Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 11 septembre 2009

1 World Trade Center

Je m'étais promis de ne pas retourner à New York avant que la Freedom Tower ne soit sortie de terre... je viens de voir que finalement elle a été renommée en 1 World Trade Center. Chaque année, je jette un coup d'œil sur le site officiel du futur World Trade Center, et sans vouloir être pessimiste, cette fois-ci, je ne vois même plus la moindre date de fin des travaux... Impossible de ne pas être ému par contre devant les couchers de soleil de ce site, immortalisés par un photographe depuis son appartement pendant près d'une dizaine d'années...

Chrysler Building New York 1999
Chrysler Building - New York

Ceci dit, à partir de la fin novembre, l'A380 fera la liaison Paris-New York via Air France... version 500 places et des poussières, et c'est quand même très tentant, d'autant que Noël à NY, c'est vraiment un moment magique...

jeudi 10 septembre 2009

They have a plan*

(* les geeks comprendront...)

Encore sous le coup de leur visite du Musée du Quai Branly, mes enfants se sont lancés hier dans la poterie... avec de l'argile auto-durcissante et des emporte-pièces destinés à l'origine à la pâte à modeler, nous voilà attelés à la création d'un mobile. Un coup de rouleau pour aplatir, un coup d'emporte-pièce pour découper, un cure dent pour créer des motifs, une pique à cocktail pour percer le trou qui permettra de suspendre la pièce... et hop, il n'y a plus qu'à laisser sécher.

Le temps que je range, je retrouve mes enfants en train d'extraire de la terre du jardin et de la mouiller, tandis qu'une série de boules de terre humide est déjà posée près d'eux. Renseignements pris, ils ont l'intention de fabriquer des pots, (dans Kirikou, il semblerait qu'il suffise de les laisser tomber pour que la boule se transforme en pot), et de les vendre 1000€ pièce, comme ça ils auront plein de sous.

Pitchoun #1: "T'es d'accord, hein, dis, pour avoir plein de sous?"

*soupir*

Tous droits réservés - Battlestar Galactica

mercredi 09 septembre 2009

09/09/09

Vous, je ne sais pas, mais moi, il ne m'est rien arrivé de particulier pendant cette journée... ou alors je ne m'en suis pas encore rendu compte. Dans le monde non plus, si?

Pour le coup, j'ai quand même encore raté l'occasion de m'associer à un grand moment mondial, faut dire qu'en France, il tombait à 2H09 du matin et qu'une fois n'est pas coutume... je dormais.



Bon, d'un autre côté, le 9 septembre 2009 n'avait quand même pas aussi mauvaise presse sur internet que l'année 2012, qui est la dernière année du calendrier Maya. Et on le sait (révisez vos classiques!), les Mayas avaient quand même des relations privilégiées avec les extra-terrestres, donc si une civilisation a un jour possédé cette information clef (la date de la fin du monde, vous suivez, oui ou non?), c'est bien eux.

Moi, en tous cas, j'irai voir le film :)


Chrysalide de Machaon (Papilio machaon)

Il y a quelques temps, je postais des photos d'une chenille de Machaon (Papilio machaon). Après deux jours dans le terrarium, nos chenilles commençaient leur nymphose, et au matin nous trouvions... les chrysalides.

chrysalide papilio macao

Apparemment la chrysalide devrait changer de couleur 24 heures avant l'émergence du papillon... si je ne me laisse pas surprendre, je tenterai une surveillance avec l'intervallomètre de la télécommande!

mardi 08 septembre 2009

Au CP, ça ne rigole plus!

Je pensais que les devoirs indiqués par la maîtresse dans le cahier de texte lundi avaient été donnés dans un moment d'égarement. C'est vrai, quoi, ce n'était que le troisième jour d'école... et puis nous, le lundi soir, on a piscine :)

Mais il va bien falloir se résoudre à l'évidence, j'ai vérifié le cahier de texte dés l'arrivée tout à l'heure de Pitchoun #1 dans la voiture... et il a des devoirs pour jeudi. Je crois que les vacances sont bel et bien finies! (Pauv' Petiot...)

Une pour toutes, toutes pour un!

Samedi dernier, l'ambiance au Ritz était à la fête, je dirais même qu'il y régnait un petit air de Noël, sans doute du (admirez ma perspicacité!) aux grands sacs rouges remplis de jouets, et aux flocons de neige qui tombaient sur la terrasse. A moins que ce ne soit aux sapins? Les enfants frétillaient sans bouder leur plaisir dans les salons remplis de jouets avec lesquels ils pouvaient s'en donner à cœur joie, tandis que les grands, eux, se pressaient plutôt au bar - ne me regardez pas ainsi, je le jure, ce n'est pas moi qui ait bu tout le vin blanc! Côté pâtisseries, on pouvait même décorer soi-même de délicieux feuilletés nappés de chocolat, avec de charmantes coccinelles en chocolat blanc ou encore des confettis de toutes les couleurs. En bref, nous avons été reçus comme des princes. Ou des princesses, au choix.

Mes p'tits gars se sont bien amusés, en particulier avec les dernières nouveautés de la franchise Cars, ainsi qu'avec la gamme Imaginext, dont les deux pôles sont les dinosaures et l'espace. On peut sans doute reprocher deux ou trois choses à Mattel, mais clairement, ils connaissent bien leur marché!

Mattel Fisher Price Imaginext

Pour ma part, j'ai louché du côté du salon tout rose dans lequel se trouvaient les Barbies. Parce que je n'en ai pas l'air, comme ça, mais j'y ai quand même beaucoup joué étant petite, à la Barbie... et si j'ai revendu tout ce qui est mobilier et véhicules, j'ai gardé l'ensemble de mes poupées... et tous leurs vêtements. J'aurais presque tendance à dire que côté fringues, Barbie n'a pas tant changé, mais côté chaussures, par contre, quelle évolution! A mon époque, c'était baskets ou escarpins... je crois qu'aujourd'hui elle ferait pâlir de jalousie même les shoes-addicts les plus acharnées de la blogosphère féminine!

Alors pour cet hiver, quoi de neuf chez Barbie? Eh bien je dois avouer que c'est un thème qui me fait bien plaisir... Barbie mousquetaire. 4 Barbies capables de se changer en un tour de main cape afin de voler au secours du Prince Louis, qui ne me semble quand même pas bien futé (mais très beau, si j'en crois le discours marketing!). Bref, je suis plutôt contente de ce sursaut de féminisme qui voit nos 4 jolies filles tomber la tenue de soirée pour une petite robe courte, dévoiler leurs cuissardes, et voler au secours du Prince, qui sera bien embarrassé pour choisir l'une d'entre elles à la fin, je l'imagine. Mais bon, on ne va pas l'en plaindre non plus, si?

Mattel Barbie Princesse Mousquetaire Corinne

J'ai également remarqué la jument qui trotte... et son poulain. Je dois dire que si elle n'était pas pomponnée et maquillée, je me l'offrirais pour compléter ma collection. Parce que oui, je collectionne les chevaux de Barbie/Big Jim anciens. J'en ai des alezans, des noirs, des bais, des palominos, des gris pommelés, et même un isabelle. Avec une vraie crinière et une vraie queue, ou entièrement en plastique. Articulés ou non. Avec une selle anglaise, une selle d'amazone, une selle western ou un harnais d'attelage. Avec un hackamore ou un filet. J'ai le van, la jeep et la calèche des années 80, et même un chariot digne de la Petite Maison dans la Prairie. Alors bon, si Mattel avait bien voulu me faire un cheval avec un harnachement conforme à l'époque (elles ne se déplacent pas à pied, quand même, nos mousquetaires en robe?)... j'aurais été comblée. Ou presque!

Mattel Barbie Cheval Trotteur et poulain

Je n'ai pas gardé pour moi la Princesse Mousquetaire Corinne reçue en cadeau (à croire que je deviens moins égoïste avec l'âge!), je l'ai offerte à une petite fille qui m'est chère. Je crois que c'était sa première Barbie, et j'ai bien aimé voir briller les étoiles dans ses yeux :) Ne plaignez pas mes garçons, ils ont largement été couverts de cadeaux par Mattel, de la Caserne Mini Cars aux trousses Hot Wheels, en passant par des jeux de Uno, un alien et un robot Imaginext, et même du FingerSkate (ça vous en bouche un coin, ça, hein?)... Alors un grand merci à l'équipe de Mattel pour ce joli moment de rêve, et tout particulièrement à Fanny, de l'Agence Self Image, pour l'invitation!

lundi 07 septembre 2009

Le Musée du Quai Branly (Paris)

Le plus simple, c'est peut être que je vous avoue dés le début de ce billet que franchement, il faudrait me payer cher pour trainer dans ce musée en dehors des heures d'ouverture. Bien avant d'arriver à la section consacrée au Vaudou, mes cheveux s'étaient déjà dressés sur ma tête plusieurs fois, et ce malgré la présence rassurante du soleil derrière les claustras qui filtrent la lumière. Sérieusement, dans ces arts premiers, ou primitifs, il y a quand même énormément de choses consacrées à la mort, et l'ambiance rouge sang deviendrait presque parfois oppressante!

Musée du Quai Branly Paris

Tenez, ceux là, par exemple, que l'on a découvert dans un passage presque entièrement obscur, j'étais ravie qu'ils soient derrière une vitre. Le pire, finalement, c'est de regarder la photo, et de se demander ce que sont ces deux grands yeux de chat juste au dessus du personnage à droite. C'est que je ne les avais pas vu, en vrai, moi...

Musée du Quai Branly Paris
(1600 ISO, 1/8ème de seconde)

Culte des morts très présent donc quelque soit le continent et la culture... il y a un certain nombre de fiches descriptives que je regretterai presque avoir lu, j'aurais bien voulu garder quelques illusions sur la nature de certains objets! Ceci dit, on y a découvert également beaucoup d'instruments de musique, de vêtements festifs, d'armes d'apparat, de bijoux, de poteries et autres céramiques... et même des jouets!

Musée du Quai Branly Paris

Mais le vrai intérêt du Musée, pour moi, c'est de donner corps au concept de civilisation et de culture qui n'est pas forcément facile à saisir pour les enfants. Bien aidés par les dessins animés (Mulan, Pocahontas, Kirikou, El Dorado...), ils ont compris que tout le monde ne vit pas comme nous occidentaux et que tout évolue avec le temps... Visiter le Musée du Quai Branly, c'est leur permettre de voir de leurs propres yeux des traces tangibles de cette différence entre les peuples.

Musée du Quai Branly Paris

Musée du Quai Branly Paris

Les collections sont très bien mises en valeur, même si parfois ce n'est pas facile de trouver la légende qui correspond à un objet... Évidemment il y a également des salles dans lesquelles on peut se poser pour regarder une fête ou écouter de la musique, et surtout quantité d'écrans tactiles avec des contenus multimédias à disposition. En bref, de quoi apprendre énormément sur toutes ces cultures!

Tout cela a bien sûr donné des tas d'idées aux petiots qui ramassaient déjà en sortant du Musée quantité de morceaux d'écorce de platanes en vue de réaliser des sculptures/dessins/vêtements. S'il y a bien un truc dont ils ne manquent pas, tous les deux, c'est l'imagination (malheureusement, parfois?).

Musée du Quai Branly Paris

Site internet du Musée du Quai Branly: http://www.quaibranly.fr/
Le Musée du Quai Branly sur le Blog Mille Choses à Paris

dimanche 06 septembre 2009

Braderie de Lille 2009

J'ai failli à mes origines, je n'y étais pas cette année... mais si cela vous chante, vous pouvez toujours aller lire le billet de ma maman sur son blog... et puis enchaîner sur le reste des photos prises par mon grand frère, ;)

braderie de lille 2009

Ma journée d'hier en images...

Première photo parisienne... l'immense affiche de l'Ambassade d'Australie me fait de l'oeil sur le chemin de la Tour Eiffel...

tour eiffel ambassade australie

En avant pour le Musée du Quai Branly, le long de la Seine, où l'annonce d'une exposition à venir illumine littéralement le trottoir...



Visite des collections permanentes et de l'exposition consacrée à Tarzan...

Musée du Quai Branly Océanie

Et direction la station Alma-Marceau, de l'autre côté de la Seine, l'occasion de jeter un dernier coup d'œil sur la grande dame. (En fait, non, on y repassera le soir!)

tour eiffel

Pas de photos du Jardin des Tuileries où nous retrouvons P'tit Mousse & family pour déjeuner, ni du Ritz enneigé (oui, enneigé, vous avez bien lu!) où se déroule la présentation des jouets Mattel pour Noël prochain. Pas de photos non plus de la place Vendôme, de la Concorde, du palais machin-chose... et de tout ce qui se trouve sur la route du bus vers la Tour Eiffel. Où il y a définitivement trop d'attente pour songer y monter!

tour eiffel

Direction Notre-Dame, donc, en RER, ça nous changera! :)

Notre Dame de Paris

Retour à Montparnasse en métro pour attraper notre TGV... Pitchoun #1 trouve rapidement le sommeil, tandis que son p'tit frère me chuchote le récit de sa journée pendant tout le trajet... il s'endormira à peine installé dans la voiture ;)

samedi 05 septembre 2009

Film ou Série?

Même si je regarde quantité de films, j'ai beaucoup d'affinités avec le format "série" qui m'a sans conteste apporté mes meilleures soirées "télé", tant au niveau du suspense que de l'affection que je peux porter aux personnages... et par extension de l'intérêt que m'inspire leur sort!

Mais alors, pourquoi est-ce que je regarde tant de films? Je crois que c'est justement parce que quelque part, j'aime bien avoir tout, tout de suite... et le gros avantage du film, c'est bien qu'en quelques minutes vous faites la connaissance des personnages, et que vous les suivez pendant quelques heures avant de les quitter, l'histoire terminée, le mot "FIN" écrit en très gros sur l'écran. Debriefing avec les amis qui vous ont accompagné au ciné, un billet sur le blog pour livrer votre 2CW, et hop, la page est tournée, avec un investissement affectif à durée limitée. Tant et si bien que je suis parfois obligée de me relire pour donner mon avis sur un film vu quelques semaines plus tôt! Vous me direz qu'il y a les Sagas, certes. Mais si l'on a le plaisir de retrouver les personnages, chaque film est bien souvent une histoire en soi, avec une conclusion qui vous permet de ranger, là encore, le film terminé dans un coin de votre cerveau en attendant le prochain opus.

Et c'est peut-être là qu'est la supériorité des séries. Je n'ai jamais rangé une série que j'aime dans un coin de mon cerveau... ni pendant sa diffusion, ni une fois sa diffusion terminée. Dans le premier cas, les personnages m'accompagnent dans ma vie de tous les jours afin que je puisse réfléchir à tout instant à ce qui va se produire dans le prochain épisode. Et c'est ainsi que j'échafaude des théories au fur et à mesure du déroulement de l'intrigue de la saison... vous connaissez tous la Tdf de La Sorcière, mais je crois que j'ai moi-même passé des heures à réfléchir à propos de BattleStar Galactica. Et pas seulement sur les événements à venir (Mais qui donc sont les Final Five?! Quel est le plan des Cylons?), mais aussi également beaucoup sur les événements passés, je pense par exemple à toutes les fois où Gaïus s'est sorti in extremis de situations inextricables pendant la saison 1. Et puis, quel plaisir que d'essayer de trouver au fil des épisodes la pièce manquante du puzzle, celle qui fera que tout s'explique et s'enchaîne, tenez comme dans la première saison de Desperate Housewives, quand on cherchait ce que Mary-Alice avait pu commettre comme crime assez atroce pour la conduire au suicide!

Ma relation avec les personnages ne s'arrête pas pour autant une fois la série terminée... je me souviens fort bien des personnages que j'ai aimé et qui ont fait partie de ma vie pendant un temps. Comme s'ils étaient des amis que j'avais perdu de vue... les souvenirs sont intacts, sans savoir ce qu'ils sont devenus depuis que nos chemins se sont séparés. Je me souviens très bien de Caroline, personnage éponyme de Caroline in the City, et je me demande si Richard et elle travaillent toujours ensemble. Je me souviens très bien des premiers émois de Karen et Doug (Relativity), et j'espère qu'ils vivent aujourd'hui heureux. Je me souviens très bien (ne jetez pas de tomates!) de Joey et Pacey dans Dawson's Creek, même si je n'ai vu en pointillé que les deux ou trois premières saisons. Je me souviens très bien des préjugés combattus par le Dr Quinn et par Sully, plus meurtriers que toutes les maladies qu'il a fallu affronter à Colorado Springs, et pourtant il y en a eu de toutes sortes avec l'arrivée d'un docteur! Je me souviens très bien de Marin, si drôle et si touchante dans Men in Trees, hésitant entre ce brave ours de Jack, le casual sex avec Stuart et les abdos de Cash :)

marin frist men in trees
Men in Trees

Et non, je ne regarde pas QUE des séries romantiques. Tenez, Space Above and Beyond (Space 2063), par exemple, dont je n'ai jamais digéré qu'elle se termine au bout d'une saison en laissant tous les personnages en perdition dans l'espace. Star Trek Enterprise et la salle à manger du Capitaine Archer, où je me suis souvent retrouvée attablée en rêve, bien installée entre Tripp et Tucker. Stargate Atlantis et -entre autres!- la fameuse (fumeuse?) question des toilettes Anciens. Je n'ai jamais oublié non plus les questions que se posent les Sliders à chaque saut: sont-ils enfin chez eux? Ont-ils emmené le bon professeur? Qui a la télécommande? Je n'ai jamais oublié Mulder et Scully, que je regardais uniquement après avoir vérifié que rien ne se cachait dans les placards et sous les lits, et soigneusement fermé portes et fenêtres. Lumière allumée, cela va sans dire. J'aimais beaucoup Mulder, mais pour rien au monde je n'aurais voulu faire partie de sa vie ;)

star trek enterprise
Star Trek Enterprise

Et vu que je suis un peu (beaucoup) fleur bleue, je préfère de beaucoup quand la fin de la série est programmée suffisamment à l'avance pour qu'elle puisse nous permettre de prendre congé de nos héros. Ramener l'expédition Stargate Atlantis sur Terre, par exemple... et nous offrir un travelling arrière sur nos personnages favoris dont tous les problèmes ne sont certes pas résolus, mais dont on sent qu'ils vont quand même avoir quelques jours de répit. Et si j'ai mis des années à regarder la fin de Friends, celle-ci était finalement tellement bien écrite que j'ai eu un réel sentiment de paix pendant les dernières minutes. L'on ne peut pas en dire autant de toutes... Star Trek Entreprise, par exemple, je n'ai regardé que les premières saisons un peu naïves, sans me résoudre à suivre mes petits protégés dans leur voyage vers l'enfer.

stargate enemy at the gate
Stargate Atlantis

Vous l'avez compris, j'ai une grande tendresse pour quantité de personnages de série... Je les ai côtoyés chaque semaine, parfois pour une seule saison, parfois pendant dix ans, et on ne tourne pas la page sur de si belles histoires et tant de bonheur partagé! Alors quel bonheur quand la fin de la série laisse la porte entrouverte et qu'ils reviennent ensuite nous raconter en film la suite de leurs aventures, et quel bonheur encore de retrouver le concept de départ dans un spin-off qui permet de conserver vivante un p'tit bout de la série originale...

vendredi 04 septembre 2009

Nathan en tête des prénoms masculins les plus donnés pour 2009...

Ils m'ont rabâché les oreilles avec cette information toute la journée sur Europe 1. C'est p'têt que la lecture revient au goût du jour?

Pourtant, Fernand, lui, ne fait pas de retour en force.

Non, à mon avis, c'est plutôt que tout le monde a craqué devant le beau scientifique d'Eurêka. Ce que je peux comprendre ;)

nathan stark eureka

jeudi 03 septembre 2009

Et la photo, je la twitte, ou pas?

Oui, vous allez me dire que je parle beaucoup de photo en ce moment, mais c'est de la faute à Twitter... j'y découvre tous les jours des photographes, des sites et des photos qui m'inspirent, et bref, du coup, même si paradoxalement je photographie peu, je cogite sur le sujet ;)

Quand j'ai écrit mon article sur l'auto-portrait nu ("Nude self-portraiture" que vous pouvez toujours retrouver , sur Photocritic.org), Haje se demandait en introduction pour qui, nous les photographes, prenons nos photos.

Pour ces photos de moi nue, et c'est en partie ce que j'explique dans l'article, clairement je les prenais avant tout pour moi. Parce qu'après ma première grossesse je me suis rendue compte à quel point on oublie rapidement son corps de femme enceinte, et je voulais absolument en garder une trace... Mais de manière générale, qu'en est-il?

Aux origines de la photo (que je n'ai pas vécu, n'en déplaise à certains!), j'aurais tendance à dire que l'on prenait avant tout des photos pour se souvenir... L'on posait pour un portrait de famille qui serait transmis fièrement de génération en génération. J'imagine que les premières photos partagés furent les photos publiées dans les journaux, pendant la Guerre de Sécession, enfin, du moins aux États-Unis?



Au temps de l'argentique, je crois qu'on prenait encore des photos plus pour soi-même que pour les autres. Il fallait vraiment qu'un voyage ait été extraordinaire pour que l'on organise une soirée devant l'album photo... dans ma famille, on privilégiait d'ailleurs les diapositives. (Ce qui me fait penser que j'en ai quelques dizaines à faire transférer, tiens...). On éteignait les lumières, et hop, tout le monde pouvait regarder et commenter en même temps.

Avec le numérique, on a découvert le plaisir de faire des photos sans compter... et puis vu que progressivement tout le monde s'est équipé d'une connexion haut-débit, quoi de plus simple que d'envoyer quelques photos par mail plutôt qu'une carte postale? La naissance du petit dernier, les vacances à la mer, les travaux dans la maison, la mésange dans le jardin, l'arc en ciel... tout est devenu prétexte à mitrailler.

Et puis arrive un moment où l'on se dit qu'envoyer des photos tous les jours à la famille et aux amis, qui se croient obligés de vous envoyer en retour un petit mot pour s'extasier de vos talents... c'est lassant. Alors on mets les photos sur un blog. Comme cela, ceux qui veulent les voir, ils y passent, ceux qui veulent en parler, ils peuvent le faire, et puis les autres... eh bien tant pis pour eux s'il ne savent pas à quelle photo on fait allusion la prochaine fois qu'on les verra. On ne les verra plus, c'est tout.

bouteille coteaux du layon

Et puis on a pu faire des photos avec un téléphone portable. Qui peut se connecter à Twitter, Facebook, Flickr et que sais-je encore. Et du coup, maintenant, plutôt que de garder pour soi qu'on a craqué sur une plaque de chocolat, on photographie ladite plaque. Et on P-A-R-T-A-G-E. Des fois que. On ne sait jamais, ça pourrait aussi donner des envie de chocolat à ceux qui vous follow ou même à vos amis. Et comme ça vous n'êtes plus seul à vous goinfrer de chocolat. (Si on a moins de 18 ans, on ne fait évidemment pas cela avec une bouteille de vin, parce que l'alcool, c'est mal.)

Bon, définitivement, il me manque un iPhone... je suis complètement larguée, moi, avec mon vieux téléphone portable ;)

mercredi 02 septembre 2009

Quid du droit de photographier et du respect d'autrui?

Je lisais un (vieil) article fort intéressant sur Photocritic.org ce matin... un article qui avait généré énormément de réactions, fort pertinentes d'ailleurs, de la part des lecteurs. Il s'intéresse au droit légal, mais aussi moral, de photographier autrui. Et si les lois sont différentes d'un pays à un autre, le respect de la personne ne devrait logiquement pas l'être!

En tant que photographe, les gens (tiens, je parle comme dans Madagascar maintenant!) ne sont pas mon sujet de prédilection... Je viens d'une famille qui a une réelle culture de la photographie (au point d'avoir eu une chambre noire pour développer ses photos) et lorsque nous avions rejoint mon oncle au Mali (j'avais alors huit ans), les consignes étaient strictes. Nous nous arrêtions dans la brousse dans des villages qui ne voyaient pas d'autres blancs que les missionnaires, et nous devions demander systématiquement l'autorisation de photographier quelqu'un, pour qu'il ne pense pas que nous cherchions à voler son âme. J'imagine que la photographie s'est démocratisée même au fin fond de la brousse, mais est-ce une raison pour arrêter de demander l'autorisation, en particulier si l'on souhaite publier la photographie ensuite sur internet? Je sais par exemple qu'à l'issue du film Home, je me suis demandé comme Yann Arthus-Bertrand avait procédé... je me posais la question , tenez...

Le problème, c'est qu'à moins de rester plusieurs heures ou plusieurs jours sur place, si vous demandez l'autorisation, vous courrez le risque d'avoir une photographie "posée"... Au lieu de saisir votre sujet sur le vif dans sa vie de tous les jours, vous le verrez peut être se précipiter dans sa case pour mettre ses vêtements du dimanche et vous offrir son plus beau sourire. Ce qui ne vous empêchera pas de faire une très belle photo, qui ne sera simplement pas celle que vous vouliez! Si vous pouvez investir le temps de rester sur place et de gagner la confiance de ceux que vous voulez photographier, il y a fort à parier que vous rentrerez chez vous avec les deux types de photographies.



Dans la vie de tous les jours, mon zoom 100-300mm me sert surtout à saisir des portraits sans que la personne visée ne s'en rende compte, strictement dans un cadre familial néanmoins. Ce sont les meilleures photos de mes enfants... je les aime saisis au naturel, qu'ils soient en train de s'amuser ou de mijoter une bêtise! Aujourd'hui, lorsque je photographie des gens, soit c'est leur image professionnelle/publique et je l'utilise (comprendre, je la poste sur ce blog, je n'ai jamais utilisé une photo pour un usage commercial), comme par exemple les soigneurs dans un zoo, ou le pilote d'avion lors d'un show aérien. Soit c'est une image de leur vie privée... et dans ce cas si je peux les faire disparaître de la photo, je le fais (tenez, ici, la piscine n'était pas tout à fait vide), et sinon je floute leur silhouette (, par exemple). Si ni l'un ni l'autre n'est possible, je m'abstiens de publier la photo.

Je vous ai donné mon point de vue en tant que photographe, mais en tant que sujet de photo, comment vois-je les choses? Déjà, je n'aime pas trop être prise en photo. On va dire que je trouve que les photos ne rendent pas justice à ma beauté naturelle ;) Je préfère donc nettement poser pour une photo, ça me donne au moins le temps de vérifier ma bonne tenue vestimentaire, de rentrer le ventre, et de râler copieusement sur le photographe. Je jette d'ailleurs sans pitié toute photo prise sur le vif qui ne trouve pas grâce à mes yeux. Vous me croirez ou non, mais elles sont nombreuses! Il y a quelques années, j'ai passé une journée à poser pour un photographe dans le cadre d'une campagne de publicité pour la société pour laquelle je travaillais. J'y ai appris beaucoup, et au final, la photo de moi qui a été la plus utilisée me montrait en dentiste, le visage couvert par un masque et des lunettes. Absolument pas reconnaissable! Je fais définitivement partie des gens non-photogéniques... c'est un heureux hasard (vraiment?) que je préfère être derrière l'appareil :)



Et enfin, en tant que Maman, il y a des moments où je peux comprendre que l'on photographie mes enfants. Comme par exemple à ce mariage d'une collègue auquel Pitchoun #1, qui devait avoir 1 an et des poussières, portait fièrement un t-shirt citant Corneille dans Le Cid: "La valeur n'attend pas le nombre des années." Dans toutes autres circonstances, par contre... j'avoue que je serais méfiante!

Et vous, vous en pensez quoi?

mardi 01 septembre 2009

Ventes Privées

Bon, les ventes privées, ce n'est pas sympa QUE pour acheter des fringues de marques à un prix bradé. Il y a quelques semaines, VP de la marque Nathan, avec réductions super intéressantes à la clef sur plusieurs collections à destination des enfants. C'est pas Sorcier, Questions-Réponses 6/9 ans, L'Oeil de l'Explorateur... Je ne me suis pas privée, et je ne suis pas déçue! (Par contre, trouver de la place dans ma bibliothèque, ça, c'est galère...)



(Toujours pareil, hein, si vous souhaitez que je vous parraine, faites-moi signe!)

lundi 31 août 2009

Les Machines de L'île (Nantes)

Escapade au bord de l'eau, à Nantes... sur l'île, au sein de ce qui fut, j'imagine, une friche industrielle, et où nous avons fait de surprenantes rencontres.

île aux machines nantes

Comme ce manège hors du commun, sur lequel les enfants ont pris beaucoup de plaisir à manipuler les machines en tirant, poussant, pédalant, soulevant... ou à dompter des animaux insolites, comme ce cerf-volant que Pitchoun #2 a chevauché avec une immense fierté. Pas de photos de celui-là, il y avait toujours des enfants dessus :)

île aux machines nantes

île aux machines nantes

Ou encore ce mastodonte qui déambule doucement, et dont les passagers ne boudent pas leur plaisir à regarder les badauds, hypnotisés par l'animal, se faire asperger par la trompe facétieuse. De l'intérieur, vue imprenable sur les immenses pieds qui se lèvent et se posent au rythme du pas de l'animal... et sur le préposé aux barrissements, celui qui donne sa voix à l'éléphant en manipulant de manière experte des chambres à air.

île aux machines nantes

île aux machines nantes

Il faudra bien que l'on y retourne, nous n'avons pas eu le temps d'aller explorer la galerie aux machines dont les noms nous laissent d'avance rêveurs... Tout cela m'a laissé une impression d'exposition universelle dans les années 1900. Une réminiscence d'une vie antérieure, peut-être?

Site internet: Les Machines de L'île

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .