Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 30 avril 2009

Plein Soleil

Sollicitée par Petite Mousse, j'ai sauté sur l'occasion de voir un (vieux) film dont je n'avais jamais entendu parler. Il faut dire que j'ai été élevée plutôt dans la tradition du livre que du film et qu'aujourd'hui encore je repasse, je lis ou j'écris devant la télé. Les femmes sont merveilleuses, elles sont multi-tâches, elles.

Pour en revenir à Plein Soleil, donc, j'ai eu du mal avec la première heure, que j'ai trouvée très lente. L'histoire, c'est celle de Tom, payé par le père de Philip pour ramener celui-ci à San Francisco. Sauf qu'évidemment ce dernier n'a pas la moindre intention de rentrer, d'autant qu'il se plaît bien en Italie avec sa petite amie Marge. Tom, lui, serait bien tenté par le fait de prendre la place de Philip, autant pour son compte en banque et sa vie dorée que pour partager le lit de Marge... L'imposture commence, la grande question étant de savoir s'il va, ou non, s'en sortir.

alain delon plein soleil
Tous droits réservés

Je dois avouer que je n'avais jamais vu Alain Delon aussi jeune, et que cela m'a bien amusée... à part cela, évidemment l'intrigue est très désuète, et c'est difficile de s'abstraire de toutes nos techniques modernes d'ADN et d'analyse d'une scène de crime. Je ne peux pas dire que j'ai été enchantée, mais pour un film qui a presque 50 ans... c'est pas si mal. J'ai adoré les cinq dernières minutes, pour tout vous dire. J'étais sûre que quelque chose de ce genre allait se produire ;)

Date de sortie : 10 Mars 1960. Réalisé par René Clément. Avec Alain Delon, Marie Laforêt, Maurice Ronet.


mercredi 29 avril 2009

Battlestar Galactica: adjugé, vendu !

Je ne vais pas vous l'apprendre si vous me lisez régulièrement, encore moins si vous êtes familiers du Blog de la Sorcière, mais j'ai adoré la série BattleStar Galactica. L'histoire, c'est celle des douze colonies, anéanties par une race robotique qu'elles ont elles-mêmes créé un demi-siècle auparavant. Un Battlestar, le Galactica, échappe à l'attaque, et autour de lui va se réunir une flotte de vaisseaux habités par 55000 survivants. Pourchassés par les Cylons, les Coloniaux partent à la recherche de la Terre, où ils rêvent de s'établir en paix.

C'est une série qui est bien plus qu'une série de science fiction. C'est une série qui explore l'humanité sous toutes ses formes et dans toutes ses déviances. Mais c'est surtout une série qui a été aimée par ses acteurs, par ses réalisateurs, par son créateur, par celui qui l'a mise en musique... et par ceux qui l'ont regardée.

BSG s'est terminée il y a quelques semaines, et depuis les fans s'arrachent ce que l'on appelle les « props »: les décors, les costumes, les accessoires, les dessins d'artistes. Les enchères sont encore en cours sur Ebay, et j'ose à peine les regarder de peur de craquer :) En discutant avec La Sorcière, qui s'est portée acquéreur de certaines pièces, celle-ci me disait qu'ils sont 5 en France à remporter de manière récurrente des enchères. Que la société Propworx, qui gère la vente des « props », a été fondée par un fan, et que plus elle approche l'univers de cette série, et plus elle l'aime, sentiment que je partage tout à fait...

battlestar galactica props auctions

Je dois avouer que j'adore ce principe d'enchères... je suis très sentimentale, je m'attache facilement à des objets (il suffit de voir ce que je garde depuis des années...) et je trouve ça absolument génial d'avoir l'opportunité de posséder un petit morceau authentique de BSG. Il y a quelques temps je m'enthousiasmais pour les enchères de Concorde. Je ressens la même chose aujourd'hui pour BSG... le même enthousiasme et la même frustration ;)

mardi 28 avril 2009

Strip, by Martha Marnin

I won’t make it a rule, but I’ll handle this review in english… Martha Marnin (the author) was kind enough to submit it to me for review, and I figure that’s the least I can do! The tagline in Martha’s email reads as follows: “So what do Egyptian mummification rituals, Aztec chocolate and undead lesbian three-ways have in common?”… I’m not going to say it sums up the book, but it certainly gives an insight :)

This is the story of Lissa, an art student who desperately needs to earn much more than she does as a waitress in order to get through her bills… and graduate. The local strip club is recruiting, and she quickly becomes one of the best performers, much to her own surprise. The money flows in, she loves to hear the men scanting her name, the club managers take good care of their girls, and her new boyfriend is completely supportive, although a bit too curious about the club links to Egyptian mythology. The tattoos, the strange door in the club basement, the themed-parties… it all sometimes seems a bit too serious to be just a show.

I quite liked this 90 pages novel… which definitely won’t make the New York Times best-seller list, think of it rather as a Mills & Boons or Harlequin –type, featuring romance and sex without graphic details and a bit of mystery and drama. I believe however that some threads could have been developed and not only hinted at (Bastet the cat, the resemblance between Lissa and Sopdet, friendship with Mesty…). I was also fairly disconcerted when the theme of the book switched completely from an anthropological study of a sex-club fauna to *SPOILER WARNING* the discovery that Egyptian immortals were using this club as a cover for their vampire-like need of vital (sexual) energy. *END OF SPOILER*.

The online book can be purchased via the New Concepts Publishing web site, and you can learn more about the author on her web site.

lundi 27 avril 2009

Lego 4994: les créatures dangereuses

lego 4994
Voilà une petite boite de Légo sur laquelle Pitchoun #2 a craqué, forcément, les insectes, et surtout les araignées, c'est tout de même super intéressant. Cela dit, même si c'est un modèle qui se monte relativement vite, je ne le recommanderais pas forcément pour un très jeune, pour deux raisons. La première, c'est qu'il y a beaucoup de petites pièces, des briques à 1 ou 2 plots, très fines, qui sont les plus difficiles à emboiter les unes aux autres. La seconde, c'est qu'il y a beaucoup de charnières (les pattes sont très bien articulées !) et que là encore, les charnières sont assez difficiles à emboiter.

L'araignée est superbe, ou plutôt, c'est une belle réalisation Lego, propre à coller la chair de poule à toute personne normalement constituée. Le moustique est très bien également, mais le serpent n'a pas grand intérêt (la tête est disproportionnée par rapport au reste du corps...). En faisant quelques recherches sur internet, je suis tombée sur le site FreeLUG sur lequel j'ai pris l'idée de faire un scorpion. C'est l'Homme qui s'y est collé, et si le résultat est joli, la jouabilité n'est pas terrible (trop fragile). S'il en fallait encore la preuve, y'a quand même moyen de faire des choses sympas en réutilisant les briques de ces boites Creator!

lego 4994 réalisation perso scorpion

dimanche 26 avril 2009

Pride & Prejudice (BBC version)

J'ai beaucoup aimé cette adaptation de Jane Austen, au point de regarder d'une traite les six épisodes de 55 minutes... j'ai trouvé l'ensemble très convaincant, et si certaines libertés ont été prises par rapport à l'oeuvre originale, je dois avouer qu'il y en a deux qui m'ont vraiment sauté aux yeux. La première, c'est bien évidemment Mr Darcy dans sa baignoire... je ne m'attendais pas à le voir aussi vulnérable, la peau humide et les cheveux mouillés, tout cela pour que lorsqu'il en sorte, il soit dérobé à nos yeux par une robe de chambre. Ceci dit, vu qu'il en profite justement pour espionner Elizabeth qui joue avec le chien dans le jardin, c'est sans doute plus raisonnable.



La seconde, c'est le plongeon de Mr Darcy, encore, cette fois-ci dans le lac de Pemberley, tout habillé, ou presque. Et sur qui faut-il qu'il tombe en ressortant, là encore, tandis que ses vêtements mouillés laissent peu de place à l'imagination? Je vous le donne en mille, sur Elizabeth. Mais tout bien réfléchi, ce serait difficile d'en vouloir aux scénaristes d'avoir choisi de déshabiller Colin Firth, même Jane Austen n'avait pas osé déshabiller Mr Darcy...

A mon sens, le seul réel défaut cette adaptation se trouve dans le casting. Jane, la soeur aîné d'Elizabeth, est supposée être d'une grande beauté, et je ne veux pas me montrer désagréable avec Susannah Harker, mais je la trouve moins jolie que Jennifer Ehle, ce qui m'a gâché un certain nombre de dialogues. Du coup, à entendre les personnages vanter la beauté de Jane, j'en arrivais à les trouver hypocrites, ce qui est un comble, bien sûr, mais surtout aux antipodes du roman... Bref. Ceci dit, mes critères de beauté sont forcément subjectifs, et si vous trouvez Susannah Harker plus jolie que Jennifer Ehle, tout cela ne vous causera aucun souci.

Pride and Prejudice (BBC): Jennifer Ehle
Elizabeth Bennet (jouée par Jennifer Ehle) - Tous droits réservés

Pride and Prejudice (BBC): Susannah Harker
Jane Bennet (jouée par Susannah Harker) - Tous droits réservés

Le reste du casting était relativement à ma convenance, excepté les soeurs Bingley qui auraient pu être belles en plus d'être pimbêches et élégantes... Colin Firth s'en sort évidemment très bien dans le rôle de Mr Darcy, avec juste le reproche qu'il n'est lui non plus pas éclipsé physiquement comme il le devrait l'être par son ami Bingley. C'est moins choquant ceci dit que pour les soeurs Bennett puisque la goujaterie et l'arrogance de Darcy nous le rendent forcément de prime abord moins sympathique que son ami. Je crois qu'un mix des castings 2005 et 1995 me conviendrait très bien. Pour les rôles principaux, version 2005, je garderais Jane Bennett, les Bingley, Mr. Collins et Ms Lucas. Version 1995 pour le reste de la famille Bennett. Quand à Mr Darcy, je garderais bien les deux ;)

L'histoire, c'est bien sûr celle en particulier de deux soeurs, Elizabeth et Jane, dont la vie est bouleversée par l'arrivée d'un nouveau voisin, et de l'un de ses amis. Et si Mr Bingley illumine son entourage, et tombe immédiatement amoureux de la jolie Jane. Mr Darcy, lui, n'est que froideur et arrogance, et va tout faire pour que son ami ne cède pas à l'attrait des boucles blondes de Jane, alors qu'il pourrait trouver une femme tellement plus convenable...

Avec Jennifer Ehle, Colin Firth, Susannah Harker. Réalisé par Simon Langton. Sorti en 1995.

Lire mes autres billets à propos de Pride and Prejudice et de Jane Austen.


samedi 25 avril 2009

Le monde sous-marin Playmobil

Il faut dire les choses comme elles sont, les petiots ont complètement craqué en lisant le catalogue Playmobil sur cette nouvelle collection... c'était l'anniversaire de Pitchoun #1 il y a quelques jours, et du coup, nous voilà bien équipés. Du thème, il ne nous manque que le scaphandrier... on trouvera bien une occasion pour se le procurer ;)

playmobil 4473 4488 4500 4478 4489 4469 monde sous-marin

Comme d'habitude, c'est plutôt bien pensé, avec quantité de petits détails. Je dois avouer que j'adore le fait que les boites soient compatibles entre elles, et que le treuil du bateau puisse descendre la cloche ou la cage de plongée... je regrette juste un peu qu'il n'y ait pas plus d'uniformité dans les tenues de plongée et les vêtements des personnages, histoire de pouvoir se raconter qu'ils sont tous partie prenante d'une expédition commune. Mais bon, ça ne perturbe pas du tout les petiots ;)

Playmobil 4500: Plongeur avec requin

Rien à redire sur l'ensemble plongeur/requin, si ce n'est que ce n'est pas forcément facile de rentrer le plongeur dans la cage. Mais une fois qu'il y est, les pieds bien calés de chaque côté de la pièce prévue à cet effet... il ne bouge plus, et c'est le principal. Outre l'appareil photo, il est équipé d'un ceinturon avec un grand couteau, au cas où ;) (ceci dit, vu qu'il y a plein d'autres plongeurs moins protégés, on se demande pourquoi le requin taquinerait celui qui est dans la cage !)

playmobil 4500 plongeur avec requin

Playmobil 4469: Bateau d'exploration à fond de verre

Deux petits reproches pour le bateau... nous n'avons pas encore testé le fond de verre (la question "c'est quand qu'on met la piscine ?" revient à peu près douze fois par jour) mais je pense que des roulettes comme sur le bateau pirate pour éviter de le faire glisser par terre auraient été les bienvenues. Je trouve également un peu "cheap" le coffre à trésor livré avec (et son contenu, d'ailleurs)... j'aurais largement préféré un coffre issu des thèmes chevalier ou pirate, d'autant que celui-là ne se verrouille pas. Remonter à l'aide du treuil un coffre plein sans le faire tomber, c'est quand même un exploit, et ramasser les pièces, clairement, ce n'est pas le plus drôle.

Vous remarquerez que le capitaine... est une femme :)

playmobil 4469 bateau d'exploration à fond de verre

playmobil 4469 bateau d'exploration à fond de verre

Playmobil 4489: Explorateur avec bateau et cachalot

Souci du détail poussé à l'extrême avec le petit radar et le livret de reconnaissance des baleines, même si d'un autre côté le cachalot est très "brut de décoffrage".

playmobil 4489 explorateur avec bateau et cachalot

Playmobil 4478: Explorateur avec cloche de plongée

Là encore, je me demande pourquoi ils n'ont pas choisi de mettre les pinces du gros sous-marin (qui pincent réellement) au bout du bras articulé... parce qu'attrapper la statuette, ça consiste surtout à venir la coincer au bout du bras, et à espérer qu'elle ne retombe pas dans les secondes qui suivent. Le système d'étanchéité est par contre plutôt bien fichu, et globalement, c'est plutôt joli. On peut la descendre dans l'eau avec le treuil du bateau, la remonter, la poser sur le pont, bref, une bonne jouabilité de ce côté là. Le bonhomme se coince facilement dans son siège, et ne bouge pas peu importe les mauvais traitements que subit le petit submersible (la mer est souvent forte !).

playmobil 4478 explorateur avec cloche de plongée

Playmobil 4488: Plongeurs avec barrière de corail

S'il y a une chose de bien pensée, c'est de pouvoir fixer les poissons en haut du corail... ce qui permet de composer de réelles scènes sous-marines. Bizarrement, la grande raie est en plastique rigide alors qu'elle aurait mérité des nageoires un peu souples (sans être articulées) comme le requin. Elle n'est pas non plus marquée du copyright Playmobil, je me demande bien pourquoi... Pour le reste, rien à redire, à part que l'un des plongeurs est une femme (la parité est obligatoire en allemagne?).

playmobil 4488 plongeurs avec barrière de corail

Playmobil 4473: Sous-marin de recherche

Un bon point pour les pinces, les bras articulés, la simplicité du système d'ouverture du toit/étanchéité, le moteur submersible compris dans la boite et l'apparence globale. Ne l'achetez pas par contre pour le principe du contrôle de profondeur de plongée qui m'a plus l'air d'un argument marketing que d'une affaire qui marche. C'est également super difficile d'asseoir les personnages pour qu'ils ne tombent pas à chaque changement de direction (souvent brutaux, je vous l'accorde) du sous-marin... En résumé, très joli, mais jouabilité moyenne. Et puis, pourquoi des tenues vertes ? (En passant, remarquez le joli nœud dans les cheveux de la dame...).

playmobil 4473 sous-marin de recherche




vendredi 24 avril 2009

Souvenir, souvenir... le babyphone.

Le temps passe, Pitchoun #1 vient d’avoir six ans, et je me souviens encore très bien du temps pas si lointain où, en congé maternité  ou en week-end, je vivais avec le récepteur du babyphone sur moi. Voire, tenez-vous bien… deux récepteurs. Si les pitchouns partagent une chambre la nuit, ils faisaient la sieste dans deux chambres séparées, d’où les deux récepteurs, chacun réglés sur un canal différent. Quel fil à la patte, mais quelle liberté en même temps !

 

J’avais choisi le modèle haut de gamme de Téfal, celui qui garantissait que même à 400 mètres de l’émetteur, je pourrais encore entendre le moindre soupir de bébé.  Non pas que je me sauvais souvent à 400 mètres de la maison, mais vu l’épaisseur des murs, il fallait au moins cela pour que le signal en parcoure 100! Je me souviens très bien du récepteur glissé dans la poche du short, volume à fond et vibreur enclenché alors que je tondais la pelouse.  Je le dégainais au moindre doute, et je me concentrais sur l’objet pour tenter d'estimer si oui ou non j’aurais le temps de terminer de tondre  cette #$%§ pelouse avant que le petiot ne se mettre à râler sérieusement. Je me souviens des nuits avec le récepteur glissé sous l’oreiller, pour ne pas qu’il réveille l’homme alors qu’il se déclenchait au moindre gros soupir.

 

Je me souviens du mariage d’une cousine, du déjeuner le lendemain chez elle, dans le jardin, et des Pitchouns mis à la sieste dans une chambre à l’étage.  Je me souviens des aller-retour effectués pour aller écouter à la porte s’ils dorment, s’ils pleurent, s’ils sont réveillés, s’ils se sont échappés et cumulent les bêtises, s’ils sont en train de réveiller les autres enfants ou de descendre seuls les escaliers bien trop raides pour eux. Évidemment, à chaque incursion jusqu’à leur porte, je craignais de faire craquer une marche de l’escalier et de réveiller l’ensemble des enfants… m’attirant ainsi les foudres de l’assemblée toute entière. Je redescendais, rassurée pour quelques minutes. Avant de reprendre mon manège, sous l’œil éberlué de ceux qui n’ont pas d’enfant… sans doute très inquiets pour ma santé mentale !

 

Le sevrage a été difficile… j’adorais ce lien permanent avec les petiots pendant la nuit. J’adorais le fait que leur chambre étant située à l’autre bout de la maison (littéralement !) je n’avais pas besoin de me concentrer pour savoir si ce qui m’avait réveillé était un sanglot des enfants ou un craquement de la maison. Ou un chat. Ou une souris. Ou parfois un chat jouant avec une souris !

 

Si je n’avais pas revendu les babyphones, je crois que les rôles seraient aujourd’hui  inversés. Ils porteraient le récepteur pour partir en vadrouille à l’extérieur, tout en gardant une oreille sur ce que je fais à l’intérieur de la maison, histoire de rappliquer au moindre bruit de casserole prometteur  ;)

le blog tigex

 

Mais trêve de souvenirs… que vous soyez maman ou copine de mamans, vous connaissez forcément la marque Tigex , référence en matière de produits pour les petiots de 0 à 4 ans… et pour les mamans (ne les oublions pas, hein, les mamans, après tout, c’est elle qui font le plus gros du boulot !). Cette année, Tigex  a ouvert un blog tenu par des mamans, elles-mêmes bloggeuses, et je ne peux que vous inciter à y aller (le blog Tigex ), ou à rejoindre le groupe Facebook pour lire de savoureuses anecdotes de la vie quotidienne d’une maman, et y retrouver de nombreux conseils de mamans et astuces pour bébé . Et si vous avez-vous aussi envie d’y participer, rien de plus simple, il vous suffit d’envoyer votre billet, ou même une vidéo !

 Article sponsorisé

 

Pardosa amentata (araignée loup)

J'aime pas, j'aime pas, j'aime pas... mais je photographie quand même :)

Lire la suite

J'suis fatiguée, là...

Serait-ce parce que je viens de regarder Pride & Prejudice version BBC pendant 5 heures ? Qu'est-ce que c'était bon, ceci dit... merci Soshell !
Les bonus, ce sera pour plus tard, il faut vraiment que je me traîne jusqu'à mon lit... :)

jeudi 23 avril 2009

Last Man Standing, par David Baldacci

Très bon roman une fois encore de David Baldacci, qui me régale toujours dans ses univers de services secrets, cette fois-ci au coeur d'une branche du FBI, le HRT (Hostage Rescue Team). Encore traumatisé par la mort d'un enfant tué sous ses yeux lors d'un RAID pour libérer une école primaire, Web London ressort quasiment indemne d'une embuscade qui tue tous ses équipiers de l'équipe Charlie. Mis en doute par ses collègues du HRT, sa hiérarchie, la presse, le public... Web London tente de comprendre ce qui lui est arrivé ce jour là. Pourquoi s'est-il immobilisé en plein assaut ? Qui avait planifié l'embuscade ? Pourquoi, et pour toucher qui ?

Le suspense est parfait, les seconds rôles savoureux, les fausses pistes ne manquent pas, les coupables potentiels sont nombreux, mon seul bémol, c'est qu'au final, la solution de l'énigme manque de crédibilité. Vous me direz que c'est juste une fiction, certes, mais c'est quand même terriblement tiré par les cheveux, et ça m'a un peu gâché le plaisir.


mercredi 22 avril 2009

Questions existentielles

Je me pose beaucoup de questions sur le blog... qu'est-ce qui vous intéresse ? Qu'est-ce qui vous fait revenir chaque jour ? Comment l'améliorer ? (oui, classement Wikio de ce mois-ci, 11000 et des poussières... ce n'est pas que j'ai l'esprit de compétition, mais quand même !). De surcroît, depuis début mars, je suis quand même devenue auto-entrepreneuse (bewritten.com: rédaction technique/en ligne, traduction), et j'aimerais bien vivre de l'écriture...

C'est amusant, parce que je regardais hier soir, sans doute pour le 27ème fois, "Vous avez un Message". Et pour le coup, je me suis sentie dans la peau de Kathleen Kelly, poussée à changer de métier par la conjoncture, avec tout l'entourage qui explique à quel point le changement va me faire du bien :) Ce qui est finalement vrai, encore faut-il trouver sa voie. J'pourrais être éditrice de films pour enfants, moi aussi, non ?

Alors quelques questions, si vous le permettez... ce serait gentil de prendre le temps d'y répondre :)

(1) Pourquoi venez-vous sur ce blog ? Parce que vous me connaissez dans la "vraie" vie ? Parce que vous aimez bien ce que je raconte ? Parce que cela vous amuse de me lire ? Parce que vous avez des enfants ? Parce que vous cherchez des idées de films à regarder / livres à lire ?

(2) Ces derniers temps, j'ai mis plus facilement des vidéos lors de mes reviews de films... est-ce un plus, ou préfériez-vous les photos ? A moins qu'il ne faille les deux ?

(3) Quelle orientation donner à ce blog ? Aujourd'hui ce n'est pas à proprement parler ni un blog de maman, ni un blog de fille, ni un blog littéraire, ni un blog cinématographique, ni un blog photo... à votre avis, que dois-je en faire ? (le problème, c'est évidemment que tout m'amuse...)

Merci d'avance !

mardi 21 avril 2009

Le Lac & le Front de Maine (Angers)

Lac de Maine Angers

Lac de Maine Angers

Front de Maine Angers: Cathédrale St Maurice

Front de Maine Angers: Chateau du Roi René

Parc Balzac Angers: héron

lundi 20 avril 2009

Monstres contre Aliens

J'ai énormément de mal à m'enthousiasmer pour des héros aussi... monstrueux que ceux de ce dessin animé. Il faut bien reconnaître qu'à part Susan, qui n'a d'autre tort que d'être très grande (et peut être aussi, à mon goût, de porter si bien cette combinaison qui ne cache rien de ses formes !), les autres sont quand même peu ragoutants. En particulier insectosaure, qui est donc (vous l'aurez deviné) jugé particulièrement drôle par les enfants. Se servir de ses sécrétions nasales pour rattrapper ses copains (certes, en situation dangereuse) ça déclenche forcèment les rires dans la salle...

Bref, si je fais abstraction du fait que je n'ai pas accroché aux personnages, ce dessin animé est encore, évidemment, un petit bijou de second degré. Je me demande s'il y a un plan ou un dialogue qui ne soit pas un clin d'oeil à un autre film: Star Wars, Abyss, La Mouche, Rencontres du 3ème Type, Independance Day, FourmiZ, l'Etrange Créature du Lac Noir, Superman, Men in Black, Le Parrain, Godzilla, E.T., Rambo, King Kong, Mars attacks, Indiana Jones, Dr Folamour... En tant qu'adulte, vous passerez forcément un moment sympathique à décoder ces références... ou à regarder le Général W. Putch déclarer la guerre aux aliens (toute similitude avec un personnage réel serait évidemment fortuite...).



Les enfants ont aimé, le petit (4 ans et demi) a eu parfois un peu peur (mais il adore ça), le grand (6 ans) était très à l'aise, tous deux ravis des scènes dans l'espace et des combats. Ils ont compris le pitch (à part l'histoire d'amour, donc début très lent), mais je crois qu'ils ont moins ri pendant ces 90 minutes de film que pendant les deux minutes de bande annonce de l'Age de Glace 3... Ceci dit, ils étaient très contents, et ils ont trouvé Susan très jolie (tu m'étonnes!).

Réalisé par Rob Letterman, Conrad Vernon. Sorti le 01 Avril 2009.

dimanche 19 avril 2009

Mr Darcy's Diary, par Amanda Grange

En creusant un peu le sujet Jane Austen, outre être tombée sur un forum qui ne parle que de ses œuvres (The Inn at Lambton), et le site officiel (avec boutique!) dans la célèbre ville de Bath, j'ai aussi découvert que pas mal d'auteurs ont fait vivre les personnages de Jane Austen dans d'autres aventures, et décidé de tenter la lecture du Journal Intime de Darcy, écrit pendant que se déroule l'histoire de Pride and Prejudice...

Et franchement, j'ai trouvé cela plutôt bien écrit (le style est moins empesé que celui de Jane), et très cohérent. Bien sûr, certains dialogues entre Darcy et Elizabeth sont entièrement communs au Pride & Prejudice de Jane, si ce n'est que Darcy les écrit avec un temps de recul qui lui permet d'y insérer ses propres réflexions... tout comme nous sommes des témoins privilégiés de l'écriture de La Lettre à Elizabeth, de l'hiver qu'il passe à Londres avec un Bingley qui est inconsolable ... et de tout ce qu'il fait pour et avec sa jeune sœur Georgiana. Quel plaisir également de le voir remettre à sa place l'insupportable Caroline qui espérait bien un jour devenir la maîtresse de Pemberley!

Nous suivons donc doucement le cheminement de Darcy qui ne peut s'empêcher de plaindre, d'admirer, puis d'aimer Elizabeth, même s'il lutte vaillamment contre l'ensemble de ces sentiments... cela manque de grandes révélations (c'est logique!) mais c'est un bouquin sympa à lire, en tous les cas pour les fans de Pride and Prejudice!



(Je ne sais pas ce que vaut celui de Maya Slater, mais celui-ci avait de bons commentaires sur Amazon... d'où mon choix! D'ailleurs, je vais de ce pas y ajouter mon commentaire!)

samedi 18 avril 2009

Rosée & toiles !

toile d'araignée sous la rosée

toile d'araignée sous la rosée

toile d'araignée sous la rosée

Je suis assez fière de la dernière, mais z'êtes prévenus, on voit assez bien que c'est une bête à huit pattes ;)

Lire la suite

1 2 3 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .