Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 31 mars 2008

Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal (Indiana Jones IV)

Suite à ma redécouverte de la trilogie, me voilà en train de chercher la bande annonce du quatrième opus. Et outre avoir déniché la bande annonce (ici, avec mon analyse de la trilogie), je suis tombée (sans me faire mal, tout va bien, merci) sur cette comparaison du trailer américain et du trailer européen, et c'est assez amusant, jugez-donc vous mêmes.

Indiana Jones (La Trilogie)

Bon, pour avoir revu les trois premiers Indiana Jones ces jours-ci, je dois avouer que je suis quand même assez impatiente de voir le IV... parce que mine de rien, notre Indiana Jones, c'est quand même un sacré personnage. Séducteur impénitent, idéaliste, futé, plein de ressources, prompt à taper dans le tas, et défenseur de la veuve et de l'orphelin.

Le premier est fort sympathique, même si j'avais sincérement l'impression de le connaître par coeur. Souvenez-vous, l'Arche d'Alliance, les nazis, Marion, le temple avec la boule qui roule (n'amasse pas mousse *pardon*). Le second, par contre est à oublier. Souvenez-vous, la chanteuse de cabaret, le culte de Kali, la cervelle de singe en dessert, mais surtout l'insupportable Demi-Lune, le petit orphelin accroché aux basques d'Indy et qui à lui tout seul décime la moitié des méchants. Le troisième, par contre, ah, le troisième... il est savoureux, peut être en particulier parce qu'il décortique le mythe Indiana Jones... son nom (celui du chien familial, en fait!), le stetson, la peur des serpents, la veste en cuir et même le fouet.

Déjà, même si je suis tombée amoureuse d'Harrison Ford le jour où je l'ai vu sauver la Princesse Leïa au cinéma, lui ajouter Sean Connery, c'est quand même une super idée. Parce qu'il est parfait dans le rôle du père incrédule et un peu distrait de notre brave Indy... tout en étant capable de clouer le bec à son imbécile de fils lorsqu'il fait des bêtises.

indiana jones sean connery harrison ford
Tous droits réservés

L'histoire du III, souvenez-vous, c'est celle de la quête du Saint Graal... Un mécène de l'université où enseigne le Dr Jones Junior lui offre de reprendre les recherches du Dr Jones Senior, lequel vient de disparaître mystérieusement. Voilà donc Junior lancé sur la piste de son père, secondé par une jeune femme, Elsa, dont l'accent allemand devrait lui mettre la puce à l'oreille. Mais quand il s'agit de faire confiance à une femme, Junior ne prend pas trop le temps de réfléchir... et c'est visiblement quelque chose qui se transmet de père en fils puisque le Dr Jones Senior a lui aussi craqué pour la dame, avant de découvrir sa perfidie. Mais Junior va faire la sourde oreille aux avertissements de son père, et l'appeler "Chèrie" jusqu'à la fin, malgré le fait qu'elle se préoccupe peu de son sort à lui.

Et je dois avouer que finalement c'est ma seule réserve sur ce film... on l'a vu craquer pour Marion, amie d'enfance, ou presque, dans le I, avant de succomber sans trop se battre à Willy dans le II, et alors que des tas de jolies demoiselles se pâment devant lui en cours, voilà qu'il craque dans le III pour une nana qui franchement n'en vaut pas la peine. J'espère qu'il vont lui mettre du plomb dans la cervelle pour le IV ;)



Les Aventuriers de l'Arche perdue. Réalisé par Steven Spielberg. Avec Harrison Ford, Karen Allen, Paul Freeman. Sorti le 16 Septembre 1981.
Indiana Jones et le Temple maudit. Réalisé par Steven Spielberg. Avec Harrison Ford, Kate Capshaw, Amrish Puri. Sorti le 12 Septembre 1984.
Indiana Jones et la Dernière Croisade. Réalisé par Steven Spielberg. Avec Harrison Ford, Sean Connery, Denholm Elliott. Sorti le 18 Octobre 1989.

Damages 1x07: We are Not Animals (Sous surveillance)

Voilà un épisode entièrement axé sur la manipulation... dans le passé, Patty manipule son fils, Ellen, et Tom avec une déconcertante facilité., qu'il s'agisse d'émanciper le fiston pour le faire rentrer de son plein gré à la maison, ou de confier à Ellen des missions qu'elle aurait normalement confié à Tom afin de semer le trouble entre eux deux. Et ça fonctionne... Tom avait proposé à Ellen de l'engager, tous deux ont menti à Patty sur le sujet, et maintenant que Patty les dresse l'un contre l'autre, le torchon brûle. Au grand dam de David, qui ne comprend pas pourquoi sa future femme se torture ainsi l'esprit. Ellen propose à Tom de faire front contre Patty, et Tom accepte avant de tout déballer à Patty, mettant ainsi Ellen dans une position difficile.

Grégory, lui, bien que mis sous surveillance et protection étroite par Patty, arrive à mettre les voiles avant d'enregistrer sa déposition. Libre et en vie pour combien de temps, ça, par contre, mystère.

Dans le présent, l'on découvre que c'est Patty qui avait invité Ellen à profiter de son appartement vide suite à sa dispute avec David... néanmoins, aucune trace d'un crime chez Patty, alors même qu'Ellen a grièvement blessé son agresseur. Dans un joli élan de clairvoyance, Ellen demande à Tom de l'aider, et si celui-ci lui affirme que Patty est introuvable, c'est néanmoins elle qu'il a au bout du fil en sortant de son entrevue avec Ellen... qui a demandé à M. Nye de faire suivre Tom, persuadée qu'il les mènera directement à Patty. Bien joué ;)

dimanche 30 mars 2008

Des petits poissons... et des gros.

Ca n'aura échappé à personne (enfin, je suppose, pas comme le changement d'heure!) que mardi c'est le premier avril. Et qui dit 1er avril dit poissons. Le net regorge d'idées de plaisanteries douteuses que les enfants peuvent faire à leur parents, mais Dieu merci, les miens sont encore trop petits pour aller les lire ;)

J'ai cherché hier soir des idées d'activités créatives pour enfants sur le thème du poisson, et je suis tombée sur des fiches explicatives d'origami très bien faites, avec des dizaines de modèles pour toutes les occasions (bon, en anglais, certes).

Origami pour les enfants.

Et sinon, pour trouver des poissons à découper il y a toujours l'option Nemo, sur les sites de coloriage (ici, par exemple), ou des poissons plus anonymes ().

samedi 29 mars 2008

Il était temps...

tonte pelouse

Le Secret de Brokeback Mountain

Je dois avouer que je ne pensais pas pouvoir être autant séduite par une histoire d'amour entre deux hommes... et c'est pourtant le cas. Est-ce que c'est la réalisation de Ang Lee (qui m'avait déjà convaincue pour Raison et Sentiments), la beauté des images, la qualité de l'histoire ou tout simplement le jeu des deux acteurs principaux qui m'a enchantée, je n'en sais ma foi rien, mais c'est un film qui vous prend et ne vous lâche plus. Je crois que je vais garder longtemps en tête les images de ce couple aussi inattendu que sublime formé par Jack et Ennis, ces deux cowboys à la virilité ravageuse. Quant à la performance d'acteur de Jake Gyllenhaal (Jack) et Heath Ledger (Ennis), elle m'a convaincue à tous les niveaux.



L'histoire, c'est celle de Jack, grande geule qui tente de gagner sa vie en faisant du rodéo, et de Ennis, infiniment plus taciturne, fiancé à une jeune femme terne, qui a l'ambition d'être un jour propriétaire de son ranch... tous les deux sont embauchés pour garder dans les montagnes un troupeau de moutons, l'un à un camp de base, l'autre avec le troupeau, réunis pour prendre leurs repas. Isolés pendant des semaines, l'amitié qui se développe entre eux deux fait place à un sentiment plus destructeur, qui va chambouler leur vie toute entière. Ennis s'endort une nuit au camp de base, trop ivre pour monter à cheval et rejoindre le troupeau... et frigorifié, il rejoint en pleine nuit Jack sous la tente. Et ces deux hommes, malgré la peur que cette relation suscite en eux, particulièrement chez Ennis, vont être incapables d'y résister. Et après les inévitables regrets au petit matin...

Ennis Del Mar: This is a one-shot thing we got goin' on here.
Jack Twist: It's nobody's business but ours.
Ennis Del Mar: You know I ain't queer.
Jack Twist: Me neither.


... on les devine jour après jour de plus en plus complices, et de plus en plus attachés l'un à l'autre. Tendres, joueurs, tantôt fraternels et tantôt amants, mais surtout, terriblement virils.

Ennis Del Mar: [with his arms around Jack] C'mon now, you're sleepin' on your feet like a horse. My mama used to say that to me when I was little. And sing to me... [humming]

brokeback mountain Jake Gyllenhaal Heath Ledger
Tous droits réservés

Et lorsqu'il s'agit de redescendre, rappelés dans la vallée plus tôt que prévu, Ennis craque, et c'est Jack qui va le capturer avec son lasso dans une scène bouleversante. Ennis, hanté par une scène de son enfance, répond à la tendresse de Jack par la violence, et ça fait partie des choses que j'ai vraiment adoré dans ce film, ces deux hommes sont prêts à tout pour ne pas cèder à leurs sentiments, mais ils vont en être incapables. Et même si les regrets sont violents, sous-jacent il reste toujours ce besoin l'un de l'autre, et le côté inéluctable de leur relation. Chacun leur tour, ils vont en vouloir terriblement à l'autre d'avoir gâché la vie bien tranquille qui était toute tracée... Et en même temps, cette complicité amoureuse et fraternelle à la fois est bien la meilleure chose qui leur soit arrivé.

J'ai adoré la scène de leurs premières retrouvailles, 4 ans après la saison sur Brokeback Mountain. Jack a envoyé une carte à Ennis, le prévenant de son passage dans les environs, et la fébrilité d'Ennis qui attend son ami est sublime, le tout sous le regard perplexe de sa femme. Et quand enfin Ennis entend s'arrêter le pick-up, et dévale les escaliers pour retrouver son ancien amant, c'est infiniment émouvant. Leur besoin l'un de l'autre est inchangé malgré les années, la passion les submerge, sous les yeux d'Alma, la femme d'Ennis, qui les regarde par la fenêtre. Dans les minutes qui suivent, Ennis remonte chez lui et présente Jack à sa femme, encore bouleversée par la scène qu'elle a vu... sauf qu'Ennis ne voit rien, n'entend rien, ne se préoccuppe même pas réellement de sauver les apparences. Il fait son sac en deux minutes, et prétexte une partie de pêche pour filer avec Jack. Et cette irrépressible envie d'être l'un avec l'autre, je l'ai trouvée sublime, tout simplement. Il y a de la violence, mais il y a aussi de la tendresse, et beaucoup de retenue.

Jack Twist: It could be like this - just like this - always.
(...) Tell you what... truth is, sometimes I miss you so bad I can hardly stand it...


Après ces quatre premières années pendant lesquelles l'un n'a cessé de penser à l'autre, et inversement, nos deux cowboys vont régulièrement passer quelques jours ensemble dans "leur" montagne, toujours sous couvert de parties de pêche. Ils vont chevaucher, chasser, deviser, s'aimer, et surtout profiter l'un de l'autre avec bonheur, et là encore, ça m'a fait fondre.

brokeback mountain Jake Gyllenhaal Heath Ledger
Tous droits réservés

Jack Twist: [looking over at Ennis in the firelight; he has laid back and is looking up at the stars, smiling] Anything interesting up there in heaven?
Ennis Del Mar: [for the first time in a long time, content] I was just sending up a prayer of thanks.
Jack Twist: For what?
Ennis Del Mar: [with a wink and a smile] For you forgettin' to bring that harmonica. I'm enjoyin' the peace and quiet.


Les reproches ne sont jamais loin puisque Jack en voudra toujours à Ennis de ne pas avoir su vivre au grand jour leur relation... mais ils demeurent incapables de vivre l'un sans l'autre. Même si au final, il le faudra bien.

Jack Twist: Tell you what, we coulda had a good life together! Fuckin' real good life! Had us a place of our own. But you didn't want it, Ennis! So what we got now is Brokeback Mountain! Everything's built on that! That's all we got, boy, fuckin' all. So I hope you know that, even if you don't never know the rest! You count the damn few times we have been together in nearly twenty years and you measure the short fucking leash you keep me on - and then you ask me about Mexico and tell me you'll kill me for needing somethin' I don't hardly never get. You have no idea how bad it gets! I'm not you... I can't make it on a coupla high-altitude fucks once or twice a year! You are too much for me Ennis, you sonofawhoreson bitch! I wish I knew how to quit you.
Ennis Del Mar: [crying] Well, why don't you? Why don't you just let me be? It's because of you Jack, that I'm like this! I'm nothin'... I'm nowhere... Get the fuck off me! I can't stand being like this no more, Jack.


Une vingtaine d'années plus tard, Ennis retrouve dans la chambre de son ami et amant la chemise que Jack portait ce dernier jour à Brokeback Mountain, lorsqu'il se sont battus pour ne pas se dire qu'ils s'aimaient, la chemise tâchée du sang d'Ennis, et la sienne, tâchée du sang de Jack, toutes les deux suspendues sur un même cintre.

Pour conclure, je comprends que ce film ait enchanté la communauté gay, parce qu'on est quand même très loin des clichés habituels, mais je dois avouer que passé un premier instant de surprise, au final, ce qui m'a séduite dans ce film, c'est l'histoire d'amour, et qu'elle soit entre deux hommes, ce n'est pas le plus important.

Je mets une seconde vidéo en lien, mais ne la regardez pas si vous n'avez pas vu le film... c'est complètement spoiler! http://www.dailymotion.com/video/x19n2_brokeback-mountain-fanvid_music. Personellement, je n'arrive pas à m'ôter ni la musique, ni les images de la tête.

Réalisé par Ang Lee. Avec Heath Ledger, Jake Gyllenhaal, Michelle Williams. Sorti le 18 Janvier 2006.

vendredi 28 mars 2008

Toujours pas d'idée sur la question?

Qui me trouvera la raison de ce pic dans mes stats? (Je précise que je ne l'avais pas revu depuis le 22...)

Sont durs...

... les billets du vendredi soir. Je suis toujours lessivée de ma semaine, physiquement et psychologiquement. C'est quand les prochaines vacances, déjà? Ah oui, mi-avril. Sauf que ce ne sera pas tout à fait de vraies vacances, mais j'aurai l'occasion de vous en retoucher deux mots!

Au programme de la soirée, c'est Le Secret de Brokeback Mountain, que je n'avais pas encore eu l'occasion de voir (EDIT: cliquez pour lire ma review). Les deux acteurs sont prometteurs, même si malheureusement Heath Ledger nous a déjà quittés (trop tôt, comme Thierry Gilardi cette semaine, quelle tristesse). Mais pour ce soir, c'est grand écran. Le vidéo-projecteur est installé, Loustique est à l'affût (C'est quoi encore votre invention, là? Pourquoi y'a une flèche qui promène sur le mur? 'Trouvez pas que ça fait beaucoup de lumière?), et je crois que l'on attend plus que moi ;)

Jeunes gens, jeunes filles, commentez, mais sans faire de bruit. Soyez sages!

Bourgeon

bourgeon

jeudi 27 mars 2008

Mon Avis à Moi sur la Chine

Toute la blogosphère s'est donné le mot, et même à la machine à café, tout le monde ne parle que de ça... fallait-il confier l'organisation des JO à un pays comme la Chine? Doit-on boycotter les Jeux? Faut-il dire ses quatres vérités à propos des Droits de l'Homme au Président Chinois?

Sur ce sujet, je voulais juste vous livrer une petite réflexion suite à ma dernière formation en Culture Asiatique... Pour mémoire, je travaille pour la succursale européenne d'un grand groupe Japonais, et nos fournisseurs sont situés dans plusieurs pays d'Asie. Ceux d'entre nous qui le souhaitent bénéficient donc régulièrement d'une formation qui permet de mieux comprendre la culture de nos interlocuteurs quotidiens afin de faciliter le dialogue et les négociations, et de préparer les déplacements sur place.

Un peu en marge de la formation, j'ai abordé le sujet "Mattel" (voir ces billets associés) avec notre formatrice, d'origine Chinoise, j'étais curieuse d'avoir son avis... souvenez-vous, peu avant Noël, l'année dernière, Mattel rappelait des milliers de jouets pour cause de non conformité des peintures et des petites pièces, et blâmait à l'époque ses soust-traitants Chinois, qui, selon les premiers communiqués n'avaient pas respecté les spécifications.

En faisant ces déclarations, Mattel a fait perdre la face au gouvernement Chinois, aux fabricants de jouets, et par extension à la Chine toute entière. Et en Asie, la notion de "face", perdre la face ou donner de la face (to lose face/to give face) est extrêmement importante. Regardez Mulan, vous comprendrez mieux. Jamais vous ne devez faire perdre la face à quelqu'un, la notion d'honneur étant autrement plus développée que dans nos cultures européennes. Si vous faites perdre la face à quelqu'un (en le mettant au pied du mur lors d'une négociation, en lui imposant des délais impossibles à tenir, en le dénigrant, en lui prouvant qu'il a tort, etc.) attendez-vous à ne jamais retravailler avec lui, ou à ne jamais obtenir quoi que ce soit de sa part.

Suite aux déclarations de Mattel, un directeur d'une usine de jouets de Canton s'est suicidé... et quelques jours plus tard, Mattel adressait publiquement ses excuses au gouvernement Chinois. Parce qu'entre-temps, Mattel avait compris que s'ils continuaient à blâmer la faute sur leurs sous-traitants, ils pouvaient faire une croix sur la production de leurs jouets en Chine.

Et le plus ironique, ou peut être le plus injuste, finalement, tout dépends du point de vue selon lequel on se place, c'est que le Syndicat des Fabricants de Jouets de la région de Canton a décidé de soutenir tout fabricant qui déciderait de porter plainte contre Mattel pour diffamation et atteinte à l'image.

Alors évidemment, l'Asie change. Ce qui était produit à Taiwan est maintenant produit en Chine et sera demain produit au Vietnam, et avec le nombre d'Asiatiques qui viennent étudier et apprendre nos méthodes soit en Europe soit aux États-Unis on peut supposer que cette culture va progressivement changer et que nous aurons de moins en moins de mal à travailler les uns avec les autres. Des lois passent en ce moment même pour modifier les conditions et les horaires de travail, nous les voyons mises en oeuvre chez nos sous-traitants, avec des effets immédiats sur les capacités de production, et pour nous... des ruptures de stock. Et c'est pour cela que finalement, je ne suis pas persuadée qu'il faille aller au conflit avec la Chine... je ne vois pas ce que nous ferions sans elle, et je ne crois pas un seul instant que nous pouvons faire une différence en leur mettant le couteau sous la gorge.

Ceci dit, c'est mon opinion, qui vaut ce qu'elle vaut. M2CW, comme on dit.

Jolie Toile

toile d'araignée

mercredi 26 mars 2008

Instants de doute

La jument sur laquelle repose mon élevage (il n'y en a qu'une!) est supposée pouliner mi-juin. Et après ces semaines de galère l'été dernier pour la faire remplir, je l'ai vue hier soir présenter tous les signes... d'une jument en chaleur. Donc non pleine, enfin, en théorie.

Internet m'a un peu rassurée, apparemment ce n'est pas rare pour une première gestation qu'une jument présente des signes de chaleurs, mais je dois avouer que j'ai quand même pris un grand coup au moral. Surtout que chez ma voisine, les naissances se succèdent, avec des petiots tous plus jolis les uns que les autres.

Bon, par superstition, j'avoue que je n'ai pas encore réfléchi au nom du produit de ma noiraude (en "U"), et vu comme ça se goupille en ce moment, ce n'est pas encore ces jours-ci que je vais trancher!

jument appaloosa queen de st servais



(Pardon, mais j'en profite pour tester un outil de sondage, à vot' bon coeur pour un clic! Je ne demande pas un avis éclairé, hein, juste votre sentiment!)

Idée à creuser

J'imagine assez le marketing que l'on pourrait faire autour de cette innovation, en particulier l'auto-réparation de la voiture et des passagers en cas d'accident.



A toutes fins utiles, rappelons l'ortograf (terme qui, orthographié ainsi, va m'amener d'autres requêtes, j'en suis sûre!) exacte qui aurait du être saisie :

A-S-S-U-R-A-N-C-E


Tequila, à votre service ;)

mardi 25 mars 2008

Stuart Little

Bon, les petits rient raisonnablement en le regardant, mais je ne peux pas dire que j'ai été séduite, à part par Geena Davis et Hugh Laurie, qui sont vraiment super mignons dans le rôle de parents adoptifs d'une souris qui cause.

Et puis j'imagine la joie que devait ressentir Hugh Laurie chaque jour de tournage en découvrant sa tenue... parce qu'entre la chemise bleu électrique à laquelle on ajoute un tricot rouge fait main, la floppée de costumes tous plus tape-à-l'oeil les uns que les autres et les noeuds-papillon toujours joliment colorés, il devait y avoir de l'ambiance.

stuart little hugh laurie geena davies
Tous droits réservés

En attendant, pour moi qui ne connaît de Hugh Laurie que la sobriété des oeuvres de Jane Austen et les reviews de Dr House chez La Sorcière, je dois avouer que ça m'a fait un choc. Ceci dit, quel acteur... et quelle actrice, ils sont parfaits dans leurs rôles respectifs!

A noter que mes pitchouns n'ont pas encore réclamé la même salle de jeux que le gamin du film, mais ça ne saurait tarder. J'en prendrais bien une pour moi aussi, d'ailleurs.

Réalisé par Rob Minkoff. Avec Geena Davis, Hugh Laurie, Jonathan Lipnicki. Sorti le 12 Avril 2000.

Hercule

Bon, ça va être un peu compliqué celui-là, parce que je n'ai pas su le regarder jusqu'au bout, je me suis arrêtée au deux tiers... il est certains dessins animés, ou non, vraiment, je ne tiens pas le coup. Et autant j'adore les Madagascar, Cars et autres Ratatouille, autant une daube comme Hercule, ça me saoule, mais grave. Là, c'est dit ;)

Et ça m'irrite d'autant plus qu'avec la mythologie, ou plutôt les mythologies, il y a quand même matière à faire de supers histoires, sans avoir besoin de taper dans un mélange des genres insupportables. Non, parce que les nanas grecques en petite tenue qui font des ronds de jambes en chantant du gospel, ça va bien cinq minutes mais ça devient quand même vite intenable. Dans le lot ils en ont mis une ronde, mais la pauvre non seulement elle a un physique pas facile, mais en plus c'est franchement pas non plus une super danseuse. Bref, ce n'est pas politiquement correct, mais ce n'est pas non plus drôle. Vraiment rien à voir avec Mulan, donc, qui est pour moi un vrai bijou.

Les travaux d'Hercule sont traités en dérision, réalisés par un imbécile fini (Hercule) qui ne connaît pas les limites de sa force, et qui n'a pas deux sous de jugeote. Heureusement il a Pégase avec lui, et Phil, mi-bouc mi-humain, grand trouillard obsédé par le sexe faible, un véritable satyre (mais j'ai toujours un doute; satire ou satyre?). Hadés ne vaut que pour sa chevelure; Meg, la beauté fatale qui lui a vendu son âme est beaucoup trop intelligente pour Hercule, et globalement les deux seuls du casting qui en vaillent vaguement la peine, ce sont les deux faire-valoir d'Hadés, Peur et Panique. Ils ne brillent pas par leur intelligence, mais au moins ça les rends limite drôles.

Bref, vous l'avez compris, celui-là, mes petiots ne sont pas prêts de le voir, je déteste voir les civilisations antiques tournées en dérision, même si j'avoue une certaine envie d'en savoir la fin, juste histoire de me conforter dans mon opinion. Je n'ai jamais regardé Kuzco non plus, mais à priori, il me fait exactement le même effet.

Réalisé par John Musker, Ron Clements. Avec Tate Donovan, Danny DeVito, James Woods. Sorti le 26 Novembre 1997.

1 2 3 4 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .