gives him a sense of order. Do you have a girlfriend, Dwight?
Officer Dwight "Bucky" Bleichert: I'm saving myself for Rita Hayworth.


C'est un film à voir, et pas seulement pour les fesses de Josh Hartnett. Promis.

Réalisé par Brian De Palma. Avec Josh Hartnett, Aaron Eckhart, Scarlett Johansson, Hilary Swank. Sorti le 8 Novembre 2006.

Can You Keep a Secret, par Sophie Kinsella

Voilà de la "chick lit" (littérature de fille !) comme je l'aime... drôle, inspirée, légère, sans pathos d'aucune sorte.

L'histoire, c'est celle d'Emma, qui révèle par inadvertance tous ses secrets à son voisin de siège lors d'un vol en avion un p'tit peu mouvementé. Tout ce qu'elle aime, tout ce qu'elle déteste, tout ce qu'elle cache... rien de bien important, mais il y a quand même deux ou trois révélations un peu gênantes à propos de ses sous-vêtements, et peut-être aussi de sa vie sexuelle et amoureuse. Mais après réflexion, ce n'est pas bien grave, ce n'est pas comme si elle allait le revoir. Ou comme si il était le riche président-fondateur de la boite pour laquelle elle travaille. Ou comme s'il avait lui aussi un secret dont elle se retrouve dépositaire. Et encore moins comme s'ils avaient eu le coup de foudre.


vendredi 15 août 2008

Le Parc Balzac, le Lac de Maine, le Front de Maine (Angers)

A force d'éviter le plus possible d'aller "en ville", je finis par oublier qu'Angers est une ville superbe, et je l'ai re-découverte ce matin de manière inattendue en ayant mis mon vélo et celui des petiots dans la voiture, direction le Lac de Maine (220 hectares, moitié lac, moitié parc).

chateau angers maine

A l'origine je pensais juste à un petit tour dans le parc dont les larges allées au revêtement uniforme sont parfaites pour mes cyclistes en herbe. Et puis finalement, nous voilà à remonter le long de la Maine vers le centre ville, avec sous les yeux un superbe panorama.

chateau angers maine

chateau angers maine

De là, nous obliquons vers le Parc Balzac (47 hectares), superbement planté... nous tournons à droite, à gauche au gré des intersections... au bout d'un moment les petiots bifurquent systématiquement lorsqu'ils voient un pont en bois... pour le plaisir de rouler dessus.

parc balzac angers

Nous passons entre les prés des Vaches Highlands et des Baudets du Poitou, on évite parfois de justesse les collisions frontales avec une poussette/un jogger/un cycliste (rayer la mention inutile) mais globalement, les allées sont toutes à nous, ou presque.

vache highland

Retour au Lac de Maine pour investir les jeux... avant de retourner à la voiture. On a pédalé six kilomètres, et on en a pris plein les mirettes. Et les jambes. Enfin, surtout les petiots, moi je suis évidemment dans une forme olympique :)



Pirates !

dessin bateau pirate enfant 5 ans

Après tant d'années de gribouillages, je ne me lasse pas de voir Pitchoun #1 dessiner pour de vrai...


jeudi 14 août 2008

Ame Soeur

Je suis allée jeter un coup d'oeil sur Amazon aux reviews obtenues par Chasing Harry Winston, et je suis tombée sur celle-ci...



Je répète cette maxime tous les jours à mes garçons qui se chamaillent verbalement (non pas qu'ils l'appliquent pour autant !) ;)

Chasing Harry Winston, par Lauren Weisberger

En voilà un à côté duquel je suis complètement passée... je ne sais pas si je n'étais pas d'humeur ou s'il est vraiment mauvais, mais je me suis ennuyée ferme en lisant les aventures de ces trois trentenaires New-Yorkaises. Qu'elles sont insipides ! Les femmes, et les aventures. Les hommes aussi, d'ailleurs, heureusement qu'il y a une ou deux scènes croustillantes pour réveiller quelques minutes l'intérêt du lecteur.

L'histoire, c'est celle de trois trentenaires qui se donnent une année pour changer un point précis de leur vie. Il y a Emmy, celle qui n'a eu que trois hommes dans sa vie, et qui vient de se faire larguer par le dernier, un crétin fini, au bout de 5 ans. Et puis Adriana, la bombe sexuelle brésilienne qui collectionne les hommes et n'a jamais travaillé de sa vie. Et enfin, Leigh à la vie de rêve... un travail valorisant, un super appart', et le petit ami idéal.

Emmy se donne pour objectif d'avoir une aventure sans lendemain avec un homme de chaque continent. Adriana d'avoir une relation monogame, durable et le plus gros diamant possible sur sa bague de fiançailles. Quant à Leigh... c'est d'être enfin séduite par son fiançé riche, célèbre, fidèle, et fou amoureux d'elle.

Le pitch était relativement alléchant, le problème, c'est que c'est écrit avec une extrème platitude, que les aventures de nos héroïnes sont très convenues, qu'il manque des passages essentiels, et que par contre moult détails sont complètement inutiles. Il me fait l'effet d'un livre commandé pour surfer sur la vague de célébrité qu'a connue Lauren Weisberger, et bâclé le plus rapidement possible.


< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .