Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 29 décembre 2008

StarGate Atlantis 5x19: Végas

J'attends toujours avec une certaine curiosité les épisodes qui nous emmènent à la rencontre de nos héros tels qu'ils sont dans une réalité parallèle, ou alternative. C'est un artifice, pas de doutes, mais ça permet de les entrainer sur des chemins qu'ils ne prendraient pas habituellement. Tout comme de proposer une bande son incroyablement moderne, et une réalisation également hors de l'ordinaire, à la manière d'une série qui cartonne... Les Experts.

L'on retrouve donc Sheppard, simple flic, en train d'enquêter sur un tueur en série dont les victimes sont larguées dans le désert au large de Las Végas... En enquêtant sur les traces de radiations détectées sur les victimes, le voilà qui met la main sur son coupable lors d'une partie de poker dans un Casino, pour découvrir à ses dépends la force surhumaine du... Wraith. Alors qu'il a la ferme intention de mettre les voiles avec l'argent qu'il a découvert sur la scène du dernier crime, c'est pourtant lui qui va découvrir la nouvelle cachette du Wraith, et empêcher celui-ci de transmettre les coordonnées de la Terre à ses petits copains de Pégase.

stargate atlantis vegas john sheppard
Tous droits réservés

J'ai donc beaucoup aimé cet épisode, même si c'est vrai que cela ne fait pas avancer le schmilblick alors qu'il s'agit de l'une des dernières intrigues de la série... J'ai adoré voir Sheppard au volant de son vieux cabriolet, cow-boy moderne mais tout aussi solitaire, rattrappé par ses démons alors que dans notre réalité il leur fait face. J'ai beaucoup aimé également cette idée du Wraith qui s'identifie au mouvement gothique et au Heavy Metal pour se fondre dans la masse humaine sous son maquillage, utilisant à son avantage ce qu'il ne peut dissimuler... y compris sa voix. Un peu moins enthousiaste par contre à l'idée que les agissements de cette réalité vont avoir des répercussions... sur la notre.

Bref, tout à fait convaincue... malgré quelques WTF au début, avant de me laisser porter par l'intrigue, les découvertes et les clins-d'oeil :)

dimanche 28 décembre 2008

Calendrier de l'Avent Playmobil 4155: Noël en Forêt

Calendrier de l'Avent Playmobil 4155 Noël en Forêt

Calendrier de l'Avent Playmobil 4155 Noël en Forêt

Je dois avouer que j'aurais bien préféré moins d'espèces et plus de familles, parce qu'à part les cerfs qui ont l'avantage d'être au complet, et les renardeaux qui sont deux avec un adulte, les autres me font bien solitaires ! Ceci dit, ce calendrier a eu le mérite de nous approvisionner en animaux en tous genres et en légumes divers, ce qui ravit les Pitchouns :) (et vu qu'à la base, c'est quand même surtout pour eux, les Playmobil...)

Le Père Noël a subi une grande amélioration par rapport à notre autre exemplaire, issu de la boite 3604: la tenue et la coupe de barbe sont maintenant beaucoup plus réglementaires... Je ne vous fais pas la liste des 7 différences, je suis sûre que vous pouvez toutes les trouver vous-mêmes :)

père noël Playmobil 3604 4155

Luxembourg-Ville: la nuit

Luxembourg-Ville: place Guillaume

Luxembourg-Ville: Palais Grand-Ducal









Luxembourg-Ville: cité judiciaire

Luxembourg-Ville: avenue de la liberté

samedi 27 décembre 2008

Playmobil 3604: Traineau du Père Noël

playmobil 3604 Traineau du Père Noël

Vous me direz que c'est un peu étonnant d'avoir associé un Ange au Père Noël... à moins qu'il ne s'agisse d'une fée ? Une petite fille avec des ailes, une baguette magique et une auréole, c'est quoi, au juste ?

Je me demande bien quel est le raisonnement derrière ce choix... S'agirait-il d'une tradition ou d'une légende Allemande ?

C'est l'heure de la sieste...

Même pour les plus sauvages de nos co-propriétaires ;)

chevreuils couchés

Luxembourg-Ville: le jour

Luxembourg-Ville

Luxembourg-Ville: bâtiments modernes

Luxembourg-Ville: monument de la Victoire

Luxembourg-Ville

vendredi 26 décembre 2008

Luxembourg-ville: de chaque côté des vallées...

Luxembourg-Ville: le Pont Adolphe
Le Pont Adolphe

Luxembourg-Ville: le viaduc Pulvermuhle
Le viaduc "Pulvermuhle"

Luxembourg-Ville: vue sur le Grund, le Kirchberg (quartier des affaires) en arrière-plan
Vue sur le Grund, le Kirchberg (quartier des affaires) en arrière-plan

Luxembourg-Ville: la vallée de la Pétrusse

Luxembourg-Ville: la vallée de la Pétrusse

jeudi 25 décembre 2008

Cathédrale Notre Dame de Luxembourg (Luxembourg-Ville)

En voilà une comme je les aime... chaleureuse (au propre et au figuré !), confortable, lumineuse, superbement entretenue et meublée. Un vrai plaisir pour les yeux, l'esprit, et le corps.

Cathédrale Notre Dame de Luxembourg

Cathédrale Notre Dame de Luxembourg

Cathédrale Notre Dame de Luxembourg

Cathédrale Notre Dame de Luxembourg

Cathédrale Notre Dame de Luxembourg

Cathédrale Notre Dame de Luxembourg

(Avec tout cela, Pitchoun #1 ne veut plus être lutin du Père Noël, plus tard, mais bâtisseur de cathédrales... moi qui suis en train de lire "World Without End", de Ken Fowlett, ça me parle tout à fait !)

mercredi 24 décembre 2008

Joyeux Noël !

crèche noël luxembourg

Simili-Rennes

A défaut d'avoir des rennes sous la main, nous sommes allés soudoyer les daims ce matin, au cas où dans la région ce soient eux qui soient sollicités par le Père Noël ;)

daims neufchef

daims neufchef

daims neufchef

mardi 23 décembre 2008

Magasin à thème...

magasin décorations noël
(Celle-là n'est pas sans me rappeler une photo prise par Marianne ;) ...)

magasin décorations noël cheval lumineux

Cathédrale Saint-Étienne (Metz)

La cathédrale Saint-Étienne de Metz (Moselle), est la cathédrale de France qui posséde la plus grande surface de vitraux — près de 6 500 mètres carrés — et présente les plus grandes verrières gothiques d’Europe. Avec 41 mètres sous voûte, sa nef est la troisième plus haute de France (merci Wikipédia !).

Vitraux Cathédrale Saint-Étienne de Metz

Vitraux Cathédrale Saint-Étienne de Metz

Vitraux Cathédrale Saint-Étienne de Metz

Vitraux Cathédrale Saint-Étienne de Metz

Sur un plan personnel, je l'ai trouvée très sombre (impossible de déchiffrer les scènes des vitraux), glaciale, et la crèche a définitivement connu des jours meilleurs... que ce soit du point de vue spirituel ou patrimonial, c'est quand même relativement triste à voir.

Goldeneye

Déçue par les deux derniers James Bond, j'ai eu envie de me replonger dans une valeur sûre, et j'ai choisi Goldeneye... non pas parce que je me souvenais bien de l'histoire, mais à la base, parce que j'adore la chanson titre du film... composée par Bono de U2, et sublimement chantée par Tina Turner. Dès les premières notes, je suis conquise, d'autant que le générique, chaud à souhait, donne tout de suite le ton !

Goldeneye, c'est une arme révolutionnaire qui neutralise tout ce qui est électrique ou électronique dans un rayon de cent kilomètres... et dans les mains d'un homme qui en veut à la couronne britannique, c'est évidemment une arme redoutable. James va faire équipe avec la seule technicienne rescapée du premier tir de l'arme, tandis que parmi ses ennemis... il aura à faire avec une sulfureuse brune qui prend un plaisir tout particulier à liquider ses adversaires.

C'est du grand James Bond, avec un mégalomane intelligent et déterminé, bien décidé à changer la face du monde... les courses poursuites sont fantastiques, en particulier celle qui se déroule dans Moscou, au volant d'un char, même si j'ai un faible pour la toute première, pendant laquelle James court un lièvre pendant qu'il en chasse un autre :) Quant au train (dont l'avant me rappelle un centurion cylon... un manque de BSG ?), j'aime toujours autant ce genre de détails raffinés... idem pour Janus, le nom du code du méchant, qui est dans la mythologie romaine un dieu représenté avec deux visages.



C'est un film plein d'humour et d'action, très chaud également, dans la lignée des James Bond originels... avec Pierce Brosnan qui endorse pour la première fois le rôle de 007. Avec brio, et pourtant, j'adore Sean Connery. Quant à Sean Bean... il est parfait.

Réalisé par Martin Campbell. Avec Pierce Brosnan, Sean Bean, Izabella Scorupco. Date de sortie : 20 Décembre 1995.

lundi 22 décembre 2008

Trivial Pursuit Disney Pixar

J'adôôôre le Trivial Pursuit... j'en ai d'ailleurs déjà une petite collection: les éditions de la Maison (édition limitée, fruit d'un partenariat avec Castorama !), Génus, Millénium, XXIème siècle, p'têt même un Love Trivia quelque part, mais il ne compte pas vraiment ;) Du coup, je me suis laissée tenter par sa nouvelle formule, qui permet de l'emporter facilement avec soi en voyage (pour, par exemple, jouer en voiture) et de racheter à coût moindre des paquets des cartes neufs sur un thème précis.

Je me suis laissée séduire par la version Disney Pixar qui comporte des questions à propos de 1001 Pattes, Cars, Toy Story, Nemo, Ratatouille, Les Indestructibles et Monstres & Cie... Parmi les thèmes, on s'interroge sur les héros, les méchants, les décors, l'histoire, les citations... Et si la règle du jeu est simple (on lance le dé qui indique la couleur pour laquelle on joue, deux bonnes réponses = 1 carte, 6 cartes = gagné), les questions sont parfois piquées des hannetons, surtout si vous n'avez vu qu'une ou deux fois le dessin animé ! Il est donné pour les enfants à partir de 8 ans, mais en reformulant les questions pour qu'il les comprenne, même Pitchoun #2 (4 ans) a été capable de donner de bonnes réponses... Preuve en est qu'avec un peu de bon sens et de mémoire, c'est parfaitement jouable... Je regrette tout de même un petit peu que les questions ne soient pas moins pointues, mais portant sur un univers plus vaste (tous les héros de Disney, par exemple).




dimanche 21 décembre 2008

Quantum of Solace

Je n'avais pas accroché à Casino Royale, je n'ai pas plus aimé celui-là... Je n'ai rien contre Daniel Craig (il est moins blond, non, d'ailleurs ?), mais je n'aime pas ce personnage de James. Je n'aime pas le voir tourmenté, revenchard, pince-sans-rire... je n'aime pas qu'il se retienne de sauter sur les femmes qui passent entre ses mains... je n'aime pas qu'il tue d'abord et pose les questions ensuite. Pour ma part, je ne retrouve rien de ce que j'aime normalement dans les James Bond, rien de ce qui fait le charme de James, et franchement, ça ne m'amuse pas particulièrement d'explorer ainsi ses débuts d'agent secret auquel M ne fait pas confiance.

L'histoire, c'est celle d'un grand méchant, Dominic Green, qui favorise par des moyens plus ou moins licites l'accès au gouvernement des personnes qui l'intéressent. En échange, et sous couvert de raisons écologiques, il négocie d'immenses étendues de terres... en vue de s'approprier les ressources qu'elles renferment, et/ou d'obtenir les concessions d'exploitation. James va se retrouver à faire équipe avec une jeune femme qui cherche à assouvir une vengeance personnelle, et franchement, qu'il puisse la regarder paternellement, ça me dépasse (où va t-on s'il se met à avoir des scrupules avant de séduire une femme ?). Mais bon, on nous fait bien comprendre qu'il ne s'est pas encore remis du malencontreux décés de Vesper... je n'imagine que trop bien Ian Fleming se retourner dans sa tombe !



En résumé, le scénario n'est pas extraordinaire, James manque grandement de charme, et la réalisation est douteuse. La course hippique, l'Opéra... une fois c'est bien, deux fois la même astuce de montage, c'est p'têt un peu lourd. Elle est où la pétition pour qu'on nous rende notre James d'antan ? Genre, celui de Goldeneye... par exemple.

Réalisé par Marc Forster. Avec Daniel Craig, Olga Kurylenko, Mathieu Amalric. Sorti le 31 Octobre 2008.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .