Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 17 novembre 2007

Premier Givre de l'Année

givre

Poney Givré

poney shetland givré

crinière givrée de poney shetland

Planisphère de Nuit

Puisqu'on en parlait dans un autre billet (celui-là), j'ai retrouvé sur internet une photo qui m'avait interpellée dans le Supplément à Science et Vie N°1079... la Terre, de nuit, vue d'en-haut. Les mégalopodes sont immanquables, les autoroutes entièrement éclairées (Belgique) également. Toute une pollution lumineuse qui gène les amateurs de ciel profond.

Lien vers The World at Night

vendredi 16 novembre 2007

Lever de Terre

Vu par la caméra haute définition de la sonde japonaise Kaguya, actuellement en orbite autour de la lune...

Casper

Ben oui. Casper. Mon excuse, si tant est qu'il en faille une, c'est que je voulais savoir si les petiots étaient assez grands pour le regarder. Et j'ai été très agréablement surprise. Déjà, je pense que je l'avais déjà regardé dans une autre vie, parce que j'ai eu beaucoup d'impression de "déja-vu", justement. Mais même en ayant une large idée de l'histoire, j'ai bien aimé, et je me suis même surprise à rire. J'aurais d'ailleurs sûrement pleuré (et oui, aussi!) si je n'avais pas un coeur de pierre devant un écran, mais celle-là, c'est une autre histoire.

Casper, donc, c'est un jeune fantôme qui s'ennuie terriblement dans son manoir, et qui se fait un peu chahuter par ses 3 oncles, fantômes également. Lui, Casper, il aimerait bien avoir un ami, par exemple ces enfants qui s'introduisent dans la maison hantée pour gagner un pari. Ou même cette chercheuse de trésor qui vient d'en hériter. Mais tout le monde a peur de lui, et ses oncles adorent terroriser les humains... et ne s'en privent pas, d'autant plus que quand on est un vrai fantôme, c'est pas bien difficile de faire peur.

Alors le jour où Casper voit à la télé un reportage sur un psychologue pour fantômes, il se débrouille pour le faire venir s'installer dans la maison, avec sa fille. Casper et Kat vont devenir amis, et contre toute attente, et après quelques péripéties, les 3 oncles vont prendre sous leur aile le père de Kat, au point de vouloir le tuer pour qu'il rejoigne leur trio. C'est d'ailleurs pour moi la scène la plus drôle du film... Alors que les trois fantômes sont tous trois armés et sur le point de le tuer, le papa de Kat, complètement ivre, leur fait une grande déclaration d'amitié, obligeant nos trois spectres (transparents) à cacher tant bien que mal leurs armes dans leur dos... C'est très visuel, évidemment, c'est normal que vous ne soyez pas plié de rire en me lisant ;)

Ajoutez à cela que la maison abrite un trésor, que le père de Casper était un inventeur surdoué, que l'héritière et son avocat sont prêts à tout pour devenir riches, que la maman de Kat est un ange, que les 3 oncles sont furieusement drôles, que Casper avait l'âge de Kat au moment de sa mort, que la fête d'Halloween de l'école va se dérouler dans la maison hantée, et vous avez tous les ingrédients d'un grand film pour enfants... et adultes.

Les clins d'oeil ne manquent pas pour les adultes... détournement de la chanson de Lesley Gore "It's my Party", références à SOS Fantômes et plus subtilement à des films comme Poltergeist, et je n'oublie pas (mais j'en oublie d'autres) l'accent Freudien des oncles qui psychanalysent le Dr James Harvey...

En résumé, c'est drôle, émouvant, enlevé, et plein de bons sentiments face à des méchants détestables.



Réalisé par Brad Silberling. Avec Malachi Pearson, Christina Ricci, Bill Pullman. Sorti le 04 Octobre 1995.

jeudi 15 novembre 2007

Ah ben non, c'est pô ici...

Ces fous qui ont fait la légende de l'aviation

Émission très intéressante de Jacques Pradel ce mercredi 14 novembre, de 9h30 à 11h, sur Europe 1 (disponible en podcast ou en écoute différée) consacrée en particulier aux pionniers de l’aviation et de l’aéropostale, une véritable revue des premières fois au fil du temps.

Invités : Bernard Marck, (journaliste, historien de l'aviation) et Martine Gay (psychomotricienne, navigatrice et pilote d'avion privé)

Les premières femmes, le premier looping, les records, les premières traversées… j’ai retenu en particulier le record d’une femme, qui est restée 37 heures en vol au-dessus du Bourget, et qui aspergeait ses yeux d’eau de Cologne pour rester éveillée… grâce à la douleur. Elle faisait son mélange et son ravitaillement en vol, et ne s’est posée qu’après avoir vidé tous les bidons embarqués à bord.

Des mystères également, comme la première traversée des Andes, avec la surprise de l’aviateur (ou –trice, je ne sais plus) qui avait eu la veille la visite d’un médium qui lui avait décrit précisément ce qu’il verrait d’en-haut jusqu’à Santiago du Chili… Ou l’équipage d’un avion dans lequel ont été installées des pièces récupérées suite à un accident, et qui a la surprise de découvrir, assis en cabine, le fantôme du Commandant de bord victime du crash.

Évocation aussi des dirigeables qui proposaient à des passagers fortunés de faire le tour du monde… et des grands accidents qui ont signé l’arrêt de ce moyen de transport. Et pour finir, quelques mots à propos d'un hydravion cargo en cours de développement, le Be-2500, et dont l’envergure sera supérieure à celle de l'Airbus A380.

mercredi 14 novembre 2007

La Prophétie des Ombres (The Mothman Prophecies)

Voilà un film qui ne tient pas ses promesses, tiens. Enfin, pas toutes. Le suspense est parfois intense, et le film parfois horriblement long... même si regarder Richard Gere, ce n'est jamais désagréable, surtout son petit genre Clooney-esque, et même si sa partenaire féminine est tout à fait charmante.


Photo copyright SND

Déjà, le côté "histoire vraie" est probablement pas mal usurpé... je ne doute pas qu'un certain nombre de personnes aient pu avoir des visions d'un homme papillon, entendre des prophéties, et que des catastrophes arrivent. Pour le reste... les stigmates, les traces, la résurrection, l'omniscience, la préscience... je suis beaucoup plus sceptique.

L'histoire, c'est celle de John Klein, un journaliste, dont la femme meurt peu après un accident de voiture provoqué par une sorte d'ange noir, un ange de la mort, qu'elle seule a vu. Deux ans plus tard, John prend sa voiture en pleine nuit pour se rendre à une interview... et il parcourt 400 miles en deux heures avant que sa voiture, sa montre, et son téléphone ne tombent inexplicablement en panne au même moment. Et lorsque John frappe à la porte de la maison la plus proche, il est attaqué par Gordon, qui certifie que c'est la troisième nuit qu'il frappe à sa porte. Pris en main par la responsable de la police de Point Pleasant, la petite ville dans laquelle il a échoué, John va découvrir que des dizaines de personnes de Point Pleasant ont vu le même ange noir que sa femme deux ans plus tôt. Poussé par son esprit d'investigation, et sa volonté de savoir ce qui est arrivé à sa femme, John commence à recueillir les témoignages.

Alexander Leek: Whatever brought you there, brought you there to die.

Et si l'entité ne lui apparaît jamais directement, elle communique avec lui par l'intermédiaire de Gordon, lui faisant miroiter de comprendre la mort de sa femme, et même... de lui parler. Dans sa quête, John croise un universitaire, Alexander Leek, qui a écrit à propos des prophéties de ces hommes-papillons (moth= papillon de nuit), et lorsqu'il le rencontre, c'est pour apprendre que partout où l'on a ces visions, c'est qu'une tragédie à grande échelle va se produire. Et c'est là que le film perd de sa cohérence. Parce que la femme de John est morte en dehors d'une tragédie, et parce qu'une tragédie va bien se produire à Point Pleasant, mais que tous ceux qui ont eu ces visions ne mourront pas...

Alexander Leek: I knew a building was going to collapse before it did. I tried to prevent it but no one would listen.
John Klein: What happened?
Alexander Leek: People died.


En résumé, je n'ai pas été convaincue, mais certaines visions font vraiment froid dans le dos, et l'ambiance est souvent très bien gérée. Et bien entendu j'espère vivement ne jamais apercevoir cet homme-papillon.

Réalisé par Mark Pellington. Avec Richard Gere, Laura Linney, Will Patton. Sorti le 17 avril 2002.

Quid?

mardi 13 novembre 2007

Desperate Housewives, épisode 4x07, Don't Judge a Book by its Cover

J'attendais beaucoup de l'épisode pour avoir vu un extrait de 2 minutes extrèmement prometteur. Mais bon, c'est un peu le meilleur moment de l'épisode... dont on a d'ailleurs pas la clef... Victor est-il, ou non, mort? J'aime beaucoup le personnage, que l'on a d'ailleurs pas encore tellement vu, et je n'ai pas trop envie de le perdre. D'un autre côté, ce ne serait pas la première fois que les scénaristes tuent un personnage intéressant sans pour autant tuer la série, donc... confiance. Pour remettre les choses dans l'ordre, Victor invite Gaby à passer un week-end en amoureux sur l'océan. Sur son bateau, sorti discrètement de la marina. Sans son équipage. Gaby est ravie, jusqu'à ce qu'un coup de fil de Carlos lui apprenne que Victor est au courant de leur aventure, et j'adore le "Oh crap" de Gaby lorsqu'elle percute que cette sortie est la meilleure manière pour Victor de se débarasser d'elle discrètement. Et lorsque Victor se montre ambigu, Gaby lui balance un coup de pagaie, et regagne le port en le laissant dans l'eau... Sermonnée par Carlos, les voilà qu'il retournent récupèrer Victor, que Carlos n'hésite pas à provoquer en lui rappelant les menaces qu'il formulait contre un éventuel amant quelque temps plus tôt. Gaby renouvelle son exploit alors que Victor, armé d'un couteau, a pris le dessus sur Carlos. Sauf que cette fois-ci, Victor ne refait pas surface, et six heures plus tard, abattus mais toujours l'esprit pratique, Gaby et Carlos renvoient en mer le yacht pour faire croire à un accident.

Du côté de Bree, gros désaccord entre les deux heureux parents à propos de la circoncision. Bree est pour, Orson est contre... la découverte se fait lors d'un mémorable dîner auquel ils ont invité Susan et Mike et c'est un grand moment de solitude pour les invités, et de plaisir pour les téléspectateurs, je l'avoue. Et lorsque Bree découvre que Orson a envoyé un courrier à tous les docteurs de l'état et des deux états voisins disant qu'il est contre la circoncision de son fils au cas où Bree la demanderait... ça ne fait que pousser Bree à trouver une autre solution, et peu importe à quel prix.

Bree a également un très joli dialogue avec Susan à propos des addictions. Parlant d'expérience (mais si, souvenez-vous, l'alcool), elle conseille à Susan de faire confiance à Mike, mais de le surveiller. Mettant à sac sa maison, Susan trouve la réserve de pilules de Mike. Et je dois avouer que je suis assez fière de moi, parce que lorsque Mike vide dans l'évier son sachet de pilules lors de la confrontation, j'étais sûre qu'il tenterait de les récupèrer plus tard. Il n'est pas plombier pour rien, celui-là. Bingo :) Et franchement, Mike, culpabiliser Susan, c'est pas joli-joli.

Lynette, quant à elle, cherche à se débarrasser de sa maman. Et si en temps que maman, franchement, l'idée ne me plait pas du tout, en plus, son premier essai (transfèrer les valises de sa voiture à celle de sa soeur sur le parking d'un restaurant où elles déjeunent toutes les trois et s'enfuir) m'a fait mal au coeur, même si ça mène à une très jolie scène chez elle. Une scène pendant laquelle elle se rend compte que malgré tout ce qu'elle peut lui reprocher, elle aime sa mère, tandis que ses deux soeurs n'en ont cure. Malheureusement, sa mère a surtout entendu qu'aucune ne voulait vivre avec elle, et s'en va en taxi sous le regard de ses trois filles, alors qu'on sait qu'elle a donné tout son argent à Lynette pour l'aider à passer le cap du cancer.

Renseignée par Julie, Dylan tient tête à sa mère, qui cède et accepte de lui donner le moyen de contacter son père... seulement et seulement si elle promet de ne pas lui donner leur adresse. S'ensuit une triste histoire racontée par une Kathryn sur le point de pleurer... Battue régulièrement par son mari, elle s'est enfuie avec Dylan parce qu'elle ne pouvait pas supporter l'idée de ce qui arriverait à sa fille si elle venait à mourir. Et Dylan tombe dans le panneau, le bluff a fonctionné... parce que la feuille que tenait Kathryn en main, sur laquelle figuraient soi-disant les renseignements... était vierge.

Titre Canal +: Deux hommes dans un bateau

Petites annonces

Pourquoi tous les hommes ont-ils les yeux bleus ou verts dans les petites annonces des journaux gratuits? ;) Et ça veut dire quoi, "homme sachant organiser son temps libre"?

lundi 12 novembre 2007

C'est prometteur...



... mais introuvable.

A Dangerous Fortune par Ken Follett

Très bon Ken Follet, encore une fois... pour le coup, il nous emmène à la fin du 19ème siècle, dans l'Angleterre Victorienne, au sein d'une famille de banquiers, les Pilaster.

L'histoire commence avec une tragédie à laquelle participent deux cousins, Edward et Hugh. Et si pour Hugh cet événement est éclipsé par le suicide de son père, Edward va en ressortir marqué à jamais, et sous la coupe de son meilleur ami, Micky, un Sud-Américain dont le père fomente un coup d'état dans son pays. Coup d'état pour lequel il va avoir besoin de fonds... qui pourraient lui être fournis par la famille Pilaster sous forme d'un emprunt.

Et pour arriver à ses fins, Micky va recourir plusieurs fois au meurtre, et se servir d'Edward, lui même largement manipulé par sa mère, Augusta. Loin de penser à l'avenir de la banque, Augusta veut surtout assurer la gloire de son fils, et lui obtenir un titre. Le seul Pilaster qui va mettre des bâtons dans les roues d'Augusta, c'est Hugh, mouton noir de la famille, mais qui possède un sens inné pour les affaires. Et Hugh va payer cher son audace à plusieurs reprises.

La fin du livre m'a fait penser aux Liaisons Dangeureuses de Choderlos de Laclos, comprenne qui pourra ;)

dimanche 11 novembre 2007

Gingko Biloba (l'Arbre aux Écus d'or)

gingko biloba automne

gingko biloba automne

samedi 10 novembre 2007

Stargate Atlantis, épisode 4x07 "Missing"

Comme ils l'expliquent eux-mêmes, les docs, ils ne sont pas venus sur Atlantis pour faire du Off-world à tout bout de champ et encore moins laisser des cadavres derrière eux. Leur truc, à eux, c'est de soigner. Alors évidemment, pour la gentille Dr Keller, se retrouver littéralement "chassée" par des cannibales primitifs, c'est complètement incroyable. Et la brave Teyla a beau lui expliquer que oui, il faut qu'elle trouve des ressources en elle, que oui, ça va aller de pire en pire, et que non, on ne peut pas prendre le temps de soigner les types louches qu'on croise sur la planète, Keller n'en fait qu'à sa tête.

Vous aurez donc compris que l'histoire se résume à une chasse à l'homme, enfin, à la femme, dans la forêt de New Athos. Les demoiselles quittent Atlantis sous les quolibets de John pour aller passer la soirée au sein du peuple de Teyla. Teyla qui visiblement s'en va y retrouver un copain d'enfance, devenu récemment... plus qu'un copain. Manque de chance, en arrivant le campement Athosien est désert, et Keller se fait piquer ses deux immenses sacs (remplis de sucettes pour amadouer les Athosiens) par deux grands types à l'allure patibulaire, des Bolo Kai. Tentative de retour à la porte sur les chapeaux de roues, mais la belle blonde se tord la cheville, et de toutes manières, la porte est gardée. Et si Teyla veut aller au combat armée d'un baton sommairement taillé, Keller, elle, n'est pas chaude du tout pour l'affrontement. A force de tergiverser, les renforts sont arrivés, et les demoiselles prennent la fuite. Nouveau passage à vide du docteur, décidément pas à la fête, lorsqu'il s'agit de traverser un pont suspendu... vertige etc, etc... les caches d'armes athosiennes sont vides, et cette fois-ci, l'affrontement est inévitable. Malgré son état ;) Teyla met K.O. ses trois petits camarades de jeu tandis que le docteur, elle, trouve un blessé, que bien sûr il est hors de question de laisser mourir. C'est terriblement Carsonien. Au petit matin, les deux belles se font capturer et mettre en cage... et un interrogatoire plus tard, il s'avère que le petit gars blessé n'a peut être pas été complètement honnête. Sauf que quand il vient les délivrer, les filles ne font pas la fine bouche. Pas de chance, il les a récupérées juste pour qu'elles révèlent les coordonnées d'Atlantis, et c'est maintenant que Keller, bien mise au défi par Nabel, fait son acte de bravoure de l'épisode, permettant à Teyla de reprendre momentanément le dessus, sauf que les Bolo Kai arrivent et que ça fout le bazar, mais heureusement, John, Ronon et McKay débarquent également. Profitant du chaos ambiant, Nabel disparaît sans laisser de traces.

Retour sur Atlantis avec une Teyla en pétard. Keller ne veut pas la laisser quitter l'infirmerie, et la seule personne qui sait ce que sont devenu les Athosiens, Nabel, s'est évanoui dans la nature. Dernière minute de l'épisode, dans un suspense terrible (!), Keller explique à Teyla qu'elle a examiné ses résultats d'examen... et qu'il faut qu'elles aient une petite conversation. Je me demande quand même pourquoi Teyla est tombée amoureuse d'un type, leader né, d'accord, mais qui a peur de se lancer des défis. Trop fatiguant de vivre avec deux têtes brûlées comme John et Ronon? Au moins, on sait que l'enfant de Teyla sera de chair et de sang, et pas issu d'une expérience divine quelconque. Enfin, les chances sont bonnes... Je serai ravie qu'il ne soit pas de John, un peu déçue qu'il ne soit pas de Ronon, mais lui, on pourra toujours le caser avec Keller. Ils forment une équipe d'enfer. Et puis bon, un couple avec enfant sur Atlantis, je comprends que les scénaristes n'aient pas voulu se lancer dans l'aventure...

Pour terminer cette review, honnêtement, c'est pas un épisode extraordinaire, nos deux héroïnes jouent bien, mais l'histoire est un chouia pauvre. Quant aux dialogues... on se croirait aux débuts du couple Sheppard/McKay. Allez, la référence de Keller à "Survivor" était sympathique, tout comme l'animal assorti, une sorte de calamar terrestre, que Teyla dépèce et mange cru. Bon appétit messieurs/dames :) (Dites, pourquoi les personnes chassées font-elles toujours des feux la nuit?)

Photos de l'épisode sur le site de GateWorld.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .