Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 31 mars 2009

L'apprentissage du ski

Si j'ai skié seule pendant cette semaine à l'Alpe d'huez, et exploré une bonne partie du domaine skiable, j'ai également pas mal regardé (photographié, filmé) mes enfants lors de leurs cours, et skié avec eux à l'heure du déjeuner et en fin d'après midi. Du coup, pour ce que ça vaut, mon expérience du sujet :)

Le téléski

Les moniteurs de l'ESF vous le diront, ne prenez pas votre enfant entre vos jambes au téléski, celui-ci ayant ensuite une nette tendance à refuser de le prendre seul pendant les cours. Les enfants sont retors, ne l'oubliez pas ;) Pour ma part, étant seule avec les deux, le grand n'a pas eu le choix, ça a été direct seul, ma foi sans casse, il n'est jamais tombé de toute la semaine. Pour le plus petit, j'ai commencé par faire deux montées avec lui confortablement assis sur la perche, tandis que moi j'étais pliée en deux, me tenant à la seule force d'un bras et craignant de lâcher à tout instant. Une véritable torture pour le dos, les jambes, et les bras... qui m'a vivement incitée à le laisser monter seul la troisième fois. Il est tombé à dix mètres de l'arrivée, et ce fut la seule chute de la semaine (enfin, sur une remontée mécanique !).

ski alpe d'huez

Au fil des jours nous avons quitté ce téléski champion du monde de lenteur pour en tester trois autres, l'un au départ fulgurant, l'autre très long, et le troisième avec un tournant abrupt. Zéro chutes, et même Pitchoun #2 ne tenait plus la perche lors des dernières montées (pour avoir l'air plus cool, enfin, j'imagine !)

J'ai vu des parents prendre toute la semaine leur enfant entre leurs jambes alors qu'eux étaient confortablement tractés par la perche, et je n'ai pas de doutes sur le fait que plus on le fait longtemps, et plus c'est difficile de convaincre l'enfant de se lancer seul. Mention spéciale au papa qui apprenait à skier à ses jumeaux, et qui montait systématiquement avec un petit bonhomme devant chaque jambe. Synchronisation exemplaire à l'arrivée, je ne l'ai jamais vu faire le grand écart ;)

La descente

Là encore, étant seule avec les deux, après une demi-journée de cours seulement, et une vague base de "chapeau pointu" d'installée sur Pitchoun #1, nous voilà lancés sur les pistes. Je vous rassure, c'était sur la piste la plus lente de la station, avec une neige collante qui formait une sorte de frein naturel. Pitchoun #2 était au bout du bâton, Pitchoun #1 livré à lui-même.

ski alpe d'huez

Je n'ai pas été convaincue par le fait de skier avec le petiot accroché au bâton, déjà parce que ça ne l'incite pas à se donner du mal (pas besoin de se fouler à faire du chasse neige, c'est maman qui freine), et que c'est quand même très casse-gueule, avec le risque en tombant l'un sur l'autre de se blesser plus sérieusement qu'en tombant seul. Mais surtout, l'apprentissage du ski, c'est finalement d'apprendre à skier en contrôlant sa vitesse. On va tout doucement au début, on vérifie qu'on sait freiner et s'arrêter, on accélère un peu, on vérifie à nouveau qu'on sait freiner et s'arrêter... et ainsi de suite. Si vous descendez des pistes avec votre enfant accroché à votre bâton, il s'habitue à descendre vite et bien, alors qu'en réalité il ne maîtrise rien. Il a de bonnes sensations, mais il n'apprend pas à sentir s'il contrôle ou non sa vitesse... avec tous les risques que cela suppose ensuite lorsqu'il voudra retrouver, seul, les mêmes sensations, parce que oui, la vitesse, c'est grisant.

J'ai donc cessé dés le deuxième jour de tenir Pitchoun #2, je skiais derrière lui ou à ses côtés, et à part quelques fois où j'ai du accélérer brutalement pour le rattraper par le col de l'anorak avant qu'il ne batte le record du KL débutant, tout s'est bien passé. Certes, j'ai du coup limité les ambitions de Pitchoun #1 lorsque nous skiions ensemble pour n'aborder que des pistes que Pitchoun #2 pouvait gérer seul. Ceci dit, tous les deux ayant eu une bonne progression au cours de la semaine, je n'ai pas de doutes sur le fait que la prochaine fois, ils seront capables d'aborder les mêmes pistes, ou presque !

J'ai vu quantité de techniques pour ne pas lâcher son enfant sur les pistes, qu'il soit devant, entre les skis de l'un des parents, ou derrière, bien à l'abri des fesses. Au bout du bâton (sur le côté, donc, légèrement en arrière), ou accroché au bâton tenu latéralement (juste à côté, donc), ou encore tenu par la main. La technique qui m'a laissée la plus admirative, c'est celle de l'attelage: un harnais sur l'enfant, deux cordes (les guides) et le meneur quelques mètres derrière l'enfant. Pour tourner à droite, le meneur a juste à raccourcir le guide droit, ou ouvrir son bras... même principe à gauche. La coordination n'avait pas l'air simple à maîtriser, mais je n'ai jamais retrouvé ni l'enfant ni la maman emberlificotés dans leurs fils !

L'ESF

J'ai été très convaincue par nos moniteurs de l'ESF... que j'ai trouvé d'une patience d'ange pour gérer tous ces pitchouns, avec une expérience qui leur permet de savoir quand il faut pousser l'enfant à se débrouiller seul, et quand il faut l'aider pour qu'il n'abandonne pas. J'ai admiré leur capacité à faire confiance aux enfants et à leur confier très rapidement de plus en plus d'autonomie, sans compter leur persévérance jour après jour pour les faire progresser grâce à un subtil mélange d'encouragements enthousiastes et de chantage.

ski alpe d'huez

Je leur ai confié deux débutants (4 ans et demi et presque 6 ans), et j'ai récupéré deux champions capables de descendre des pistes vertes, de freiner, de s'arrêter, d'enchaîner des virages (le slalom du flocon, messieurs dames !), de prendre les téléskis (et même le télésiège et les télécabines pour le grand), de se déplacer sur le plat, de monter en canard et en escaliers, de mettre et retirer leurs skis. Bref, deux médaillés, respectivement du piou-piou et de l'ourson, avec feu vert officiel pour grimper d'un niveau au prochain coup.

Je pense que la prochaine fois, par contre, je ne les confierai qu'une demi-journée par jour, afin de mettre en pratique chaque jour avec eux ce qu'ils apprennent en cours... et profiter plus longuement de leur plaisir sur les pistes :)

lundi 30 mars 2009

Résidence Belambra, l'Alpe d'huez

Résidence Belambra, l'Alpe d'huez

La résidence

Dans le quartier des Bergers, j'ai trouvé la résidence idéalement située, directement sur les pistes, synonyme pour les skieurs de départ et retour skis aux pieds, enfin, sauf pour les enfants débutants (le retour, du moins... le départ, dés le 2ème jour, c'était bon !). Les casiers à skis sont à quelques mètres seulement de la piste, c'est juste dommage qu'il faille descendre trois marches et pousser deux doubles portes battantes pour se retrouver au grand air, mais franchement, c'est peanuts comparé au plaisir de ne pas avoir à porter les skis.

Au pied de la piste qui part de la résidence, l'entrée du centre commercial (dans lequel se trouve notamment une supérette, les caisses des remontées mécaniques et l'ESF), et deux remonte-pentes, le télécabine des Marmottes, et le télésiège d'Alpauris (photo ici !). Pour les autres remonte-pentes et les cours de l'ESF, préparez-vous à patiner un peu, surtout si la neige est collante ! Le parking communal non couvert, mais gratuit, est à proximité immédiate (moins de 200 mètres par la route, quelques dizaines à peine à pied). Notez qu'il faut évacuer la voiture avant 9 heures du mat' le samedi pour le déneigement, et qu'à 9 heures moins 5, heure à laquelle je suis allée chercher la mienne, le 4x4 de la fourrière était déjà là ;)

Le studio 4 personnes

Je n'étais pas ravie en arrivant suite à un descriptif sur internet qui prête à confusion. Disons qu'en découvrant un lit superposé dans la "chambre" (ou disons plutôt "la cabine") alors qu'ils sont interdits aux enfants de moins de 6 ans (le cas des deux miens, dont on demande l'âge à l'inscription), j'ai vite compris que les enfants allaient dormir dans la pièce principale, ce qui de facto m'exilerait dés leur coucher dans la cabine.

Finalement, c'est presque logique puisque de toutes façons, la pièce principale ferme par une porte, ce qui n'est pas le cas de la cabine... difficile donc pour les petiots de s'endormir si vous êtes encore à faire la vaisselle dans la cuisine, ou à circuler dans l'appartement. Si le passe-plats entre la cuisine et la pièce principale ferme par un volet coulissant, j'ai quand même du accrocher une serviette de toilette tous les soirs pour fermer les étagères juste au-dessus... Je n'avais pas pris la télévision, mais notez bien qu'elle est dans la cabine et que donc, là encore, si vos enfants y dorment, vous ne bénéficiez pas de la télé !

studio résidence belambra alpe d'huez
Le studio 4 personnes: la cabine (qui se ferme par une cloison coulissante) vue depuis la pièce principale

studio résidence belambra alpe d'huez
Le studio 4 personnes: la pièce principale vue depuis la cabine

studio résidence belambra alpe d'huez
Le studio 4 personnes, vu depuis l'entrée: la cabine à gauche, la pièce principale en face, la cuisine à droite

J'ai bien apprécié les nombreux rangements: placard et penderie sous le lit superposé, tiroir coulissant sous tous les lits, banc-coffre pour ranger tout ce qui est alimentaire, et de nombreuses étagères, en particulier dans la salle de bains. Le radiateur sèche-serviette de la salle de bains est super efficace, et très pratique pour faire sécher rapidement les cagoules, gants, et même les anoraks, que j'accrochais sur la porte.

J'ai rarement vu une cuisine aussi petite, mais bon, pour le niveau de gastronomie que j'ai pratiqué, c'était tout à fait suffisant. Deux plaques électriques, un four combiné électrique/micro-ondes directement issu d'une maison de poupée, un lave-vaisselle de taille standard (ouf !) et un évier dans lequel la cocotte ne rentre même pas, et qui vous fait redoubler d'ingéniosité chaque soir pour y faire la vaisselle :) (Non, ce n'est pas l'éponge qui est grande, c'est l'évier qui est minuscule !)

studio résidence belambra alpe d'huez
Le studio 4 personnes: la cuisine

Pour la vue, comme toujours à la montagne, il vaut mieux avoir vue sur la vallée, que comme nous, sur la montagne (et la route)... ceci dit, pour le peu de temps que nous avons passé chaque jour dans l'appartement, nous n'étions pas vraiment à plaindre et puis, nous étions juste à côté des ascenseurs (sans toutefois les entendre), ça compense !

dimanche 29 mars 2009

Restaurant Le Tremplin, l'Alpe d'huez

Bon, s'il y a bien un restaurant que je peux vous conseiller à l'Alpe d'huez, c'est le Tremplin. Déjà, il est situé sur les pistes, côté Berger, ce qui en fait un excellent point de chute une fois les enfants revenus de leurs cours, et en attendant de reprendre les pistes. La terrasse est idéalement située, le service fort sympathique, et la carte suffisamment variée pour y déjeuner tous les jours de la semaine... grillades, pizzas, galettes, omelettes, snacks divers, et bien sûr toutes les spécialités du coin, de la raclette à la tartiflette en passant par les fondues. Pour le goûter, chocolat chaud-chantilly, vin chaud, crêpes variées... bref, l'embarras du choix.

J'ai toujours été très bien accueillie avec les enfants (menu à 8,5€) malgré notre inertie à l'habillage et au déshabillage (casque, cagoule, lunettes, gants, dossard, anorak, éventuellement le pull et les chaussures de ski) ;)

Cerise sur le gâteau, si vous mangez à l'intérieur le décor est super chaleureux, alliant tradition et originalité, je pense notamment au petit train qui circule accroché au plafond de la salle, pour le plus grand plaisir des enfants. Les grand sets de table en papier sont parfaits pour dessiner, et notre serveur nous a apporté le premier jour un lot de crayons de couleur et un carnet de jeux et de coloriages, avec lesquels nous avons travaillé toute la semaine.

restaurant le tremplin l'alpe d'huez

Nous y sommes revenus déjeuner tous les jours pour le rapport qualité-prix et distance-récompense que nous avons tous les trois, les Pitchouns et moi, trouvé imbattable. La visite de la grotte de la glace nous a obligés à déjeuner une fois côté Rond point des pistes dans un snack, et pour le même prix, nous avons mangé dans une cantine glaciale à tous points de vue, avec service au comptoir, assiettes en carton, couverts et verres en plastique. Mal mangé, également, les viandes étaient à peine cuites... nous avons vivement regretté notre défection :( et juré que l'on ne nous y reprendrait plus !

vendredi 27 mars 2009

Un dernier coucher de soleil sur les Alpes...

coucher de soleil alpe d'huez

jeudi 26 mars 2009

Trop bon !

J'ai pourtant pratiqué avec beaucoup de plaisir pas mal de sports mécaniques, en particulier le kart, mais aussi le jet et le quad, mais j'oublie toujours à quel point c'est bon d'être posé sur un moteur qui ronronne, avec plein de chevaux (120, je crois) à portée de manette.

Excursion en motoneige ce soir dans la montagne, au coucher du soleil... Pitchoun #1 bien accroché derrière moi, Pitchoun #2 sur la motoneige d'un de nos guides, on en prend plein les yeux en sillonnant et en gravissant les pistes. Que de plaisir pour tous les trois !

Peu de photos, j'avais besoin de ma main droite pour accélérer, elle n'était pas disponible pour appuyer sur le déclencheur... juste une petite, prise en descente, le frein est à gauche ;) (On a quand même fait une pointe à 85 kms/heure !)

randonnée motoneige alpe d'huez

dimanche 22 mars 2009

Heureux qui, comme un chien dans la neige...

chien de traineau alpe d'huez

chien de traineau alpe d'huez

samedi 21 mars 2009

Pfiouuu... quelle montée !

La montée vers l'Alpe d'Huez, mes amis, ça c'est une montée. Départ au pied de la montagne, une bonne vingtaine de virages en épingle à cheveu, et nous voilà à 2000 mètres et des poussières. C'est impressionnant à voir de loin, tous ces petits véhicules que l'on devine à dessiner leurs "Z", mais la monter soi-même... ça nous a coupé le souffle. Et encore, nous, nous étions en voiture, de tout coeur avec les efforts fournis par le moteur pourtant pas poussif de ma pépette, mais nous en avons quand même doublé 5 qui s'y collaient en vélo, dont 2 bien prêts du sommet. Et là, franchement, ça en a bouché un coin aux enfants qui ont lâché quelques applaudissements.

Vous l'aurez compris, le dernier tronçon de route est définitivement le plus beau, même si traverser le centre de la France (ses volcans, ses monts et ses forêts de sapin) ne manque pas de charme. Avouons-le, un paysage saupoudré de neige, ce serait encore plus joli... mais à moins qu'il ne neige abondamment, je crois que les chaînes ne sont pas prêtes de me servir :)

vendredi 20 mars 2009

Playing for pizza, par John Grisham

Si vous aimez le football américain, vous aimerez sans nul doute cette petite histoire d'un joueur NFL moyen, voire très moyen, qui fait une erreur magistrale lorsqu'enfin son coach l'envoie sur le terrain, en désespoir de cause, lors d'un match imperdable. Enfin, trois erreurs. En 11 minutes, Rick Dockery devient le quarterback le plus moqué depuis tous les temps aux Etats-Unis... et se retrouve farouchement détesté par les fans. Moqué, menacé, trainé dans la boue, Rick n'est pourtant pas prêt à laisser tomber sa carrière. Une seule équipe accepte de le prendre pour la saison suivante, et il s'agit de Parme... en Italie.

Rick y débarque les mains dans les poches, en américain moyen qui ne s'intéresse pas grand chose sauf à lui-même, n'a jamais mangé que des hamburgers, et encore moins écouté un Opéra. Le voilà confronté soudainement au pays du soccer et des voitures minuscules à boite de vitesse manuelle, nourri au jambon de Parme et au parmesan, interloqué par l'exubérance italienne... En face de lui, les joueurs ont un vrai métier pendant la journée, eux, et pas de salaire.

C'est plein de bonne volonté, sans grande prétention, mais c'est en même temps une jolie peinture de l'Italie... bref, si vous aimez le football américain et l'Italie, c'est définitivement un livre pour vous. Sinon, vous pouvez probablement faire l'impasse !

jeudi 19 mars 2009

Stone Cold, par David Baldacci

Je suis toujours contente de retrouver les 4 compères du Camel Club, accompagnés d'Alex Stone et d'Annabelle Conroy qui sont, il faut bien le dire de parfaits accolytes pour Oliver Stone, alias John Carr. Annabelle est toujours sur la brèche suite à sa brillante revanche contre celui qui est le responsable de la mort de sa mère, et ledit tortionnaire est à ses trousses pour récupèrer ses 40 millions de dollars... mais surtout prendre sa revanche. John Carr, pour sa part, se retrouve face à un tueur qui élimine méthodiquement ses ex-camarades du temps où il assassinait pour la CIA, avant d'être lui-même victime de son propre groupe à l'époque. Comme dans chaque tome, des alliances improbables se forment, et c'est la force de Baldacci, qui cadre finement tous ses personnages avant de les présenter les uns aux autres, pour notre plus grand plaisir.

C'est donc encore une fois une réussite, et j'attend avec impatience la suite des aventures du petit groupe, même si le Camel CLub ne sera désormais jamais plus le même. La suite des aventures de John Carr, je dois avouer qu'elle se trouve à la fin du livre, dans les premières pages de Divine Justice, que j'ai eu le plaisir de découvrir après les remerciements d'usage de l'auteur. Trop sympa, le David :)

mercredi 18 mars 2009

The Hero Factory

Ce matin, avec les petiots, nous avons passé un peu de temps sur The Hero Factory, une application en ligne qui vous propose de créer votre super-héros. Vous savez, comme ces poupées de papier que nous faisions étant petites, et que nous habillions ensuite avec des vêtements de papier, tenus par des pattes ?

Les petiots ont adoré, et j'ai l'immense plaisir de vous offrir la création de Pitchoun #2, girly à souhait... ;)

the hero factory

Rendez-vous sur The Hero Factory pour jouer au créateur !

mardi 17 mars 2009

Private joke



Pour ceux qui se poseraient la question, la chanson, c'est "You're gonna miss my lovin" de Lou Rawls... :)

lundi 16 mars 2009

Lion blanc (Zoo de La Flèche)

lion blanc zoo de La Flèche

lion blanc zoo de La Flèche

lion blanc zoo de La Flèche

dimanche 15 mars 2009

Plumes de corbeau et encre myosotis

Ayant ramassé hier de belles grandes plumes de corbeau, et sans nul doute inspirés par je ne sais quel dessin animé, les petiots s'étaient mis en tête ce matin de dessiner à la plume et à l'encre. Persuadée que cela me prendrait plus de temps de tenter de les décourager, ou de leur expliquer que non, ce n'est pas aussi simple, j'ai cédé. J'ai sorti la bouteille d'encre achetée il y a des années chez Nature et Découvertes en même temps qu'une plume de calligraphie (neuve, jamais ouverte, ce n'est pas comme si j'avais le temps !), coupé en biseau la pointe des plumes, et hop.

dessin à la plume

Et pour le coup, j'étais fort surprise du résultat. Non seulement ça marche, mais ça marche plutôt bien. Du coup, plus moyen de les arrêter, évidemment... Quelques tâtonnements pour trouver la position dans laquelle la plume écrit le mieux, et on tente d'appuyer le moins possible pour littéralement effleurer le papier. Si ça crisse, pâtés garantis. Un mauvais point pour notre papier standard, qui absorbe façon buvard. Pas assez épais peut être ?

dessin à la plume

La prochaine fois, je leur confie la plume de calligraphie, juste pour voir...

samedi 14 mars 2009

Toujours bâlade...

C'est amusant comme je tombe peu malade alors qu'avec mes deux loustics, franchement, j'héberge régulièrement (enfin, j'imagine) des colonies complètes de microbes divers et variés. Sauf que là, retour de mon business-trip le lundi tard dans la soirée, fatiguée, mais saine de corps... réveil tussif le mardi matin. Depuis, trois jours de fièvre et même avec deux jours de traitement derrière moi, je suis encore et toujours K.O. La toux m'épuise littéralement, ce qui n'est pas pour m'arranger.

Résultat, je me traîne lamentablement en prenant bien le temps de me remettre du moindre effort. Réfléchir n'est pas trop une option vu le mal de tête latent, mais je viens quand même de regarder l'avant-dernier épisode de Battlestar Galactica, que j'ai vécu comme un cadeau, tout comme ma copine La Sorcière. Je crois que c'est le fait de voir le soleil... Caprica aussi, bien sûr, mais surtout une lumière naturelle. Qu'est-ce que j'aime cette série... je me demande si je pourrai la regarder à nouveau en entier un jour.

Pensée positive: dans une semaine, je serai à l'Alpe d'Huez :)

vendredi 13 mars 2009

Tigre (Zoo de la Flèche)

Tigre Zoo de la Flèche

Tigre Zoo de la Flèche

1 2 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .