Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 16 juillet 2007

La Ligue des Gentlemen Extraordinaires (The League of Extraordinary Gentlemen)

Un chasseur, un guerrier, un espion, une bête, un vampire, un immortel, un homme invisible… une improbable association, et pourtant, c’est un mélange qui cartonne. Je vous entends déjà… tiens, voilà qu’elle s’enthousiasme pour un film de super-héros ? Oui, mais celui-là, il est différent.

Je crois que ce qui fait la magie de ce film, pour moi, ce sont les allusions à la littérature classique et les décors issus également de celle-ci. Ca a titillé ma curiosité tout au long du film, sans même me faire râler pour celles sorties de leur contexte. Rien que pour être sûre de ne pas en rater, je le reverrai avec plaisir, et je lirais bien un commentaire éclairé de ce film. En vrac, donc, La Rue Morgue d’Edgar Allan Poe, Le Dracula de Bram Stoker, le Dr Jekyll & Mister Hyde de R.L. Stevenson, le Tom Sawyer de Mark Twain, le Nemo, le Nautilus, et le Tour du Monde de Jules Verne, l’Homme Invisible de H.G. Wells, le Portrait d’Oscar Wilde, le Fantôme de Gaston Leroux…

Pour en revenir au film, Stephen Norrington, le réalisateur, livre un très bon pitch : "La Ligue se compose de super-héros avant la lettre, qui possèdent à la fois des dons surnaturels et des vertus humaines telles que le courage, l'honneur, la loyauté et l'abnégation. C'est la somme de ces qualités qui leur permettra de combattre le péril technologique incarné par le Fantôme. L'histoire, traitée avec humour et fantaisie, illustre les dangers représentés par des hommes ou des nations qui se croient invincibles et s'arrogent tous les droits."


Photo copyright UFD

Bref, j’ai été séduite par ce film qui se déroule au tournant du 19ème siècle… les acteurs sont très bons (évidemment, Sean Connery est magnifique) et les personnalités, sans être caricaturales, sont très bien ciselées. Les décors sont superbes et les effets spéciaux très réussis. Ce n’est que du plaisir!

Réalisé par Stephen Norrington. Sean Connery, Shane West, Stuart Townsend, Peta Wilson, Naseeruddin Shah, Tony Curran, Jason Flemyng, Richard Roxburgh. Date de sortie : 01 Octobre 2003.

Les Quatre Fantastiques (The Fantastic Four)

Comme je l’ai déjà dit, je ne suis pas fan des super héros… ni du monde des « Comics ». Clairement, je n’en ai jamais eu dans mon biberon quand j’étais petite. Alors évidemment, je n’ai pas été éblouie par les 4 Fantastiques, à la fois parce que l’intrigue est cousue de fil blanc, et parce que les 5 super-héros sont caricaturaux. D’un autre côté, je suppose que ça fait partie du deal.

Les 4 Fantastiques, donc :
(1) le savant super intelligent,
(2) son ex-femme qui ne supportait plus de passer après ses expériences,
(3) son meilleur ami aux gros bras mais au cœur tendre,
(4) le frangin de l’ex-femme, tête brûlée et tombeur.

Et le joker, le financier mégalomane, qui cherche à séduire l’ex-femme.


Photo © Twentieth Century Fox France

Quant à l’intrigue… nos 5 protagonistes s’en vont passer deux jours dans l’espace pour étudier un phénomène rarissime qui doit leur rapporter gros, mais ils se font bombarder par un nuage cosmique qui va chambouler leur ADN, les transformant respectivement en l’homme élastique, la femme invisible, l’homme pierre, l’homme feu, et l’homme métal. Leur première sortie en public vire à l’exploit, et ils sont immédiatement médiatisés. Tandis que le savant super-intelligent cherche un remède, les dissensions apparaissent entre ceux qui veulent garder profil bas, et ceux qui veulent se servir de leurs pouvoirs. Ceux qui vivent bien leur transformation, et ceux pour qui c’est un calvaire. Et c’est ainsi que les anciennes alliances se rompent tandis que d’autres se forment ou se reforment… mais heureusement, tout est bien qui finit bien. Ou presque. Disons que la porte est ouverte.

Pour moi, la vrai bonne surprise, c’était de voir Julian McMahon dans un rôle noir et manipulateur… quant aux autres… je n’ai pas été super convaincue par leur performance. La demoiselle, Jessica Alba, jouait dans Bleu d’Enfer, qui ne vaut que pour ses séquences sous-marines mais qui ne déborde pas non plus de crédibilité. Chris Evans faisait déjà le Beau Gosse dans Sunshine, qui ne m’avait pas convaincue non plus. Bref.

Les effets spéciaux sont réussis, en particulier tout ce qui est lié au feu. Le film ne manque pas d’humour non plus, et finalement, ne se prend pas au sérieux, et c’est ça qui le sauve à mes yeux. Mais bon, chez moi, c’est la catégorie « Regardé, oublié ». Au moins maintenant je comprendrais les allusions de Sheppard la prochaine fois qu’il en parle dans un épisode de StarGate Atlantis !

Réalisé par Tim Story. Avec Ioan Gruffudd, Jessica Alba, Michael Chiklis, Chris Evans (II), Julian McMahon. Date de sortie : 20 Juillet 2005

dimanche 15 juillet 2007

Je déteste Météo France...

Non, parce que c'est gentil de dire sur tous les tons que le week-end va être caniculaire, qu'il va faire chaud, que c'est enfin l'été pour qu'au final, les deux jours soient nuageux. Et pas du genre nuage-éclaircies, non, du genre nuage-nuage. Admettons qu'il fasse meilleur que ces derniers temps, soit. Mais quand même, pour une mi-juillet, c'est pas terrible.

Et dire à tout le monde que ça y est, vous pouvez partir à la mer, il fait beau, c'est un peu pousser le bouchon du haricot. C'est comme cet hiver, tiens. On est partis au ski confiants, Météo France annonçait une "ambiance blanche totale" (donc neige sur les toits, au sol, etc.) dans la station. Et en arrivant, pas un flocon de neige en dehors des pistes sous les canons. Heureusement, il a neigé le surlendemain... en attendant, faire miroiter de la neige pendant 900 kilomètres à ses enfants pour qu'en arrivant il n'y en ait pas, c'était bien triste. On ne nous y reprendra plus, en fait.

Pour en revenir à mon week end, j'avais prévu bronzing en (re)lisant Harry Potter 6 et au lieu de ça, je me sens obligée de faire du ménage et du rangement. C'est par où pour se venger de Môôôsieur Météo?

samedi 14 juillet 2007

Coucher de Soleil

coucher de soleil

coucher de soleil

coucher de soleil

Feu d'Artifice à Chalonnes sur Loire

Feu d'Artifice Chalonnes sur Loire

Feu d'Artifice Chalonnes sur Loire

Feu d'Artifice Chalonnes sur Loire

Feu d'Artifice Chalonnes sur Loire

Feu d'Artifice Chalonnes sur Loire

Feu d'Artifice Chalonnes sur Loire

Feu d'Artifice Chalonnes sur Loire

Feu d'Artifice Chalonnes sur Loire

vendredi 13 juillet 2007

Lever de soleil

Lever de soleil

Lever de soleil

Lever de soleil

Lever de soleil

Lever de soleil

jeudi 12 juillet 2007

Batman Begins

En général, je ne suis pas une très bonne cliente des films à super-héros... Spiderman, Catwoman, Superman... c'est pas mon truc. Et donc Batman, à priori, cela ne l'est pas non plus. Et pourtant, j'ai relativement bien aimé, sans doute parce que ce super-héros là, finalement, il n'a aucun super-pouvoirs. C'est un homme ordinaire, aidé par des gadgets à la James Bond et motivé par une enfance qu'il a besoin d'exorciser.

Reprenons depuis le début... alors que Bruce, enfant, est déjà traumatisé, il perd le même jour ses deux parents, tués sous ses yeux, et, il faut bien le dire, c'est pas difficile pour lui de s'en sentir responsable. Alors à sa majorité, le p'tit gars, quand il découvre que non, la justice ne fonctionne pas bien, et que oui, les truands sont de vrais méchants, il s'enfuit pendant 7 ans. Il court le monde, fraye avec des bandits de toutes sortes et finit par devenir un Jedi. C'est pas la meilleure partie du film, il faut bien le dire.

De retour à Gotham (en jet grand luxe) avec son brave Alfred le majordome qui l'a patiemment attendu toutes ces années, Bruce se rend compte qu'un requin est désormais à la tête de l'entreprise de son père. Il découvre aussi que des tas de joujoux sympathiques (voiture volante, combinaison anti-balles, tissu à mémoire de forme...) dorment dans les caves de Wayne Entreprises et qu'il peut s'installer une cache secrète dans les souterrains de son château. Et hop, Batman est né.


Photo copyright Warner Bros

Evidemment, il est temps de se battre contre un méchant encore plus vil que le pire des truands de Gotham City, ledit méchant qui ambitionne de rendre fou tous les habitants de Gotham avant de griller leur cerveau.

Je ne vais pas dire que j'ai été enthousiasmée, mais j'ai aimé voir la naissance de Batman... son costume, son repère, la batmobile... pour le reste, si les décors sont jolis (le métro de Gotham, une merveille!) ça reste une histoire un peu trop abracadrabrantesque pour que j'y adhère vraiment.

Réalisé par Christopher Nolan. Avec Christian Bale, Katie Holmes, Michael Caine, Liam Neeson, Morgan Freeman, Gary Oldman. Date de sortie : 15 Juin 2005.

mercredi 11 juillet 2007

Entomologiste en Herbe: Insectes de France et d'Europe Occidentale

Bon, il y a plein de bonnes raisons d'avoir un guide d'identification des insectes chez soi:

(1) Il faut connaître son ennemi. Et quand on habite en pleine campagne, on est sans cesse envahis par tout un tas de bestioles... chaque mois voit son lot d'insectes colonisateurs qui tiennent absolument à s'installer dans la maison. Mon pire cauchemar, ce sont les tégénaires, ces grosses araignées qui galopent dans mes pieds en septembre/octobre, bien décidées à s'approprier baignoires et lavabos (je sais, je sais, en fait elles y tombent et ne peuvent pas en sortir... peu importe, le résultat est le même). Pour l'anecdote, la "tegenaria gigantea" représentée grandeur nature dans ce livre est deux fois moins grosse que celles que je vois dans la maison. Sans compter celles qui sont dans les écuries, vraisemblablement des hybrides de mygales. Pas possib' autrement.

(2) Je ne peux pas me résoudre à répondre systématiquement "une bestiole" à la fameuse question "c'est quoi, ça, hein, dis maman, c'est quoi, dis, hein?" qui revient 57 fois par week-end. Et je suis très fière qu'à deux ans et demi Pitchoun #2 fasse la différence entre une "chokrel", un "kriqué" et une "mant'lichieuse". (Certes, y'a encore matière à améliorer la prononciation). Et distingue une araignée d'un faucheux et d'un pholcus. Etc, etc. J'aime leur apprendre à se poser devant une plante et à observer jusqu'à voir toute la vie qui s'y presse. D'autant que toutes ces petites bêtes, ou presque, on peut les prendre dans les mains. Et ça, c'est top. La palme revient à la mante religieuse, qui pour être énorme, est très placide et veut même bien rester sur l'épaule d'un Pitchoun pendant le temps que ça lui chante.

(3) Photographier, c'est bien. Ne pas savoir ce que c'est, c'est frustrant. Et pour ça, ce petit livre est très bien. D'abord, sans y rien connaître, rien qu'avec la silhouette de la bête, on retrouve sa famille. Et ensuite, y'a plus qu'à feuilleter. Un petit reproche, ça manque d'araignées et de chenilles. Mais les puristes diront que les araignées ne sont pas des insectes, et puis bon, toutes les chenilles et toutes les chrysalides de tous les papillons, ça mérite un livre à soi tout seul. Alors en attendant, quand le livre ne suffit pas, y'a un forum plein de spécialistes prêts à rendre service... Le Monde des Insectes... sans compter les pros de la photo macro qui dispensent généreusement leurs trucs et astuces.

mardi 10 juillet 2007

Matrix Revolutions (The Matrix Revolutions)

Dernier opus de la saga Matrix... le démarrage est un peu lent, je n'ai pas vraiment accroché à l'intrigue des programmes qui se marient et peuvent avoir des enfants qu'ils abandonnent pour qu'il puissent vivre librement une vie de programme sans utilité. Aprés le Maître des Clefs, nous voici présentés à l'Homme du Train, et là également, je ne peux pas dire que ça m'enthousiasme.

Heureusement, le rythme s'accélère avec l'attaque de Sion par les machines, et ça, c'est du grand spectacle. Même si je reste perplexe sur le fait qu'il faille envoyer un gars au casse-pipe en pleine bataille lorsqu'un pilote de APU (Armored Personnel Unit) crie "rechargez!". Parce que le p'tit gars avec sa brouette de munitions, on a beau l'encadrer de deux soldats armés, au milieu d'un feu constant et de 250,000 sentinelles, ça reste une opération suicide. Hormis ça, la bataille APU vs Sentinelles est sublime. C'est vraiment ce que l'on appelle se battre avec l'énergie du désespoir.

Dessin d'un APU

J'ai également beaucoup aimé l'arc avec les trois capitaines de vaisseaux... Niobe m'a parue très convaincante, et j'ai aimé son numéro à la Lee Adama / Luke Skywalker. Et puis j'adore les personnages féminins qui en ont. A l'instar de Trinity, par exemple, qui ne fait pas dans la dentelle lorsqu'il s'agit de récupèrer son Néo... le Français en fait vite les frais. C'est quoi ce fantasme sur les yeux de l'Oracle, d'ailleurs?

Au rayon des points négatifs, j'ajouterais bien l'EMP, également (Electro Magnetic Pulse). Ca commence à devenir un peu trop facile, en SF, qu'on balance un coup d'EMP lorsqu'il s'agit de venir à bout de machines, peu importe leur taille et leur nombre. Et je listerais bien aussi le combat final entre Néo et l'Agent Smith... il perd, il perd, il perd, et tout à coup, zou, il gagne. Quand on croit que tout est perdu, justement. Je me demande quand même si je n'ai pas raté un truc.

Et pour conclure, très jolie fin pour nos deux tourtereaux.


Photographie copyright Warner Bros

Site Officiel de la Saga Matrix

*************SPOILER*************

J'ai pris le parti dans mes billets de ne pas trop en révèler, mais là, quand même... Je suis restée interdite par la fin. Finalement, on pourrait presque se dire qu'on est devant un jeu de stratégie grandeur nature... l'Architecte qui manipule les Machines et la Matrice, et l'Oracle qui manipule les Humains Libres et tente de corrompre des programmes de la Matrice. Chacun ayant son "héros", que ce soit l'Agent Smith ou Néo, qui sont thèse et anti-thèse. Plus l'un est fort, plus l'autre l'est également. Et si l'un meurt, l'autre meurt aussi.

**********FIN DE SPOILER**********

Réalisé par Andy Wachowski, Larry Wachowski. Avec Keanu Reeves, Laurence Fishburne, Carrie-Anne Moss. Date de sortie : 05 Novembre 2003.

Soleil + Pluie = Arc-en-Ciel

lundi 09 juillet 2007

Cryptozoologie: la science des animaux cachés

Encore une excellente émission ce 9 juillet de 9h15 à 10h30, animée par Jacques Pradel sur Europe 1. Disponible en podcast.

Invités:
  • Jean-Jacques Barloy, Ecrivain, Docteur es sciences, Journaliste animalier

  • Eric Joye, Président, Administrateur, Fondateur de l'association ABEPAR (Association Belge d'Étude et de Protection des Animaux Rares), et cryptozoologue

Ce matin, quelques éléments de la biographie de Bernard Heuvelmans, scientifique qui n'a pas hésité à se lancer dans des croisades controversées... on évoque d'abord des animaux issus de la cryptolozoologie qui ont intégré ensuite la zoologie: l'okapi (girafidé sans long cou mais zébré), l'ornithorynque (mammifère qui allaite ses petits, à bec de canard et queue de castor), une tortue d'eau douce géante découverte dans un lac au coeur de Hanoi, le calamar géant, le coelacanthe, etc.

Avant d'évoquer de grands dossiers encore sujets à controverse: la pieuvre géante, le yéti, le néanderthalien, les félins à dents de sabre et moult autres créatures plus fantastiques les unes que les autres. Je ne dis pas que tout est crédible, mais j'adore écouter ces anecdotes... qui n'apportent aucune conclusion, mais jettent un voile de mystère supplémentaire.

Matrix Reloaded

Hummmm... pas très convaincue par ce second opus. Je crois que le mélange des genres me gène un peu, et l'action ne compense pas l'intrigue qui fait du sur-place. C'est toujours un peu le problème du deuxième épisode d'une trilogie. Le premier a eu une conclusion avec une porte ouverte, et le troisième va avoir l'épilogue... alors le rôle dun deuxième, c'est d'installer une nouvelle histoire sans en révéler trop. Et arriver à faire ça sans que le spectateur ne s'ennuie, c'est pas facile.

L'histoire, donc. 250,000 machines sont en route vers Sion, qui tente d'organiser sa défense. Avec difficultés, puisque des hommes comme Morpheus pensent que la guerre n'aura pas lieu, qu'il suffira que Néo livre sa bataille pour que tout soit terminé. Et évidemment, vu que c'est l'épisode 2, le spectateur se doute bien que ce ne sera pas le cas... Néo, lui, se bat contre ses doutes et ses peurs.


Photo copyright Warner Bros

J'ai aimé découvrir Sion, ses logements, son envers du décor, ses croyances, sa politique, la sensualité de ses habitants. Pour le reste, je dois avouer que je ne me suis pas passionnée. Ni pour les interminables batailles, ni pour les courses-poursuite à rallonge que ce soit en moto ou en voiture, ni pour les séquences pendant lesquelles Néo survole la planète tel Superman, ni pour les effets spéciaux à la Spiderman 3, ni pour les créatures mi-gorgones mi-énergie, ni pour les manipulations de la matrice quand il s'agit de sauver quelqu'un ou créer des possibilités nouvelles...

Par contre, on ne peut pas nier que les images sont très belles... les batailles, pour être longues, sont excessivement bien filmées et photographiées, et le rendu à l'écran est sublime. J'ai bien aimé également les séquences autour du duo Perséphone/Mérovingien, savoureux mélange de manipulation et de perversité.

Réalisé par Andy Wachowski, Larry Wachowski. Avec Keanu Reeves, Laurence Fishburne, Carrie-Anne Moss, Lambert Wilson, Monica Bellucci. Date de sortie : 16 Mai 2003.

dimanche 08 juillet 2007

Macro-promenade

Photos prises cet aprés-midi... je vous emmène en promenade dans mon jardin.

Abeille
abeille

Araignée sur sa toile
Araignée

Ecaille chinée (Euplagia quadripunctaria)
Ecaille chinée Euplagia quadripunctaria

Sauterelle
sauterelle

Sauterelle ponctuée (Leptophyes punctatissima)
Sauterelle ponctuée Leptophyes punctatissima

Sauterelle ponctuée Leptophyes punctatissima

Sauterelle ponctuée Leptophyes punctatissima
Autres photos, par ici!

Criquet
criquet

Grande sauterelle verte (Tettigonia Viridissima)
Grande sauterelle verte Tettigonia Viridissima
Autres photos, par ici!

Mouche verte (Lucilia caesar)
Mouche verte Lucilia caesar

Cardère
Cardère

Grande besse
Grande besse

Araignée sur sa toile
Araignée

Graphosoma italicum
Graphosoma italicum

Coccinelle
coccinelle

Ourson coquau (Erethizon dorsatum) au Zoo d'Amnéville

Ourson coquau Erethizon dorsatum Zoo Amnéville

Ourson coquau Erethizon dorsatum Zoo Amnéville

Ourson coquau Erethizon dorsatum Zoo Amnéville

AirFrame (Turbulences) par Michael Crichton

Avec ce suspense, Michael Crichton nous emmène dans la monde de l'industrie aéronautique, chez Norton Aircraft, un grand constructeur américain. L'histoire commence par un carnage en vol, à bord d'un N22 qui enchaîne brutalement une série de cabrés et de piqués... comportement inexplicable pour tous les spécialistes de l'appareil. Le pilote était expérimenté sur ce type d'appareils, le N22 avait été révisé récemment, et rien dans les conditions météo n'explique les circonstances du drame. Le fait divers tombe mal, alors qu'un gros contrat doit être signé avec la Chine, et l'équipe d'investigation dispose d'une semaine pour comprendre ce qui s'est passé à bord du vol TPA 545. Casey Singleton est Vice-Présidente en charge de la qualité, et mise sous pression par sa hiérarchie, par les journalistes et les syndicats, qui semblent tous avoir leurs propres intérêts à défendre, Casey ne peut guère compter que sur elle-même pour aboutir aux bonnes conclusions.

Un des seuls reproches que j'aurais à faire... c'est qu'on entend tellement parler d'Airbus et de Boeing qu'on a un peu de mal à imaginer qu'il y ait un autre grand constructeur, surtout sur le sol américain. A part cela, Crichton est toujours aussi bien documenté, et nous emmène dans le monde de l'aviation commerciale aussi facilement qu'il nous faisait découvrir son parc jurassique. Visite des lignes de production, méthodes de certification des avions, tests de qualité, notions de pilotage, de mécanique, de management d'une entreprise internationale... c'est toujours un plaisir que de suivre Crichton, le tout bien servi par un vrai suspense.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .