Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 30 novembre 2008

Nuits Blanches à Seattle (Sleepless in Seattle)

Il y a quelques temps, le nom de Seattle m'évoquait la comédie romantique de 1993, dont je n'avais pas gardé de réel souvenir... hier soir, en regardant le générique de début, trois noms m'ont sauté aux yeux... ceux de Tom Hanks, Meg Ryan, et Nora Ephron. Parce que "Vous Avez un Message", par contre, je crois que je commence à la connaître par coeur :)

Alors peut être que j'ai regardé "Nuits Blanches à Seattle" en étant particulièrement attentive aux points communs... mais clairement, à la fin du film, j'ai eu le sentiment d'avoir vu le brouillon de "Vous Avez un Message". Ne vous méprenez pas, c'est une charmante comédie, mais qui commence quand même par un enterrement, et dans laquelle on devine combien un petit garçon et son papa ont été malheureux pendant les 18 mois qui précédent le Noël pendant lequel tout commence. Et si tout le reste du film est traité avec humour, autant les seconds rôles que les dialogues... je crois que le fantôme de Maggie plane sur l'ensemble de l'histoire. Contrairement à "Vous Avez un Message", qui n'a rien de dramatique.

La nuit de Noël, un petit garçon passe à l'antenne d'une radio nationale pour dire que son papa a besoin d'une nouvelle femme. Et des milliers de femmes vont leur écrire... Peu convaincu par la femme que Sam se décide à fréquenter, Jonah est séduit par l'une de ces lettres, et décide de se rendre au rendez-vous fixé en haut de l'Empire State Building, le jour de la St Valentin. C'est Annie, une journaliste qui vient de se fiancer, qui a écrit, émue par ce petit garçon et cet homme qu'elle a entendus à la radio. Elle va même jusqu'à aller les voir en cachette à Seattle, sans jamais comprendre pourquoi elle en arrive à ce point là, si ce n'est son amour pour le film "An Affair To Remember"... (qui me rappelle un autre film dans lequel les deux héros se promettent de se retrouver quelque part six mois plus tard... j'aurais vu un remake ?).

Doctor Marcia Fieldstone: People who truly loved once are far more likely to love again. Sam, do you think there's someone out there you could love as much as your wife?
Sam Baldwin: Well, Dr. Marcia Fieldstone, that's hard to imagine.
Doctor Marcia Fieldstone: What are you going to do?
Sam Baldwin: Well, I'm gonna get out of bed every morning... breath in and out all day long. Then, after a while I won't have to remind myself to get out of bed every morning and breath in and out... and, then after a while, I won't have to think about how I had it great and perfect for a while.
Doctor Marcia Fieldstone: Tell me what was so special about your wife?
Sam Baldwin: Well, how long is your program? Well, it was a million tiny little things that, when you added them all up, they meant we were suppose to be together... and I knew it. I knew it the very first time I touched her. It was like coming home... only to no home I'd ever known... I was just taking her hand to help her out of a car and I knew. It was like... magic.


C'est l'entière atmosphère du film qui m'a rappelé "Vous Avez un Message"... la bande son tout d'abord, dont on sent que chaque chanson au charme désuet a été choisie avec un soin infini... "Back in the saddle" au moment où le personnage joué par Tom Hanks se décide à demander un RDV à une femme pour la première fois depuis plus de 15 ans, c'est tout simplement parfait. Surtout quand Tom Hanks se la joue cow-boy ;) Tom Hanks est toujours brillant, et plein d'humour, même à propos de lui-même... Meg Ryan est toujours à la recherche du prince charmant, avec ce romantisme totalement naïf qui lui va si bien, qu'il lui vienne d'un film, ou des livres de Jane Austen... Son personnage est d'ailleurs dans les deux cas très influencé par la figure maternelle, qui lui a appris ce qu'est la magie de l'amour, et ce qu'elle ne retrouve pas dans le couple qu'elle forme au début de chaque film avec un homme gentil... oui, juste gentil. Dans chaque film, elle en vient donc à rendre sa liberté à l'autre... parce qu'évidemment, un mariage dans lequel on s'attend juste à être de bons amis, et à vivre confortablement l'un avec l'autre serait voué à l'échec.

Walter: Marriage is hard enough without bringing such low expectations into it.

Et même si Sam et Annie n'ont jamais réellement d'échange épistolaire, l'idée d'écrire est présente tout au long du film... par les milliers de lettres que Sam reçoit, par la lettre que Jonah envoie à Annie, par celle qu'Annie écrit à Sam, avec toutes les suppositions que chacun fait sur la véritable nature de l'autre. L'allusion de Tom Hanks à "Fatal Attraction" est superbe, et nous renvoie à la coïncidence de "Vous Avez un Message", lorsqu'un serial killer est arrêté le soir où Joe n'est pas venu au rendez-vous fixé avec Kathleen. Quant à la réalisation... difficile de rater le parallèle entre les scènes ou Joe et Kathleen ne se rencontrent pas alors qu'ils suivent le même chemin tous les jours... et celles où Sam et Annie se ratent de si peu, à l'aéroport ou à l'Empire State Building. C'est drôle, fascinant, et touchant à la fois.

En résumé, j'aurais tendance à dire que Nora Ephron a appris de ses erreurs de "Nuits Blanches à Seattle" pour sa formidable réusite de "Vous avez un Message"... pas de veuvage, pas d'enfants si ce n'est ceux des autres, pas d'éloignement géographique, et des partenaires encore moins perturbés le jour de l'inévitable rupture pour avoir le champ libre. J'irais même plus loin... si Kathleen et Joe mettent plus longtemps à se reconnaître, c'est bien pour que l'on imagine leur couple plus solide sur le long terme, et que l'on s'identifie plus facilement. Annie et Sam ont cette aura magique des contes de fée... ils s'aiment sans même avoir encore échangé autre chose qu'un "Hello...".



Réalisé par Nora Ephron. Avec Meg Ryan, Tom Hanks, Bill Pullman. Sorti le 17 novembre 1993.

samedi 29 novembre 2008

Création du Sapin

Oui, je dis bien création, parce que chaque année, il faut à nouveau fixer chaque branche, une par une, sur le tronc, et déplier avec précaution le branchage, jusqu'à obtenir l'effet artistique voulu :)

sapin artificiel

J'ai beau avoir un beau-père qui élève des sapins de Noël (de l'autre côté de la France, certes), j'ai cédé il y a quelques années à la tentation du sapin artificiel. Cela ne m'amusait plus guère d'écumer les jardineries au mois de décembre pour trouver LE sapin de la bonne taille, d'autant que cela devenait de plus en plus difficile. Ni de ramasser les aiguilles qu'il ne manquait pas de perdre à profusion, ayant été cueilli tôt en saison dans les forêts de l'est, puis réfrigéré pour tenir le coup quelques semaines. Et puis bon, l'artificiel n'intéresse (presque) pas les chats, je n'ai donc (presque) jamais à le ramasser :)

sapin artificiel chat

La déco, c'est pour demain...

vendredi 28 novembre 2008

Un clavier pour les blondes

Après une journée passée sur des agrégateurs de news informatiques, j'ai au moins repéré une nouvelle qui m'a bien fait rire: le clavier pour les blondes. J'suis pas blonde, mais si j'avais des sous en trop, c'est bien le genre de chose que je m'achèterais. Na ;)

Allez, je suis bien bonne ce soir (le premier qui commente là-dessus...) je vous offre le lien... y'a même une animation Flash qui est trop glamour, trop cool, trop fabuleuse ;)

Keyboard for Blondes

jeudi 27 novembre 2008

Un flocon d'anticipation...

mercredi 26 novembre 2008

'Cor un !

coucher soleil

A l'envers, à l'endroit !

Clin d'oeil à la chanson bien connue de ... ;)

reflets

mardi 25 novembre 2008

De la maladresse féminine...

Bien sûr, si un astronaute laisse malencontreusement tomber quelque chose pendant une sortie dans l'espace, il faut que ce soit une astronaute. Dieu merci, c'est d'une trousse à outils qu'il s'agit, et non d'une trousse de maquillage :)

Ce qui est sympa dans l'histoire, c'est que cette trousse à outils est théoriquement visible aux jumelles, si l'on sait où regarder. Je vous invite donc à jeter un coup d'oeil sur le site ci-dessous, à entrer le nom de votre pays/région/patelin, puis à mettre votre bonnet et votre écharpe avant de sortir pister ladite boite à outils dans le ciel.

Satellite Flybys

Ceci dit, nous, on en revient, et on a rien vu, à part des milliers d'étoiles, des dizaines d'avions, Venus et Jupiter... On retente demain ?

Les activités du Père Castor: pochoirs et décors

Ce kit de pochoirs thématiques est une vraie réussite... non seulement par la qualité des dessins, mais surtout par son côté pratique. Une trentaine de pochoirs qui retrouvent leur place à l'intérieur de la pochette lorsqu'ils ne sont pas utilisés, et cette même pochette qui sert de chevalet pour permettre à l'enfant de colorier ses créations comme sur le modèle du livret explicatif. Trois décors presque vierges sont également fournis, histoire d'offrir une toile de fond aux histoires qui vont se dessiner.

En résumé, c'est intelligemment conçu, varié (dans celui des Chevaliers, par exemple, on fait le tour de toute l'imagerie médiévale) et d'un bon rapport qualité-prix. Évidemment les pochoirs sont en carton, mais en carton rigide, de bonne qualité, ce qui les rend parfaitement réutilisables.

Les activités du Père Castor: pochoirs et décors

Paysage Lunaire

paysage lunaire

Prise à l'instant... La question du jour: aurais-je du gommer les rondeurs de la lune pour ne garder que le croissant ?

lundi 24 novembre 2008

Luminothérapie: Lampe Innosol Lucia

Je fais partie de cette catégorie de la population qui recharge ses batteries au soleil. Je n'aime rien tant que de m'allonger sous un soleil brûlant jusqu'à ce que je ne puisse plus supporter la température. Et si je devais vous confier un secret, je vous dirais même que par les belles journées d'hiver, il m'arrive de m'allonger au soleil, de l'autre côté des baies vitrées, pour m'imprégner de chaleur et de lumière. Sauf que ces journées ensoleillées ne sont pas si nombreuses sous nos latitudes, et que finalement, je manque de lumière.

Et si lorsqu'il fait nuit j'adore un éclairage d'ambiance dans la maison, en journée, j'ai besoin d'y voir clair. Vraiment clair. Sauf que pour le coup, on ne peut pas y faire grand chose, si ce n'est se voir offrir (j'ai des amis formidables !) une lampe de luminothérapie, posée sur le bureau de l'ordinateur auprès duquel je passe la majorité de mes journées. Et là encore, je suis conquise.

Lampe Innosol Lucia luminothérapie photothérapie
Tous droits réservés

Le principe, c'est de conserver dans son champ de vision, à moins de 85 cms de distance, une lampe qui n'est pas sans rappeler celles sur lesquelles les médecins examinent les radios... 2 tubes de 55 Watts derrière un écran anti-éblouissement, même si franchement, c'est difficile de fixer la lampe. Mais ce n'est pas le but, et je travaille avec depuis trois semaines maintenant, sans rencontrer d'inconvénients pratiques.

Et franchement, même si je ne souffrais pas à proprement parler de dépression saisonnière, j'adore baigner dans cette intensité lumineuse. J'ai l'impression de chasser la grisaille, et la lampe dégage une douce chaleur pas désagréable du tout en cette saison. Cerise sur le gâteau, autant je ne me serais pas vue prendre oisivement un bain de lumière (comme la dame sur la photo, tiens), autant allumer la lampe et profiter de ses bienfaits pendant que je pianote sur mon clavier, c'est sans contraintes et pratique.


dimanche 23 novembre 2008

Comme les grands !

Tout a une fin, et aujourd'hui c'est celle de l'URL à rallonge: retrouvez-moi désormais sur www.tequilas-secrets.com ! A priori mon administrateur réseau semble avoir fait des merveilles, mais n'hésitez pas à me signaler tout comportement louche du schmilblick.

Et comme le dit un jour Philippe VI de Valois (c'est la minute Culture, ouvrez vos oreilles !): Qui m'aime me suive !

L'Arme Fatale 3

Je dois avouer que j'ai moins ri devant celui-là , même si le duo que forment Lorna et Martin est tout de même particulièrement savoureux. Je pense notamment à la scène d'antologie pendant laquelle ils examinent chacun les cicatrices de l'autre, mais finalement, chacune de leurs scènes est particulièrement ciselée point de vue dialogues. Et si dans le précédent opus Martin se trouvait une poupée fragile et naïve à aimer, ce coup-ci il s'agit d'une femme de caractère, et ça a l'avantage de me plaire beaucoup plus. C'est sans doute la raison pour laquelle la mort de Rika m'avait laissée aussi indifférente.

Ceci dit, même si je le trouve un chouia en-dessous du 2, il y a quand même un paquet de scène très drôles, et d'autres à couper le souffle, dont malheureusement je me souvenais suffisamment pour ne pas avoir d'effet de surprise. Si des années plus tard je suis encore capable de ressortir les répliques d'un film, forcément, ça gâche un peu le plaisir. Par contre, je pense que c'est quand même révélateur de combien c'est un BON film.

Réalisé par Richard Donner. Avec Mel Gibson, Danny Glover, Joe Pesci. Sorti le 12 Août 1992.




samedi 22 novembre 2008

Le Mystère du Jour

Depuis des semaines, pas mal de requêtes arrivent sur mon blog par l'intermédiaire d'une recherche sur "petiots". Des recherches internationales en particulier, ce qui m'incite à penser qu'ils ne cherchent pas à priori des nouvelles de mes enfants. Mais de quoi s'agit-il, alors ?

Simulateur d'Aube Lumie 200

Je suis normalement une couche-tard/lève-tôt, petite dormeuse, en tous les cas l'été. Je suis allergique aux volets fermés, et pendant une bonne moitié de l'année, je me réveille doucement, plus ou moins consciemment, suite aux premières lueurs de l'aube, et je me lève en bondissant (presque) légèrement hors du lit. Alors qu'à contrario, l'hiver, quand il faudrait que j'émerge alors qu'il fait encore complètement nuit dehors... j'ai l'impression d'être une marmotte qui sort d'hibernation. Ouvrir les yeux nécessite un effort surhumain, et je me dirige en titubant vers la salle de bains. Je crois que c'est l'eau de la douche qui coule sur mon visage qui achève réellement de me réveiller.

J'étais donc ravie que l'Homme mette ses doutes scientifiques de côté pour m'offrir un simulateur d'aube sur lequel j'avais déjà abondamment lorgné. En deux mots (les siens !), il s'agit de payer le prix fort pour une ampoule reliée à un programmateur-variateur. Certes. Imaginons que vous souhaitiez vous lever à 7 heures... à partir de 6h30 le simulateur se met en route, et augmente progressivement l'intensité de la lampe, de quelques Watts façon veilleuse jusqu'à 60 Watts (pour info, la séquence d'éveil est réglable de 15 à 90 minutes)... L'on ne parle pas de luminothérapie ou de photothérapie, même s'il s'agit quand même d'une ampoule à spectre "lumière naturelle". Il s'agit juste de réguler l'horloge biologique, celle-là même qui gère notre sommeil et notre éveil.

Alors, d'un point de vue personnel, j'y crois, et après presque trois semaines d'utilisation, je suis quand même plutôt convaincue. Je ne me réveille pas à l'instant où la lampe s'allume, c'est d'ailleurs bien souvent la radio, qui se met en route à 7 heures, qui me fait prendre conscience de la lumière... je regrette simplement que la lumière s'éteigne automatiquement (et il ne me semble pas que cela se règle, malgré une lecture attentive du mode d'emploi) au bout de dix minutes. Si d'aventure je ne suis pas encore levée (pour peu que ce qui se dit à la radio soit intéressant, par exemple) j'ai un peu l'impression de perdre le bénéfice du réveil en douceur...

Simulateur d'Aube Lumie 200 luminothérapie photothérapie
Tous droits réservés
(z'avez vu comme elle a l'air heureuse, la dame ?!)

Le Lumie 200 a également un mode veilleuse, la possibilité de règler une séquence d'endormissement, de produire un bruit blanc sur lequel se concentrer pour faciliter le sommeil, et de s'allumer de manière aléatoire pour simuler une présence dans la maison même lorsque vous n'y êtes pas. Bref, encore des pistes à explorer.

Pour terminer, c'est aussi un formidable outil d'incitation au sommeil pour tous ceux qui adorent lire au lit. Je me demande même si ce n'est pas l'Homme qui a spécifiquement demandé à ce que cette fonction soit intégrée, afin de le laisser dormir en paix. Je m'explique, la première fois, pas méfiante, séquence d'éveil réglée, j'allume la lampe et je me plonge dans mon bouquin. Et au fil des minutes, lire me demande de plus en plus de concentration, jusqu'à ce que je finisse par poser mon livre, persuadée d'être épuisée. C'est là que je réalise que la luminosité de la lampe est fortement réduite... Lecture et relecture du mode d'emploi, effectivement, si le mode "auto" est enclenché pour la séquence d'éveil, si vous allumez la lampe de chevet, c'est considéré comme une demande de séquence d'endormissement... et je confirme, c'est efficace. Frustrant si vous n'avez pas terminé votre chapitre, mais si, comme pour moi, il vous faut parfois des heures pour vous endormir, finalement, c'est pas mal du tout.

Le Lumie 300 vient de sortir, avec radio, MP3, programmes de méditation... encore plus cher, mais il permet probablement de se passer, du coup, de radio-réveil...


vendredi 21 novembre 2008

L'Arme Fatale 2

J'ai pris beaucoup de plaisir à regarder ce second opus, très drôle malgré des moments particulièrement dramatiques. Souvenez-vous, c'est dans celui-là que Roger se retrouve cloué pendant plus de 20 heures sur ses toilettes piégées. C'est dans celui-là également que la voiture neuve de la femme de Roger part en lambeaux au fur et à mesure du temps qui passe... C'est dans celui-là encore que l'on fait la connaissance de Leo Getz, qui sauve sa peau en étant témoin à charge... et qui n'en croit pas sa chance, ou son malheur, de se retrouver à devoir suivre en permanence ses deux anges gardiens. Roger est fidèle à lui-même, père de famille avant tout, et Martin est beaucoup moins tourmenté que dans le premier épisode, et d'autant plus drôle.



L'histoire débute par une longue course poursuite, cette fois-ci nos deux amis sont aux trousses de trafiquants Sud-Africains qui se servent allégrement de leur immunité diplomatique pour blanchir des palettes complètes de billets de $1000. Et Martin et Roger vont à nouveau légèrement oublier les règles en vigueur dans la police pour faire tomber les méchants. Très légèrement, vous vous en doutez... :)

[Rudd fires at Riggs, hitting him several times. Riggs falls, writhing in pain. Arjen's gun clicks empty. Roger aims at him]
Roger Murtaugh: [shouting] DROP IT, ASSHOLE!
Arjen Rudd: [holds up his wallet] Diplomatic immunity!
[Roger slowly rolls his head on his neck, takes aim, and fires - his bullet goes through Rudd's wallet, and then his head]
Roger Murtaugh: has just been revoked!


Réalisé par Richard Donner. Avec Mel Gibson, Danny Glover, Joe Pesci. Sorti le 02 Août 1989.


1 2 3 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .