Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 30 octobre 2008

Les Rivières Pourpres 2

Sans avoir vu le 1, j'ai plutôt bien accroché à celui-ci... c'est un bon suspens, bien emmené, servi par des acteurs intéressants, même si la brunette est fade face à Jean Reno et Benoît Magimel.

Le côté religieux de l'intrigue m'a bien plu, d'autant que l'on comprend très vite qu'il faut chercher une explication rationnelle... et non mystique. L'histoire, c'est celle de tueurs à l'apparence de moines, les anges de l'Apocalypse, qui crucifient, emmurent, égorgent... bref, liquident de manière violente des hommes prénommés comme les apôtres et exercant le même métier qu'eux, et qui seraient les gardiens d'un trésor secret... le tout sur fond de Ligne Maginot et de rivalité franco-allemande.


Tous droits réservés

Jean Reno, toujours aussi pince-sans-rire, est délicieux, surtout secondé par un Benoît Magimel pugnace et très humain à la fois. Il faut vraiment que je regarde le 1, tiens.

Réalisé par Olivier Dahan. Avec Jean Reno, Benoît Magimel, Camille Natta. Sorti le 18 Février 2004.


mercredi 29 octobre 2008

Comme d'hab', le 29 octobre...

... c'est un p'tit peu quand même mon anniversaire ;)

Promis, l'année prochaine j'y consacre plus de dix minutes et ce sera vachement plus joli !



(avec l'aimable complicité de Pitchoun#2 à l'écriture !)

Les Boulangeries Paul et ACF: Mon Petit Boulanger

Un petit mot pour relayer une (bonne) action initiée par les Boulangeries Paul et Action Contre la Faim (ACF).

Depuis quelques jours, vous trouvez en vente dans les boulangeries de l'enseigne un kit "Mon Petit Boulanger" qui contient tout le nécessaire pour initier un enfant à la fabrication du pain, élément de base de l'alimentation. Ce kit est vendu 7€, et 5€ sont reversés à ACF... il est destiné aux enfants de 5 à 12 ans, mais par expérience je sais que même à 4 ans, ils adorent mettre la main à la pâte :)

ACF Paul Mon Petit Boulanger

Le kit contient de la levure, de la farine, des pépites de chocolat, une toque de boulanger, un tablier et un livret de recettes... c'est très simple à faire, et votre enfant adorera vous faire déguster SON pain.

Dépêchez-vous, seulement 5000 kits sont proposés à la vente !

Site internet des Boulangeries Paul

mardi 28 octobre 2008

Saw

Il faut être honnête, le seul intérêt (!) de ce film bourré d'incohérences, ce sont les quelques scènes mi-gores mi-écoeurantes devant lesquelles on détourne quelques instants les yeux. Et peut être aussi que les deux acteurs principaux sont plutôt beaux gosses, mais vu la situation dans laquelle ils sont fourrés, on a pas forcément envie d'aller batifoler à leurs côtés.

John: Dr. Gordon, this is your wake-up call. Everyday of your working life you have given people the news that they're gonna die soon. Now *you* will be the cause of death. Your aim in this game is to kill Adam. You have until six on the clock to do it. There's a man in the room with you. When there's that much poison in your blood, the only thing left to do - is shoot yourself. There are ways to win this, hidden all around you. If you do not kill Adam by six, then Alison and Diana will die, Dr. Gordon... and I'll leave you in this room to rot. Let the game begin.

Nous voilà donc (enfin, eux, pas nous) au prise avec un tueur en série qui ne tue pas. Disons qu'il place ses victimes dans la position de faire des choix pour sauver leur peau, choix qui sont souvent... mortels. Il y a un certain raffinement dans la torture qui m'a rappelé Seven, que je n'avais pas aimé non plus. C'est surtout très tordu, pas crédible un instant (en même temps, c'est pas plus mal...) et plein d'invraisemblances qui donnent l'impression d'avoir été lésé. Je veux dire, on supporte les lenteurs du film, les scènes peu convaincantes, les raccourcis qui arrangent bien le réalisateur... en espérant qu'à la fin, tout cela s'expliquera par un scénario bien ficelé. Du tout. Clairement, le but ultime du film, c'est d'être une collection de tableaux qui jouent sur nos peurs.

Et ça, ça marche pas mal, tant que l'on ne se doute pas encore que l'on est mené en bateau... J'ai du mal à croire qu'on en soit au cinquième opus.

Réalisé par James Wan. Avec Leigh Whannell, Cary Elwes, Danny Glover. Sorti le 16 Mars 2005.

lundi 27 octobre 2008

Halloween Paper Toys

paper toy halloween

Je m'occupe encore du collage et du pliage, mais les petiots se débrouillent pour le découpage... et ils sont motivés pour bien faire ! Le plus petit sur The Ghost Show, le plus grand sur Professor Pumkin's Boo Bus...

Les PDFs sont à télécharger sur www.thetoymaker.com, où j'ai également trouvé cette vidéo !



(Jetez un oeil sur mes autres billets sur le thème d'Halloween!)

dimanche 26 octobre 2008

Cuisine à Six Mains

La recette, je l'avais donnée l'année dernière dans ce billet... On s'est bien amusés :)

cookies halloween

Bon, évidemment, y'a un peu de rangement/nettoyage à faire ensuite ;)

cuisine champ de bataille

(Jetez un oeil sur mes autres billets sur le thème d'Halloween!)


Le Château de Brissac: la soirée Petits Fantômes

Je crois que les Ducs de Brissac l'ont bien compris... la meilleure manière de faire revenir les locaux au Château plusieurs fois par an, ou au moins chaque année, c'est d'organiser des animations reconnues pour leur qualité. Nous avions testé la chasse aux oeufs à Pâques il y a deux ans, cette année, nous avons parcouru les salles du Château à la lueur des chandelles, pour le plus grand plaisir des Pitchouns, et le nôtre. Nous étions à la recherche de la Dame Verte, qui hante les couloirs du Château à la recherche des objets qu'elle a perdu (oui, vous l'avez deviné, elle est blonde !).

Les enfants étaient invités à venir déguisés, dont acte, mais nous avons croisé beaucoup d'adultes également en costume, certains qui étaient d'ailleurs... sans enfants. Il faut dire que ce genre de visite, à la chaleur des cheminées et à la lueur des flammes a un vrai côté magique. Nous voilà transportés en un instant quelques centaines d'années en arrière pour un aperçu, le temps d'un soir, de la vie de château...

chateau brissac nuit chandelles petit fantômes

chateau brissac nuit chandelles petit fantômes
Le Grand Salon

chateau brissac nuit chandelles petit fantômes

chateau brissac nuit chandelles petit fantômes

chateau brissac nuit chandelles petit fantômes
Les Cuisines

chateau brissac nuit chandelles petit fantômes

Des animations (magie, atelier décoration de masques, calligraphie...) étaient organisées dans la plupart des salles, et ceux qui connaissent le sous-sol auront deviné qu'il y avait également possibilité de déguster friandises et vin pour se remettre de ses émotions en fin de visite !

Nous avons aperçu la Dame Verte, mais pour moi, l'apparition la plus impressionnante, à part peut être le chevalier en armure, ce fut celle d'un petit fantôme croisé dans les escaliers... ;)

chateau brissac nuit chandelles petit fantômes

chateau brissac nuit chandelles petit fantômes

chateau brissac nuit chandelles petit fantômes

Site Internet du Château de Brissac

samedi 25 octobre 2008

Une de moins !

Wow Wee Dino

vendredi 24 octobre 2008

A fond d'dans !

dessin enfant 5 ans halloween
Pitchoun #1
(Jetez un oeil sur mes autres billets sur le thème d'Halloween!)

jeudi 23 octobre 2008

Squeezebox(TM) Duet de Logitech

Je dois avouer que depuis quelques années, je "fais avec" ma chaîne Wi-Fi, obligée de naviguer dans des répertoires informatiques quasi en aveugle, au moyen des boutons d'une télécommande siglés "multimédia" et non "informatique". Mais bon, je lui pardonnais, au moins je pouvais écouter mes fichiers MP3 à la fois depuis un PC, mais aussi sur la chaîne qui dessert musicalement le salon et la cuisine. Et tout le monde le sait, les MP3, c'est quand même génial, surtout quand on a des enfants qui n'ont pas compris des principes de base, genre:

- Les CDs, c'est joli, on se voit dedans, mais ça fonctionne beaucoup moins bien après qu'on ait joué avec.
- Et encore moins bien quand on a marché dessus. Même si on fait moins de 15 kilos.
- Et puis c'est pas utile d'essayer d'en mettre le plus possible en même temps dans la chaîne.
- Surtout si on les introduit sans ouvrir les plateaux de chargement.
- D'ailleurs, tous les sortir des boites pour faire des piles par couleur, ce n'était vraiment pas une bonne idée.

Et puis c'te chaîne, finalement, à force de m'arracher les cheveux en naviguant dessus à grand peine (je ne suis pas non plus d'une patience légendaire, c'est vrai), j'avais fini par arrêter de m'en servir. Au point que la chaîne Hi-Fi SONY de ma jeunesse ( si, celle que je m'étais offerte avec de l'argent gagné à la sueur de mon front, à travailler un été dans une usine textile en Allemagne) avait récemment réussi à retrouver subrepticement le chemin du salon. J'avais même exhumé mes CDs du coffre dans lequel je les avais rangés, hors d'atteinte de mes enfants. A moi la musique facile, j'introduis un CD, bouton PLAY, et hop !

Mais l'Homme ne l'entendait pas de cette oreille (pourtant, quand j'écoute de la musique, c'est difficile de ne pas l'entendre), et j'ai vu apparaître sur ma chaîne une petite boite noire, accompagnée de sa télécommande avec écran LCD. Mais le plus chouette, après une brève tentative d'exorcisme, c'est qu'il semblerait que cela ne soit pas dangereux du tout, voire tout bonnement génial !

Je vous explique: à la maison, on a un serveur personnel VHS-4 de Ve-hotech sur lequel on centralise toutes nos données, y compris nos fichiers MP3... Alors évidemment on y avait accès depuis nos PCs et depuis notre chaîne Wi-Fi (même si c'était laborieux). On y a maintenant accès, en toute simplicité, sur ma chaîne analogique via le Squeezebox Duet... parce que la télécommande, à l'interface complètement intuitive, permet de choisir de manière lisible la musique que l'on souhaite écouter. Bien sûr on peut créer des listes (via un logiciel sur un PC si ça nous chante), trier par artiste, album, genre... comme sur tout lecteur qui se respecte. Le p'tit plus, c'est que la télécommande (c'est du 802.11b/g, donc pas besoin de la pointer ou même d'être en vue du boitier !) affiche le titre en cours, le temps restant, la pochette associée. Le boîtier se branche sur l'entrée AUX de n'importe quel appareil mutimédia pour profiter de ses enceintes, et se connecte en Wi-Fi ou en filaire Ethernet pour aller piocher dans votre stock de fichiers. Sans serveur, ou sans ordinateur d'allumé, il reste toujours la solution de se connecter à de la musique en ligne...

Je sais bien que certains vont me parler d'iPOD, et de station d'accueil. Certes, mais quand on est 2, voire 4 à vouloir partager des fichiers musicaux ? Et si moi je veux danser sur Madonna dans la chambre pendant que l'Homme écoute tranquillement le bruit des vagues (oui, on a ça... on a même l'orage...) ? C'est quand même bien pratique, c't'histoire de serveur sur lequel on stocke tout... c'est accessible de partout, tout le temps, grâce à des périphériques comme le Squeezebox Duet. Et là, moi, je dis bravo.

Je l'avoue, les radios internet m'ont aussi bluffée, surtout que par chez nous, le réglage de la réception d'une radio est très aléatoire. Alors que les radios internet, globalement, qu'il souffle, qu'il vente, qu'il pleuve ou que les petiots aient déplacé l'antenne pour la mille et une ième fois, elles s'en fichent.

J'adore le progrés...



Squeezebox Duet sur le site de Logitech


mercredi 22 octobre 2008

Contre-Jour

engin chantier contre jour

engin chantier contre jour

J'aime beaucoup la première, en particulier je crois à cause du pare-brise... et du ciel de l'aube qui est d'une si délicate paleur.

mardi 21 octobre 2008

Enfants, Halloween et Vidéos

Pour mettre les petiots dans l'ambiance de cette fin d'octobre, outre d'avoir décoré la maison, j'ai aussi ressorti les vidéos ad'hoc...

C'est évidemment l'époque idéale pour regarder "Mickey au Club des Méchants", un spicilége d'une heure de dessins animés Disney sur le thème d'Halloween... certains sont délicieusement rétros, comme celui narré en voix off et entièrement en rimes qui voit Mickey se débattre avec sa nouvelle maison. L'on y retrouve également Dingo qui apprend le métier de fantôme, ou les fameux Riri, Fifi et Loulou qui en font voir de toutes les couleurs à leur oncle Donald, parfois sans paroles, uniquement en musique. C'est joli, ça fait peur juste ce qu'il faut, ça fait aussi rire de bon coeur, et c'est très agréable à regarder, même si cela n'a pas le réalisme technique de ce qui sort actuellement des Studios.

N'oubliez pas non plus l'intemporel "Casper le Fantôme", qui convient aux plus petits comme aux grands (ben oui, y'a plusieurs niveaux de visionnage, si je puis dire !)... tenez, je l'avais reviewé ici...

Pour les grands, c'est le moment de voir ou revoir les oeuvres de Tim Burton...

Tout d'abord "Sleepy Hollow: la Légende du Cavalier sans Tête" (que je n'ai jamais reviewé, ce n'est pourtant pas faute de l'avoir vu et revu)... l'histoire d'un enquêteur affecté à un village où chacun semble avoir un secret, avec pour mission de démasquer le tueur en série qui décapite ses victimes. Comment les choisit-il ? Qui est-il ? C'est noir, c'est effrayant, c'est une énigme à la Tim Burton menée au rythme du galop d'un destrier qui semble sorti tout droit des enfers, et dont l'épée du cavalier s'abat sur les têtes avec la régularité d'un métronome.



Et enfin "L'étrange Noël de Monsieur Jack"... tenez, pekA en parlait ici. Je serais personnellement un pouillème moins enthousiaste, mais ça reste un classique qu'il faut avoir vu pour son esthétique hors du commun.





(Jetez un oeil sur mes autres billets sur le thème d'Halloween!)

lundi 20 octobre 2008

Desperate Housewives 5x03: Kids Ain't Like Everybody Else

Je dois avouer que j’ai pris un plaisir un chouia sadique dans cet épisode à regarder les démêlés conjugaux des Scavo… une fois de plus Lynette tente de recadrer Tom avec lequel elle fait pourtant preuve d’une remarquable patience, c’est quand même, assez clairement, le cinquième (sixième ?) enfant du foyer. Les voilà donc en train de mettre un peu d’ordre dans leur garage deux voitures (dans lequel Lynette adorerait pouvoir en rentrer au moins une)… avec un Tom qui a bien du mal à se débarrasser de tout ce à quoi il pourrait avoir un jour le temps de se mettre (quand il ne sera plus père à plein temps d’une flopée d’enfants, propriétaire d’une pizzéria, et accessoirement… mari). Il y a une brèche dans le couple, et le nouveau mari d’Edie s'y engouffre en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Comme toujours, en face, Lynette a plus d’un tour dans son sac (on pourrait même dire qu’elle ne recule devant aucun subterfuge !), mais au final, c’est le pro de la manipulation qui gagne… et c’est très bien ficelé. Jouer sur le fait que Tom pourrait la tromper si elle ne lui laisse pas la liberté de s’éclater comme il en a envie, c’est mettre le doigt exactement là où ça fait mal chez les Scavo.

J’étais bien heureuse de voir Gaby repasser en mode combat, j’aimerais assez qu’elle en ait assez enduré, et qu'elle sorte la tête de l’eau… C’est pas tout cela, mais la voir brader son Aston Martin pour boucler ses fins de mois, et se retrouver à acheter une poubelle… à Andrew, qui ne lâche pas un centime, j’aurais presque envie de la plaindre. Encore plus quand le couple d’acheteurs avoue vouloir son cabriolet pour la nounou de leurs enfants, et quand elle se démène pour $300, une somme qu’elle devait dépenser de manière quasi-quotidienne chez l’esthéticienne quelques années plus tôt.

Du côté de Susan, j’aime beaucoup l’aisance qui s’est installée entre Jackson et Mike… je ne sais pas ce que cela va donner, mais à voir Susan entourée par ses hommes, je me dis que peut être qu’à deux ils réussiront à lui mettre du plomb dans le crâne ?! Quant à la voir débarquer chez Gaby une bouteille à la main pour régler leurs comptes… c’est très très mignon, d’autant plus que sous l’influence de la tequila, Gaby quitte rapidement son costume de mère de famille parfaite ;) (déjà très discret, c’est vrai !)

Et enfin, chez les Hodge, c’est Danielle, son mari, et Benjamin qui débarquent après trois ans de négociations… Orson est fou de joie et prêt à tout pour passer du temps avec celui qui fut son fils, tandis que Bree a bien du mal à retenir sa désapprobation devant la manière dont Bree élève Benjamin… impossible pour elle de se taire à la fois devant le fait qu’il soit végétarien, juif, et que ce soit Danielle qui l’éduque à domicile plutôt que de l’envoyer à l’école… Évidemment, ça ne rate pas, à peine arrivés, déjà repartis… et Orson n’épargne pas Bree… lui qui a découvert à son retour de prison que son fils leur avait été enlevé par sa mère biologique, et que sa femme s'était investie corps et âme dans son entreprise…

dimanche 19 octobre 2008

Mondialisation

(J'adore découvrir de nouveaux drapeaux dans mes stats...)

Event Horizon: la Vaisseau de l'Au-delà

J'étais prévenue qu'il était plutôt du côté horreur que SF, mais je me suis fait avoir quand même. Ca commence comme une jolie promenade dans l'espace, avec un équipage fort sympathique, des personnages comme je les aime, névrosés, mais attachants... un beau petit vaisseau qui vole au-secours de l'Event Horizon, qui avait disparu sept ans plus tôt, et qui vient de refaire surface. Certes, le docteur, paléontologue de renom dans un univers parallèle, fait des cauchemars. Mais bon, qui n'en fait pas ?

Ca se corse à bord dudit Event Horizon, dont le coeur gravitationnel commence par engloutir le petit jeune de l'équipe, avant de le restituer tout juste bon au suicide, non volontaire. (Du coup, le terme suicide est peut être pas trop approprié. Mais bref.) Explosion, vaisseau de secours HS, tout le monde se retrouve à bord de l'Event Horizon, visiblement ravi d'avoir trouvé de nouvelles âmes à tourmenter. La gentille mère de famille se met à voir partout son enfant atrocement brûlé, le capitaine est confronté au revenant d'un p'tit gars qu'il a abandonné lors d'un incendie, tandis que le Dr Weir (Event Horizon, Dr Weir, ça ne vous rappelle rien ?) retrouve avec un certain plaisir sa femme qui s'est ouvert les veines. Bref, que du bonheur. Ajoutez à cela la découverte de l'équipage précédent en sale état, et une entrée terrifiante du livre de bord, et vous aurez un tableau fidèle du film.



Je crois que ce n'est pas un mauvais exemple du genre, même si les ficelles sont sûrement un peu grosses, et même s'il n'y a pas vraiment de surprises. Qui s'en sort, à vous de le deviner ;)

Réalisé par Paul W.S. Anderson. Avec Sam Neill, Laurence Fishburne, Kathleen Quinlan. Sorti le 6 mai 1998.


1 2 3 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .