Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 13 octobre 2007

Capucine et les Sept Citrouilles Magiques

Une fois n'est pas coutume, c'est un livre pour enfants que je souhaite vous faire découvrir... une histoire à la manière d'Alice au Pays des Merveilles qui se déroule au château de Montriou, situé dans le Maine et Loire. Ecrit par la châtelaine, Nicole de Loture, ce conte est une excellente manière de préparer les enfants à une visite des jardins du château... les plus jeunes s'attendront à y croiser un lapin magique ou une coccinelle dotée de la parole pour les emmener dans des aventures merveilleuses.

Le livre est auto-édité, il peut donc être acheté sur place, ou par correspondance sur le site du Château de Montriou.

Capucine et les Sept Citrouilles Magiques Château de Montriou

Tous droits réservés par leurs propriétaires respectifs.

Voir également mon billet sur le Château de Montriou.

Cucurbitacées à Montriou

exposition vente cucurbitacées chateau de montriou

exposition vente cucurbitacées chateau de montriou

Traditionnellement, en octobre, les châtelains de Montriou vendent leur récolte de cucurbitacées. Parce que Montriou, au-delà d'être un joli château de famille avec ses jardins à l'italienne, ses buis, ses topiaires et sa collection de dahlias, c'est surtout un potager dans lequel sont cultivées plusieurs dizaines de variétés de cucurbitacées. Imaginez-vous en août ou septembre, déambulant sous les tonnelles du potager, avec, suspendues au-dessus de votre tête, des dizaines de courges, certaines atteignant plusieurs kilos et dépassant parfois le mètre. C'est réellement féérique, succés garanti auprès des petits... et des grands.

exposition vente cucurbitacées chateau de montriou

"Potirons en scène", c'est l'occasion de découvrir, harmonieusement déposée au pied du château, la récolte de l'année. Et plus si affinités, tout est à vendre. Certaines variétés sont uniquement décoratives, comme le souligne avec humour le maître des lieux en racontant l'histoire d'Agrippine qui empoisonna son mari en lui faisant boire une soupe à base de coloquintes, laissant ainsi le champ libre à son amant. D'autres variétés se cuisinent et Nicole de Loture, la châtelaine, distribue volontiers des fiches de recettes adaptées à chaque type de "citrouille", avec une gentillesse rafraîchissante...

exposition vente cucurbitacées chateau de montriou

exposition vente cucurbitacées chateau de montriou

exposition vente cucurbitacées chateau de montriou

Je ne peux que vous encourager à aller découvrir ce château, ses jardins et ses habitants, que ce soit ce week-end pour l'exposition-vente, lors d'un autre week-end événementiel (voir le site internet pour plus d'informations), ou pour une visite en famille.

chateau de montriou

Pour ma part j'ai ramené une bonne dizaine de coloquintes variées, deux grosses courges décoratives, et deux citrouilles pour Halloween. C'est mon décor automnal à l'intérieur de la maison... J'ai aussi ramené un joli conte pour enfants dont le théâtre est Montriou et ses citrouilles, gentiment dédicacé par la châtelaine qui en est l'auteur. Voir ce billet pour en savoir plus.

Humeur Automnale

citrouille

vendredi 12 octobre 2007

Dexter en Jupons

Cliquez!

Alien, la Résurrection

Allez, 33 ans et jamais vu toute la saga... mais avec la sortie programmée en 2008 de Alien vs Predator - Requiem, il fallait que j'y fasse quelque chose. J'ai donc regardé celui-là hier soir, et franchement, à part une ou deux scènes fortes, je n'ai pas été séduite. Je veux dire que ce n'est pas un mauvais film de bestiole qui tue tout le monde, genre bien connu au cinéma, mais à part les Aliens, justement, on ne peut pas dire que les acteurs sont terriblement convaincants, même si je dois avouer que les grands yeux noirs de l'Alien mutant, si... humains, m'ont fait frissonner.

Rien de bien nouveau dans ce film, si ce n'est que c'est un plaisir que de voir nager les Aliens, et que Sigourney Weaver arrive très bien à rendre la relation entre une mère et son fils, peu importe ô combien terrifiant est son enfant. Ce côté presque sexuel, sensuel en tous les cas, c'est tout à fait fascinant.

alien resurrection sigourney weaver
© 2003 Twentieth Century Fox Home Entertainment.

Réalisé par Jean-Pierre Jeunet. Avec Sigourney Weaver, Winona Ryder, Dan Hedaya. Sorti le 12 Novembre 1997.

jeudi 11 octobre 2007

Grand Chantier (!)



Calendrier de l'Avent

Début novembre l'année dernière je tombais sur des calendriers de l'Avent Playmobil... à l'époque, je m'étais dit que c'était vachement tôt pour en acheter un. Mais 3 semaines plus tard, il n'y en avait plus nulle part.

Alors aujourd'hui, j'ai acheté mes calendriers de l'Avent Playmobil. Deux identiques, pour éviter que mes deux p'tits gars ne s'entretuent en attendant Noël (ça ferait désordre). Thème "Chevaliers". Et on est même pas encore mi-octobre. C'est terrible.

calendrier avent playmobil chevaliers

(J'ai longuement lu ces jours derniers le catalogue 2007 de Playmobil. J'adore les Playmobil. Je voudrais tous les avoir. Vivement que mes gars aient l'âge.)



mercredi 10 octobre 2007

Le Film (Suite)

Suite des événements, donc. Tournage de 13 à 17 heures, après moult péripéties sur la date et l'heure. Au final, j'ai un petit 25 minutes d'images à trier, j'espère qu'elles seront bonnes! Certaines pourront même faire l'objet d'un bêtisier si courage et temps. La machine n'a pas toujours été coopérative; on filme pour montrer à quel point c'est facile à faire, mais au final, il y a quelques prises qu'on a recommencé jusqu'à 4 fois pour cause de juron (on a pas le son d'accord, mais y'a des choses que tout le monde sait lire sur les lèvres!), machin qui ne s'emboite pas, fou-rire, bidule qui refuse de coulisser ou sur lequel il faut taper pour que ça rentre. Et ça, ce n'est pas franchement ce qu'on veut montrer au client :)

Finalement, positionner et repositionner les spots, s'assurer que rien d'indésirable ne figurait dans le champ de la caméra, bricoler des déflecteurs... vu qu'on était loin d'être dans un studio, ça a été le plus long. Pour le reste, on a pris le parti de faire à chaque fois un plan de l'action en général, puis un gros plan pour montrer les détails importants.

Au final, je crois que c'est le montage qui va faire tout le boulot... et radio-couloirs m'a permis de rencontrer un collègue pour qui c'est une passion et qui va s'en charger, j'vais juste superviser. Pour résumer, il faut encore que j'écrive les sous-titres, choisisse une musique, et prépare le générique ;)

Desperate Housewives, épisode 4x02, Smiles of a Summer Night

Encore un épisode savoureux... décidément, c'est un très très bon début de saison. l'introduction de l'épisode est d'ailleurs magistrale... Mary Alice nous fait remarquer qu'une vague de criminalité vient de survenir à Wistéria Lane: le linge mis à sécher piétiné, le skateboard disparu... le tout étant l'oeuvre de Carlos qui doit regagner ses pénates en un temps record pour ne pas éveiller les soupçons d'Edie. Ladite Edie à laquelle il vient d'offrir, à son insu, une voiture de 80,000$. Parce qu'il faut bien dire que la demoiselle, enfin, la garce, tire un peu sur la corde. Et lorsque Carlos lui demande de s'acheter un cadeau d'anniversaire moins... voyant... à ses frais, la demoiselle le demande en mariage. Et vu ce qu'elle sait à propos de sa petite réserve anti-vaches maigres, les voilà fiancés. C'est férocement drôle et cruel à la fois.

Autre délice de l'épisode, Bree. Déjà, Bree, je l'aime beaucoup. Mais quand elle vire à la psychopathe parce que la nouvelle venue du quartier est meilleure cuisinière qu'elle... c'est du grand art. Et ce qui me plaît, au-delà du fait qu'elle tente d'abord d'obtenir la recette convoitée en utilisant les règles du savoir-vivre c'est qu'elle soit ensuite capable de s'introduire frauduleusement chez Dana, avec de quoi fracturer le coffret à recettes. Mais surtout, surtout, j'adore la placidité d'Orson. Rassurant, conciliant, compréhensif, à fond derrière elle quoi qu'elle fasse. Et franchement, vu Bree, c'est vraiment un homme formidable.

Quoi d'autre? Tom Scavo peut être, pas franchement présent en ce début de saison... Lynette a besoin de se changer les idées lors de ses séances de chimio, et Tom n'est pas vraiment très distrayant. Amoureux, très amoureux, mais déprimant, et il se fait proprement mettre à la porte. Gabrielle a du mal à prendre la relève... petite, elle a vu son père lentement agoniser d'un cancer, sans avoir le droit de le pleurer ni même de cesser de sourire. Comme elle le dit ironiquement, ça lui a bien servi ensuite pour son métier, mais à 5 ans, c'est lourd à porter. Quant à Susan... pour l'instant je ne suis vraiment pas convaincue. Tant que Julie n'aura pas changé de coiffure (oui, les cheveux, c'est une obsession chez moi...) j'aurai du mal à accrocher à ses petits problèmes d'ado qui ne s'entend pas avec son beau-père. C'te blague... Mike le magnifique et l'ado parfaite... qui pourrait y croire? Surtout quand encore une fois Julie est bien plus adulte que sa mère. Mais c'était plaisant de les voir faire front contre la future maman...

Fin de l'épisode très prometteuse... Carlos a décidé de résoudre, à sa manière, son problème du moment: Edie.

Captures d'écran (et commentaire) chez La Sorcière!

Titre Canal +: Cuisine et décadence

No Tomorrow (Orson)

J'adore ces matins où, saoulée par Europe 1, je passe sur le chargeur CD pour avoir le plaisir de chanter à tue-tête, et sérieusement monter le son.



Let’s go to a rave and behave
like we’re tripping simply ’cause
we’re so in love

funny hat
shiny pants
all we need for some romance
go get dolled up and I’ll pick you up

there’s no line for you and me cuz tonight
we’re v.i.p.
I know somebody at the door
I see that twinkle in your eye
you shake your ass and I just die
let’s check our coats
and move out to the floor

when I’m dancing with you
tomorrow doesn’t matter
turn the music up
til the windows start to shatter
cuz you’re the only one who can get me on my feet
and I can’t even dance

look at me
silly me
I’m as happy as could be
I have a girl who thinks I rock
and tomorrow there’s no school
so let’s go drink some more red bull
and not get home til about
6 o clock

when I’m dancing with you
tomorrow doesn’t matter
turn the music up
til the windows start to shatter
cuz you’re the only one who can get me on my feet
and I can’t even dance

everybody here is staring
at the outfit that you’re wearing
love it when they check you out
cover’s only 20 bucks
and even if the dj sucks
it’s time to turn this mother out

when we’re together
when we’re together
there’s no tomorrow
there’s no tomorrow
there’s no one in the world
but you and me
just you and me
you and me

mardi 09 octobre 2007

Y'a du louche là-dessous...

Stargate Atlantis épisode 4x04, Doppelganger

C’est plutôt du bon Stargate, cet épisode 404, et la seule chose que je pourrais réellement lui reprocher, c’est la coiffure de Sam. Ce n’est pas bien sérieux me direz-vous, mais quand même. Je préfèrerais de beaucoup retrouver la coupe garçonne plutôt que cette version Princesse Leïa. Mais à part ça, je vous l’ai dit, j’ai passé un très bon moment devant cet épisode façon « planet of the week ». C’est que nos héros, ils causent. Ils se retrouvent même à la cafet’ (splendide vue, d’ailleurs, j’aimerais la même au boulot) de nuit comme de jour pour se raconter leurs peurs et partager leurs émotions. Fichtre.

L’épisode commence dans une forêt quasi équatoriale, sur une planète inconnue, pour investiguer une source d’énergie détectée par McKay… il s’agit d’un cristal accroché à un arbre, et là, forcément, pour nous, ça fait tilt. Parce que le coup du cristal vivant, on nous l’a déjà fait dans SG1… et c’est finalement un des grands intérêts de Sam que de pouvoir rappeler ces aventures à ceux qui les auraient oubliées. Poussé par une impulsion inexplicable, Sheppard touche le cristal… et se prend une bonne décharge d’énergie. Direction l’infirmerie, materné par Teyla. Et à partir de cet instant, les nuits sont de moins en moins récupératrices pour nos amis. Teyla tout d’abord qui prépare un dîner en tête à tête avec Shep’, se sent obligée de justifier à Ronon que non, il n’y a rien de romantique entre elle et le chef, avant de voir sa force vitale aspirée par un Shep à demi-Wraith.

Cauchemar suivant, c’est la jolie Dr Keller qui s’y colle. Teyla est en salle d’opération, et Kate, horrifiée, perd tous ses moyens tandis que Shep se réjouit de voir émerger un splendide insecte géant du ventre de Teyla. Ronon se retrouve abandonné dans Atlantis, obligé de redevenir un runner, avant d’être capturé et enterré vivant par un Sheppard démoniaque. Lorne (enfin de retour à l’écran !) manque de tuer Shep’ lors d’une crise de somnambulisme, persuadé qu’il est un réplicateur. Mais c’est le cauchemar de Heightmeyer qui tourne au drame, et c’est terriblement logique pour une psychiatre, enfin je suppose, que sa plus grande peur soit le suicide. Comment aider les autres si on en est soi-même au point de se donner la mort?

McKay est le suivant sur la liste, et vu son courage légendaire, Sheppard le rejoint dans son rêve pour l’aider à affronter ses peurs… et y gagne d’être confronté aux siennes. Surprise, c'est un clown qui se joint à eux... « I hate clowns ! »… cela dit, moi non plus j’aime pas les clowns, mais quand en plus le clown en question a l’air tout droit sorti d’un Stephen King... il n’y a pas à dire, il faut souquer ferme ! Au final on a le droit à un bel affrontement, psychologique d’abord et physique ensuite, entre notre Shep et son double démoniaque. Un combat corps à corps entre les deux, mesdames, que demander de mieux ? ;)

L’épisode se termine très joliment… de nuit, Shep en train de lire à la cantine, bientôt rejoint par Teyla, Ronon, McKay, Kate et Sam… l’équipe étendue. Et c’est amusant et un peu triste à la fois de se dire qu’Elizabeth et Carson ont rarement eu le droit de se joindre à la dream team dans ce genre de circonstances…

Je n’ai pas encore parlé de la scène dans laquelle Teyla rejoint Shep dans sa chambre avant de se jeter dans ses bras… ce n’est pas à dessein, c’est juste que dit ainsi on a tendance à y voir plus que ce qu’elle signifie réellement, enfin, à mon sens. En fait, suite à son cauchemar, Teyla est restée sur ses gardes vis-à-vis de Sheppard, au point qu’il n’ose pas aller la réconforter après qu’elle ait découvert Heightmeyer… Et cette manière qu’il a de lui dire « I wanted to see you, but I didn’t know if you wanted to see me” (ou équivalent)… cette vulnérabilité avouée, ce besoin d‘être rassuré, ce n’est pas courant chez Sheppard.

Et pour finir, je voulais dire que le montage de l’épisode est très bien fait puisque l’on passe parfois sans transition aucune de la réalité au cauchemar… et si certains rêves sont clairement délirants (que diable fiche donc McKay sur l’océan dans un canot à rames ?), d’autres sont parfaitement crédibles… Allez, puisqu’on ne l’a pas vu, quel serait le cauchemar de Zelenka ? Ou même le votre?

(Et c'est bien de voir les épisodes à l'avance, mais du coup, samedi en quinze, y'en aura pas de neuf. Grumpf.)

Captures d’écran de l’épisode (et commentaire !) chez La Sorcière.

lundi 08 octobre 2007

La Page Blanche (L'Angoisse de...)

Quand il est déjà 21h15 et que je regarde ma page vierge sur l'écran depuis déjà dix minutes, ça veut sûrement dire que pour aujourd'hui, l'inspiration, c'est foutu... Vous ne m'en voudrez pas, hein, dites? Promis, je ferai mieux demain. Et que je n'entende personne dire que de toutes façons, ça ne pourra pas être pire :)

dimanche 07 octobre 2007

Stargate Atlantis épisode 4x02 Lifeline

Rien de bien nouveau dans cet épisode, mais c'est plutôt bien mené... mais surtout, surtout, au delà de l'action qui est relativement prévisible pour les fans de Stargate, je vous l'ai dit, rien de vraiment inédit, ce qui est très joliment fait, c'est la relation entre John et Elizabeth.

John, on le sait, laisser un des ses équipiers sur le terrain, c'est quelque chose qu'il ne sait pas faire. Autant il est toujours OK pour se sacrifier, autant mettre en danger la vie d'une de ses ouailles, ça le déchire. Et quand c'est Elizabeth qui prend le risque de se sacrifier, le pauvre John, sans jamais rien lui dire, il l'interroge en permanence. Et c'est ça qui est/était sublime entre eux deux, extrêmement droits, mais on sent que s'il y avait la plus petite hésitation de l'autre côté, ils seraient l'un comme l'autre foutu de faire une bêtise. Mais à chaque fois, ils se rassurent du regard. A chaque fois, ils encouragent l'autre à faire ce qu'il faut faire, peu importe ce que ça leur coûte.

Ce coup-ci, Sheppard confie le commandement de la cité à Teyla avec pour consigne d'évacuer vers la planète la plus proche si les choses tournent mal sur le homeworld des Asurans... et ça, même ça, c'est très bien vu. Pendant ce temps, Sheppard, Weir, Ronon et McKay filent chiper un ZPM pour sauver la Cité... et grâce à Liz' c'est "piece of cake". Evidemment tout serait trop simple si McKay ne découvrait pas une instruction désactivée dans le code des Asurans... celle d'aller attaquer les Wraiths. Direction le "core", le coeur de la Cité donc... Et Liz' est obligée d'aller au contact pour sauver les fesses (qu'ils ont fort jolies, on le sait) de Ronon et Shep'. Petit tour de passe-passe avec Oberoth, départ un peu chaud de la Cité et heureusement l'Apollo déboule, grâce à Sam, il faut bien le dire, pour recueillir le jumper de nos héros. Et la première pensée de John est évidemment pour Elizabeth. C'est bon de revoir Atlantis à nouveau entièrement sous son bouclier protecteur, stardrive enclenché, et en hyperespace. Et brillamment, comme toujours, Sheppard nous prouve encore une fois qu'il peut piloter n'importe quel engin (quel homme!) en posant Atlantis sur son nouvel océan, une planète à laquelle Liz' ne pensera jamais. Parce qu'elle est restée aux mains des réplicateurs, évidemment.

L'épisode se termine par deux jolies scènes, la première avec Teyla qui range le bureau de Liz', et Ronon qui vient la réconforter. Je vous laisse regarder l'épisode pour découvrir comment exactement, mais on a pas souvent eu un contact humain aussi chaud :) Seconde scène sur un balcon de la Cité, entre John et Sam... dans laquelle on comprend que seul John sans doute pense encore revoir Elizabeth vivante. Je me demande combien de MIA (Missing In Action) John espère retrouver un jour. C'est définitivement une jolie fin d'épisode, enfin SGA prend le temps de montrer que non, ce n'est pas OK d'avoir une nouvelle fois perdu quelqu'un... et j'aime beaucoup cette informalité entre Sam et John. Il lui rappelle forcément O'Neill sur ce point là, cette volonté d'y croire envers et contre tout, c'est pas possible autrement. Et elle n'est pas différente, quand elle enlève son uniforme ;)

Photos sur le site de GateWorld... et le Blog de La Sorcière.

Avant l'Euro...

il y avait la Lire Italienne, le Franc Belge et le Franc Luxembourgois.

lire italienne

franc belge

franc luxembourgois

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .