Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 25 septembre 2009

Fichus Pokémons...

On en avait eu un avant-goût en fin d'année dernière, mais évidemment, pour être dans le coup sur la cour de récré, il faut avoir des cartes de Pokémon à s'échanger. (Je me demande si ça se dit encore, "être dans le coup". C'est sûrement mieux que "c'est bat", mais est-ce que c'est vraiment "in", comme expression?) Bref.

On a donc du acheter des cartes, pas question de jouer avec, évidemment, parce que les règles sont super compliquées, et en plus, il faut savoir lire et compter. Remarquez, c'est sûrement un levier possible, ça. Il doit y avoir moyen de mettre en place un vilain chantage plutôt que de céder directement aux requêtes des lascars, qui réclament inlassablement de nouvelles cartes, "parce que tu comprends, il m'en faut des trop fortes pour faire des échanges".

Et c'est comme ça que sans même qu'on s'en rende compte, les petiots découvrent l'économie de marché, et la loi de l'offre et de la demande... Pas si bête finalement, si? (J'aurais quand même préféré les billes, c'est moins cher...)

jeudi 24 septembre 2009

Choisir ses vacances...

Il y a quelques années encore, choisir ses vacances, ça se limitait à passer dans une agence de voyages, feuilleter quelques catalogues, et se décider au vu d'un bref descriptif et d'une ou deux photos. Ayant fait un stage chez un voyagiste pour lequel je rédigeais des descriptifs, sans jamais sortir de mon bureau, j'étais en plus bien placée pour douter tout ce qui était écrit ;)

Aujourd'hui, on commence par le site d'un voyagiste, et si l'on se trouve une destination, puis un hôtel, on peut contrôler sa description sur les sites des autres voyagistes, avant de visiter son site officiel, vérifier sa position sur GoogleMaps, lire les avis de ceux qui y sont allés, voir les photos qu'ils ont prises, parfois même des vidéos... Bref, des heures de recherche en perspective à peser le pour et le contre.



Bon, si avec tout cela je ne passe pas de bonnes vacances, la prochaine fois j'écris les noms des hôtels sur des petits bouts de papier, et je tire au sort ;)

mercredi 23 septembre 2009

Écran de fumée

écran de fumée devant le soleil

mardi 22 septembre 2009

Life.com

Parmi mes plus jolies découvertes sur Twitter, le site www.life.com sur lequel se trouvent d'époustouflantes collections de photographies... sur des sujets divers et variés, modernes ou rétros.

Tenez, quelques séries qui m'ont laissée admirative: Bombardiers et équipages de la seconde guerre mondiale, de terribles accidents de voiture, New York dans les années 40, des voitures aux courbes extraordinaires, ces belles photos du Concorde, également... et des tas d'autres encore que j'ai malheureusement oubliées, là, tout de suite. Je me souviens d'ailleurs d'avoir vu une série de portraits d'hôtesses de l'air... charmantes.


Tous droits réservés

Allez-y et fouillez sur les sujets qui vous intéressent (parce qu'il n'y a pas que les avions et les voitures dans la vie, j'en suis consciente!), promis, vous m'en direz des nouvelles!

lundi 21 septembre 2009

La Proposition

Je dois avouer que j'ai été très agréablement surprise par cette comédie romantique, qui se révèle très drôle malgré le fait qu'elle soit truffée de clichés du début à la fin. Entre la chef qui n'hésite pas à abuser de ses pouvoirs et le pauvre gars qui subit tous ses caprices, le détective à la petite semaine qui prend un plaisir pervers à débusquer les mariages blancs, la fille de la ville qui débarque en Alaska, le gosse de riche qui veut réussir sans l'aide de papa, la grand mère un peu frappée et prête à tout, l'accro à son téléphone portable, l'homme à tout faire qui se prend pour un chippendale devant un public féminin débridé, la pauvre petite orpheline qui retrouve une famille... Enfin bref, tout y est.

la proposition Sandra Bullock Oscar Núñez
Tous droits réservés

C'est un mélange du Diable s'habille en Prada et de Green Card, avec un soupçon de Men in Trees... et ce qui est vraiment étonnant, c'est que ça marche très bien. On n'y croit évidemment pas une seconde, mais on rit beaucoup, et au final on passe un plutôt bon moment. J'ai beaucoup aimé le jeu de Ryan Reynolds, qui a de fabuleux moments de solitude, en particulier au début de l'histoire, il faut dire que face à un personnage aussi castrateur que celui incarné par Sandra Bullock, qui a toujours au moins un tour d'avance sur lui, il a du mal à en placer une. Quant à Sandra Bullock, justement, elle n'est pas meilleure actrice que d'habitude, mais par rapport à Miss FBI, il y a un progrès certain. Et enfin, il y a quelques répliques très bien écrites, qui contrebalancent le comique de situation vraiment, mais alors, vraiment, cousu de fil blanc... ce qui n'empêche pas d'en rire!

la proposition Sandra Bullock Ryan Reynolds
Tous droits réservés

L'histoire, c'est celle d'une canadienne qui se retrouve à imposer à son assistant un mariage blanc pour éviter de se faire expluser... et de perdre ainsi son boulot haut placé dans une maison d'édition. Lui sait tout d'elle, ou presque, elle ne sait rien de lui, et ils n'ont que quelques jours pour apprendre à se connaître avant leur rendez-vous dans les bureaux de l'immigration. Il avait prévu de retourner chez ses parents, en Alaska, pour la première fois depuis trois ans... elle fera partie du voyage, mais pour le coup, c'est lui qui mène la danse!

Réalisé par Anne Fletcher. Avec Sandra Bullock, Ryan Reynolds, Betty White. Sorti le 23 Septembre 2009.

dimanche 20 septembre 2009

8To dans une boite à chaussures...

Suis-je un dinosaure de l'informatique? Non, parce que je me souviens quand même super bien du ZX81 (Sinclair) de mon frangin, et encore mieux de son CPC 464 (Amstrad) avec son moniteur monochrome... vert. Et du disque dur de 20Mo du PC 286 (IBM) qui a suivi et sur lequel on avait quand même réussi à installer un Windows 3.11 dépouillé du superflu.

Avec l'Homme, ensuite, le premier lecteur de CD-ROM, qui devait être un 1x, à une époque où l'on ne trouvait encore que des titres en anglais. On s'extasiait devant les vidéos format timbre poste contenues sur la première encyclopédie... c'était le début d'une révolution, quelques semaines avant, on achetait encore tous les logiciels sur cassettes, il y en avait régulièrement plusieurs dizaines. Nous avons aussi eu l'un des tous premiers graveurs, acheté de manière collégiale à cause d'un prix complètement prohibitif, près de 10.000 francs. Un CD se gravait en 45 minutes, et il fallait éviter toute vibration dans l'appart' pendant ce laps de temps sous peine de rater le CD. Nous croisions les doigts pour qu'un camion ne passe pas à ce moment là dans la rue!

cédéroms

Je vous ai déjà raconté mes débuts sur internet ici, je ne vais pas recommencer, si ce n'est vous dire que les premiers sites que je lisais, c'était à l'époque des sortes de newsgroups qui discutaient des bouquins de Stephen King... en anglais, évidemment.

Mais pourquoi est-ce que je vous raconte tout cela aujourd'hui? Peut être parce que je conserve beaucoup de choses (euphémisme detected!) et qu'avec l'Homme, nous sérieusement commencé à trier 15 années d'archives informatiques: des disquettes 5.4", des 3.5" DD et HD, des disques zip, des CDs, des CDs-R, des CDs-RW, des DVDs, des DVDs-R, des DVDs-RW... plusieurs kilos de disquettes et des centaines de disques triés en vue d'un recyclage bien mérité. Je vous rassure, on a quand même gardé une étagère de jeux "cultes", la mise au rebut de certains n'était même pas négociable ;)

Et dire qu'aujourd'hui, la seule chose dont nous avons besoin pour remplacer tout cela (et bien plus), c'est de notre serveur VHS-4 (Ve-hotech)... 8To de données dans un châssis de la taille d'une boite à chaussures (mon titre était un léger raccourci, oui!). Trop fort ;)

samedi 19 septembre 2009

Salon de l'habitat 2009 (Angers)

Rapide visite du Salon de l'habitat aujourd'hui, et coup de cœur pour deux associations...

L'outil en Main tout d'abord, qui propose à des jeunes de 9 à 14 ans de découvrir des métiers sous la tutelle d'artisans retraités... De la menuiserie à la couture en passant par la maçonnerie ou la mosaïque, les enfants sont initiés dans de véritables ateliers, dans lesquels ils mettent la main à la pâte et réalisent eux-mêmes des objets. L'association est nationale, avec des délégations régionales... je vous invite à jeter un coup d'œil sur leur site internet pour en savoir plus. Je dois avouer que je trouve l'idée très bonne, même si elle ne développe pas forcément une vocation, cette prise de contact avec des métiers manuels ne peut qu'être bénéfique quand on voit le plaisir qu'ont les enfants à créer!

Transformeurs ensuite, spécialisée dans le recyclage artistique. Je dois avouer que j'ai vu de jolies choses et que je trouve intéressante l'idée de regrouper en un lieu des artistes qui se penchent sur la même problématique: recycler pour créer une œuvre d'art... un objet unique. Tout cela se passe à Nantes, et là encore, je vous invite à suivre ce lien vers leur site internet.


Tous droits réservés

Et enfin, je voulais juste tirer mon chapeau à la dessinatrice qui réalise en direct et à une vitesse absolument effarante de splendides croquis correspondants aux projets d'aménagement des personnes qui s'arrêtent sur le stand d'un des cuisinistes. Je ne sais pas si les discussions se terminent systématiquement par une vente, mais les enfants et moi, nous sommes restés scotchés devant son expertise du sujet et son efficacité!

vendredi 18 septembre 2009

Le chat et la blogueuse

La Perchée de Service s'insurgeait avec bonne humeur (et mauvaise foi, aussi) contre ce phénomène récemment, mais il faut bien se rendre à l'évidence, il y a beaucoup de chats sur la blogosphère féminine. Masculine, aussi, même je crois que les hommes sont un peu moins gâteux que nous vis à vis de leurs chats. Quoi que, entre buz hypnotisé par un regard bleu et Cédric qui photographie ses superbes Maine Coons, je vais peut être un peu vite en besogne dans mes généralisations! :)

Pour ma part je ne suis pas en reste avec mes deux bestioles, que j'utilise honteusement pour meubler le blog lorsque je suis en panne d'inspiration. Notez bien qu'elles ne s'en plaignent pas!

Du coup, quand j'ai découvert le concours lancé sur Vie de Conte de Fée, j'ai pensé qu'il était temps que je leur rende hommage. J'ai choisi d'inscrire Tequila parce que l'histoire de son arrivée chez nous est peu commune...



Allez, je ne veux pas faire de délation, mais j'en vois au moins deux ou trois derrière leur PC qui pourraient participer également, hein? Faites-vite, vous avez jusqu'au 20 septembre!

jeudi 17 septembre 2009

La grenouille et le coca-cola

Attirée par de discrets "tap tap" sur ma fenêtre, je découvre hier soir cette charmante visiteuse, que j'invite illico à rentrer. A peine posée sur le bureau, vlatipas que la belle se jette sur mon verre de coca (aucun savoir vivre!). Il fallait immortaliser l'instant... qui n'a vraiment duré qu'un instant.

grenouille coca cola
objectif macro 60 mm, 3200 ISO, F/2.8, 1/15 secondes

mercredi 16 septembre 2009

Ils l'ont tué...

J'admire les séries qui sont capables de liquider l'un des personnages principaux... cela me fait rarement plaisir, bien au contraire, mais ça dénote d'une certaine manière d'un respect pour le public, et surtout du fait que les scénaristes en ont encore sous le pied, sauf si c'est la dernière saison, on est bien d'accord.

C'est particulièrement vrai pour les séries dont les personnages se mettent en danger, tenez, Stargate, par exemple... Quand on voit chaque semaine l'équipe frôler la mort, et ceux qui partent avec eux ne jamais revenir, au bout de quelques dizaines d'épisodes, on se dit que c'est quand même tiré par les cheveux (ne vous méprenez pas, hein, j'étais toujours contente de les voir rentrer en relatif bon état!). Il a fallu attendre la fin de la cinquième saison pour que l'un des membres de SG1 disparaisse, et encore, c'était uniquement parce que l'acteur souhaitait arrêter la série.

stargate saison 5 épisode 21 la mort de daniel
Stargate S05E21 - La mort de Daniel - Tous droits réservés.

Certes, me direz-vous, c'est de la SF. Mais on peut faire de la SF et tuer ses personnages principaux... Prenez Battlestar Galactica. C'est l'exemple même d'une excellente série, qui n'hésite pas à flinguer les principaux ressorts de l'histoire, et sans systématiquement les faire revenir. Une série que vous regardez en retenant votre souffle, parce que vous savez que rien n'est impossible. Que oui, il y a de grandes chances pour qu'ils aient vraiment osé.

Ce qui m'amène à mon second point... finalement, faire disparaître un personnage principal, c'est aussi un excellent moyen de réveiller les téléspectateurs en leur envoyant un signe fort. Oui, vous étiez habitué à la routine des épisodes, et vous regardiez confortablement celui-là, en appréciant l'histoire sans vous douter que cette fois-ci, celui qui sauve le monde va y rester. Et là, soit les scénaristes ont eu une idée géniale qui relance toute la dynamique de la série et qui repose sur cette disparition, soit ils l'ont fait parce qu'ils étaient à court d'idées fortes pour la suite.

Spoilers à suivre, si vous n'avez pas encore vu la saison 3 d'Eurêka, c'est p'têt le moment d'arrêter la lecture... :)

Ce qui me gêne le plus dans la disparition d'hier soir, c'est qu'il s'agissait d'un triangle amoureux, et qu'il faut voir les choses en face, c'est toujours un excellent ressort dramatique autant en terme de dialogues que de situations. Certes tuer l'un des trois va peut être permettre aux deux autres de franchir le cap, mais pour le coup, la situation avait évolué. Je veux dire par là que la demoiselle avait fait son choix entre ses deux soupirants, et que la troisième roue du carrosse faisait admirablement contre mauvaise fortune bon coeur. Situation résolue, on pouvait aller de l'avant tout en gardant la tension entre les trois lascars. Là, je ne peux pas envisager l'avenir entre ceux qui restent sans penser à cette citation d'Emma, de Jane Austen: "and it really was too much to hope even of Harriet, that she could be in love with more than three men in one year".

Eureka promo saison 3
Eurêka - photo promo saison 3 - Tous droits réservés

Du coup, je dois avouer que je suis un peu inquiète pour la suite d'Eurêka, puisque c'est de cette série là qu'il s'agit aujourd'hui (S3E04 vu hier soir...) Je n'avais déjà que moyennement apprécié le retournement de caractère de certains en début de saison 2, et voilà que l'on me prive de mon duo préféré. J'espère vraiment qu'ils* ont un plan.

(* les scénaristes!)

mardi 15 septembre 2009

Nobody puts Baby in a corner

Je n'ai jamais été amoureuse de Patrick Swayze. Là, c'est dit. Mais Dirty Dancing... je crois que pour toute une génération, la mienne, c'est un film culte sur la danse, comme a pu l'être Grease à la génération précédente. Un film avec ses problèmes de société, je crois même qu'en partie ce sont les mêmes... Mais surtout un film qui vous donne envie de vous lever et de danser. Et danser sur la BO de Dirty Dancing, ça, je l'ai fait. Je me souviens même d'une mémorable soirée "filles" avec pole dancing autour d'une piscine... et non je ne vous en dirais pas plus. Mais j'étais jeune, hein, je ne l'ai plus fait depuis un moment. Il est parfois des coïncidences étranges, je venais de retrouver il y a quelques jours la BO en cassette, je ne me souvenais plus l'avoir achetée.

dirty dancing Patrick Swayze
Tous droits réservés

Quant à Ghost, le second film emblématique de Patrick Swayze (enfin, à mon goût, j'imagine que d'autres vous citeront Point Break), Ghost, donc, outre qu'il s'agit d'une formidable histoire d'amour, c'est surtout ce loft magnifique qui a lancé la mode en France, et la savoureuse scène qui a donné envie à tout le monde de se mettre à la poterie. Ne le niez pas, je le sais. Mais on était jeunes et impressionnables à l'époque ;)



Si vous ne l'avez pas encore entendu aux infos, Patrick Swayze est décédé hier à 57 ans.

lundi 14 septembre 2009

Mais comment j'en suis arrivée là?

Je suis issue d'une famille qui prenait beaucoup de photos, et qui avait même une chambre noire dans le grenier pour développer... c'était l'époque où l'on ne faisait encore que du noir et blanc, et où développer soi-même était économique, et permettait en second lieu de corriger les imperfections de la prise de vue ou de faire des agrandissements. J'étais rarement admise dans la chambre noire (trop turbulente, peut être?), mais par contre je me souviens bien du séchage des photos à la cuisine, dans une sorte de moule à gaufre... et de ces après-midis à attendre impatiemment que soient développées les photos de mes derniers exploits. Mon grand frère prenait plaisir aux trucages à l'époque, c'est toujours le cas aujourd'hui, si ce n'est qu'il sévit maintenant sous Photoshop!


(ne rigolez pas, vous aussi vous feriez cette tête là avec des nénuphars dans les cheveux...)

Pour ma part, je crois que j'en suis venue à la vidéo, puis à la photo pour rompre l'ennui des repas de famille. Quel que soit l'outil, au lieu d'écouter les mêmes histoires pas forcément intéressantes des "vieux", je me focalisais sur la recherche de l'angle, et je guettais l'instant précis qui m'offrirait un joli souvenir d'untel ou d'unetelle. C'est amusant comme une passion peut naître d'un moyen d'évasion... s'il y en a qui dessinent parmi vous, comment cela vous est-il venu?

Quelques années plus tard, j'étais correspondante locale de presse pour un quotidien, avec pour mission de remplir pour chacun de mes articles une pellicule de 12 photos correspondant au sujet. J'avais déjà le Reflex, mais cela m'a donné une excuse pour un bon flash, et surtout, mon complice pendant plus de 10 ans, un 100-300mm d'occasion acheté 3000 francs à un photographe... Un investissement énorme pour moi à l'époque, dont je ne soupçonnais pas à quel point il allait transformer mon goût pour la photo en passion. C'est l'objectif qui m'a offert les moyens de prendre de belles photos "nature" à un moment où elles étaient encore un domaine réservé à des privilégiés...

Si l'on se croise demain, il y a fort à parier que j'aurais sur le dos mon sempiternel sac photo, contenant le reflex et mes 3 objectifs (sait-on jamais!). J'ai abandonné la photographie au flash, le pauvre, lui, ne prend plus l'air ;)

dimanche 13 septembre 2009

Un bracelet Hermés gratuit?

Ou presque. Parce que oui, fabriquer son propre bracelet Hermès, en toute légalité, c'est possible! La Maison Hermès a mis à disposition des internautes une série de bracelets que l'on peut soi-même imprimer, découper... et fabriquer. Certes, ils sont éphémères, mais c'est quand même une chouette idée, non? (A part pour votre cartouche d'encre, on est bien d'accord!)

fabriquer un bracelet hermès en papier
Tous droits réservés par Hermès

Jetez donc un œil sur le site lesailes.hermes.com, la présentation des bracelets est en plein milieu de la mosaïque en page d'accueil. Et puis si vous êtes pressée, rendez-vous à cette adresse pour télécharger directement les modèles!

samedi 12 septembre 2009

The Reader

C'est l'histoire d'un homme, Michael, dont la première histoire d'amour fut aussi la seule... celle qu'il vécut l'année de ses 16 ans, avec une femme d'une vingtaine d'années de plus que lui. Une femme qui s'enfuit un jour sans laisser d'adresse, et qu'il va retrouver alors qu'elle a été rattrapée par son passé et passe en jugement. Lui est justement en train d'apprendre le métier d'avocat. Et c'est en regardant ce procès qu'il va découvrir celle qu'elle était, et c'est en étant son seul contact pendant son emprisonnement qu'il va découvrir celle qu'elle est restée. Et malgré tout, jamais il ne l'abandonnera.

Je ne peux pas dire que j'ai aimé ce film, et même si certains moments sont bouleversants, ce n'est pas tant l'histoire d'amour qui m'a émue que le rappel de la Shoah... Au final, j'ai surtout été soufflée par la performance des deux acteurs qui incarnent Michael.

D'un côté, il y a Ralph Fiennes... solennel, réservé, secret, et qui tient tout le monde à distance, y compris sa fille. C'est fou qu'un acteur anglais puisse aussi bien incarner un personnage germanique... je ne me suis jamais remise, je crois, de son rôle dans Le Patient Anglais. Ce que j'aime chez lui, c'est que même lorsque son visage est un masque fermé, même lorsqu'il ne dit pas un mot... on lit en lui comme dans un livre ouvert. De l'autre côté, il y a le jeune Michael, interprété par David Kross... pour l'anecdote, la production a attendu qu'il ait 18 ans pour lui faire tourner les scènes de nudité avec sa partenaire presque deux fois plus âgée que lui ;) Et à son âge, savoir mettre à nu au sens propre et au sens figuré dans une telle histoire... c'est fascinant. Certes, j'imagine que quantité d'hommes seraient prêts à se battre pour être savonnés et lavés par Kate Winslet. Ou pour être initiés par elle, sans rien cacher de leur intimité. Mais quand même.

Kate Winslet David Kross The Reader
Tous droits réservés

Réalisé par Stephen Daldry. Avec Kate Winslet, Ralph Fiennes, David Kross. Sorti le 15 juillet 2009.

vendredi 11 septembre 2009

1 World Trade Center

Je m'étais promis de ne pas retourner à New York avant que la Freedom Tower ne soit sortie de terre... je viens de voir que finalement elle a été renommée en 1 World Trade Center. Chaque année, je jette un coup d'œil sur le site officiel du futur World Trade Center, et sans vouloir être pessimiste, cette fois-ci, je ne vois même plus la moindre date de fin des travaux... Impossible de ne pas être ému par contre devant les couchers de soleil de ce site, immortalisés par un photographe depuis son appartement pendant près d'une dizaine d'années...

Chrysler Building New York 1999
Chrysler Building - New York

Ceci dit, à partir de la fin novembre, l'A380 fera la liaison Paris-New York via Air France... version 500 places et des poussières, et c'est quand même très tentant, d'autant que Noël à NY, c'est vraiment un moment magique...

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .