Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 31 octobre 2007

Biscuits à la Cannelle façon Halloween

cookies halloween emporte pièces

Ingrédients:
- 200 grammes de beurre
- 4 blancs d'œufs
- 250 grammes de sucre semoule
- 600 grammes de farine
- 1 cuillère à café de cannelle
- 1 pincée de levure chimique
- 1 pincée de sel
- 1 jaune d'œuf

1. Ramollissez le beurre dans une terrine.
2. Ajoutez les blancs d'œufs et le sucre. Mélangez-bien.
3. Ajoutez la farine, la cannelle, le sel et la levure.
4. Pétrissez rapidement la pâte.
5. Farinez la planche à pâtisserie.
6. Abaissez la pâte à environ 4mm d'épaisseur.
7. Découpez les formes avec les emporte-pièces (farinez-les si la pâte colle).
8. Disposez les biscuits au fur et à mesure sur une plaque recouverte d'un papier cuisson.
9. Badigeonnez les biscuits de jaune d'œuf.
10. Saupoudrez-les de sucre glace.
11. Préchauffez votre four à 200° C.
12. Enfournez et laissez cuire 10 à 12 minutes environ.

(Jetez un oeil sur mes autres billets sur le thème d'Halloween!)


Héron

héron

Celle qui avait un Bébé (Friends, épisodes 8x23 / 8x24)

Allez, qui se souvient de l'accouchement de Rachel? Qui se souvient de son exaspération et de sa frustration en voyant se succéder dans sa chambre des femmes enceintes qui arrivent, partent en salle d'accouchement, reviennent avec leur bébé tandis qu'elle attend, attend, attend encore? C'était tellement drôle cet épisode, surtout avec le retour de Janice.

Eh bien il y a trois ans, je suis allée à la maternité un vendredi soir, alors que je ressentais déjà depuis plusieurs heures des contractions de plus en plus rapprochées... et j'ai accouché le dimanche après-midi seulement, après deux nuits blanches et deux journées à attendre, attendre, attendre. Je serais peut être toujours en train d'attendre s'ils n'avaient pas décidé que visiblement j'étais prête à me faire moi-même une césarienne.

Et en voyant cet épisode de Friends quelques temps plus tard, je me suis dit qu'ils avaient du chercher le cas le plus extrème possible. Sauf que ce fut aussi le mien, pour de vrai.

Pitchoun #2 fête ses trois ans aujourd'hui... et je tiens à rassurer les futures mamans. Peu importe comment se passe l'accouchement, ça n'a vite plus aucune importance ;)

mardi 30 octobre 2007

Citrouille 2007

Je manquais de beurre pour faire les cookies, donc je me suis lancée ce soir dans ma citrouille. Modèle pris sur le site de Pumpkin Masters (simple, parce qu'on a largement bu le Champagne avant, et je ne voulais pas me couper la moitié des doigts de la main. Mais chuuuuuuuuuuut, ça c'est un secret...)

citrouille halloween chat dans la lune

(Jetez un oeil sur mes autres billets sur le thème d'Halloween!)

Desperate Housewives, épisode 4x05, Art isn't Easy

Retour de John (mais si, le jardinier) dans cet épisode… toujours aussi beau gosse, toujours aussi intéressé par Gabrielle, mais avec une coupe de cheveux affreuse (qu’est-ce qu’il a fait pour mériter ça ?). Malheureusement marié à un clone de Paris Hilton, elle-même enceinte jusqu’aux yeux, et peu satisfaite qu’il ne soit pas disposé à être à la botte de son père, et veuille réussir par lui-même. C’était quand même un super personnage, ce John. Le voilà donc qui s’incruste dans la chambre d’hôtel de Gabrielle, qui voulait profiter du fait que son mari soit à une partie de chasse pour retrouver Carlos, ex-mari et amant, en douce. Et pour le coup, c’est à mourir de rire quand Carlos est obligé de se réfugier dans le placard, et d’écouter John évoquer la fois où Gabrielle a du simuler un orgasme avec Carlos revenu à l’improviste alors qu’elle venait de faire l’amour avec lui, John, qui n’avait que eu le temps de se cacher… dans le placard. L’ironie de la situation est sublime, et conduit Carlos, après un temps de réflexion, à aller retrouver John chez lui pour lui dire qu’il lui pardonne. Qu’il comprend désormais que l’amour fait disparaître la différence entre le bien et le mal. Et sur sa lancée, Carlos décide également que lui et Gabrielle doive rompre avec leurs partenaires respectifs, et laisser passer six mois avant de se revoir à nouveau. Manque de chance, leur dernier baiser est amplement photographié par un détective… à la solde d’Edie, réellement en pétard sur ce coup là, ça va chauffer.

Pour les autres intrigues de cet épisode… notre nouveau couple, Lee et Bob, installe dans son jardin une œuvre d’art (« Art is subjective ! ») qui est également une fontaine… extrêmement bruyante, et qui mobilise l’ensemble de Wisteria Lane pour reformer une association de voisinage. Kathryn se présente comme Présidente, et fait campagne sur le thème de l’application stricte du règlement de voisinage. Cela signifie la fin de la fontaine, mais également plus de cabane dans les arbres ou de toboggan dans les jardins devant les maisons. Et du coup Lynette entre dans l’arène pour la préservation des libertés individuelles… la cabane étant terriblement importante pour ses enfants, puisqu’il s’agit du seul endroit dans lequel il est interdit d’évoquer la maladie. Au terme d’une campagne acharnée, Kathryn est élue, mais sermonnée par son mari, elle va autoriser Lynette à garder sa cabane… Par ailleurs, quand elle retourne voir Lee et Bob pour leur signifier qu’ils ont perdu… ceux-ci vont lui faire du chantage. Ils savent ce qui s’est passé à Chicago et qui a poussé le couple à quitter la ville. Nous, par contre, toujours pas. Affaire de coeur avec une patiente? Corruption de mineure? Accusations de viol?

Dernière trame : Bree et Orson retrouvent Danielle confortablement installée chez sa grand-mère, et bien décidée à garder son bébé et à l’élever dans le lotissement de retraités. Habilement conseillés par son fiston qui souligne que même les animaux qui mangent leur jeunes ont plus d’instinct maternel que Danielle, Bree et Orson vont faire à Danielle une offre qu’elle ne peut pas refuser : un cabriolet neuf et une place dans l’université de ses rêves en échange de l’enfant. Et Danielle plante là sa grand-mère, laissant une Phyllis désemparée… et à qui Bree, dans un élan de compassion, va proposer de faire du baby-sitting le samedi soir.

Titre Canal +: Dans le voisinage de la claire fontaine

lundi 29 octobre 2007

Double Jeu (Double Jeopardy)

Double Jeu, c'est l'histoire d'une jeune femme qui a tout pour être heureuse... un beau petit garçon, une superbe maison, une amie fidèle, une vie sociale bien remplie et un mari qui l'adore. Et justement, son mari qui déteste naviguer lui offre le plus beau voilier de la région, avant de proposer un week-end en amoureux à bord.


Photo © United International Pictures (UIP)

Et le rêve tourne au cauchemar. Lorsque Libby se réveille en pleine nuit, c'est pour découvrir que son peignoir est couvert de sang, et que visiblement son mari, blessé, est passé par-dessus bord. Alors qu'elle ramasse le couteau qui se trouve sur le pont, Libby se retrouve sous le projecteur des garde-côtes, prévenus par un message de détresse. Condamnée pour meurtre, Libby est emprisonnée et demande à sa meilleure amie, Angela, d'adopter son fils, Matty. Quelques temps plus tard, les visites d'Angie et de Matty cessent, et Libby découvre qu'ils sont partis sans laisser d'adresse. Lorsqu'elle arrive à nouveau à avoir son fils au téléphone, elle l'entend appeler "Papa" avant que la communication soit coupée.

Six ans plus tard, Libby bénéficie d'une libération conditionnelle et se retrouve sous la tutelle de Travis Lehman, chargé de veiller à sa ré-intégration dans la société. Libby réussit à échapper à sa surveillance, et tandis qu'elle se lance sur les traces de son mari, Travis la poursuit pour la ramener en prison... avant de se poser des questions sur sa culpabilité.

Je dois avouer que j'ai bien aimé ce film... malgré quelques scènes peu crédibles et le côté très "nouille" parfois de Libby, c'est rondement mené, équilibré, et en temps que maman, comme d'habitude, je ne peux que me sentir concernée par ce film et cette rage d'une mère à retrouver son enfant qui lui a été enlevé. Et c'est assez étonnant finalement que le titre du film laisse penser à une vengance, personellement, j'ai vu le fait de tuer le mari plus comme un moyen qu'une fin en soi.

Margaret Skolowski: Ever hear of Double Jeopardy? Fifth Amendment to the constitution?
Elizabeth 'Libby' Parsons: No.
Margaret Skolowski: It says no person can be convicted of the same crime twice, the state says you already killed your husband right? So, when you get out of here, you track him down, and you can kill him. You can walk up to him in Times Square put a gun to his head and pull the fucking trigger and there's nothing they can do about it! Kinda makes you feel all warm and tingly inside don't it?

Réalisé par Bruce Beresford. Avec Tommy Lee Jones, Ashley Judd, Bruce Greenwood. Sorti le 05 Avril 2000.

Joyeux Anniversaire ma Belle!

Oui, parfois on n'est jamais mieux servi que par soi-même ;)

Joli cadeau ce matin, la fréquentation de ce blog qui bat des records. Des commentaires de grande qualité (enfin, la plupart du temps!) et des visites, c'est déjà un premier pas :) Merci à tous.



(Et, Mr Httqm, si tu me lis, joyeux anniversaire à toi aussi...)

dimanche 28 octobre 2007

Stargate Atlantis, épisode 4x05 Travelers

Alors si vous avez aimé l'épisode 8x12, Prometheus Unbound, de SG1... (mais si, souvenez-vous, le huis-clos à bord du Prométhée entre Daniel et Vala, qui venaient tout juste de faire connaissance) vous allez aimer cet épisode d'Atlantis. Sauf que cette fois-ci il s'agit d'un vaisseau Lantien, d'une "Traveler"... et de Sheppard, qui trouve enfin une femme à sa mesure en la personne de Larrin.

Diable, il m'a bien plu celui-là. C'est qu'elle a de la poigne, la petite dame, en plus d'être fort séduisante. Enfin des alliés dignes de ce nom. Quelle jolie joute physique et verbale entre les deux loustics... les dialogues sont charmants, et je dois avouer avoir beaucoup ri à l'échange ci-dessous, malgré la référence évidente à Liz:

Sheppard: Are you sure you want to go through with this? If you don't make it, I'll feel responsible, and I really don't need the guilt.
Larrin: I'll be fine, as long as you don't shoot too early. I'm sure that's not the first time you've heard that from a woman.
Sheppard: On the other hand, I might be able to live with it.

Le reste de l'équipe d'Atlantis est juste là pour faire de la figuration pendant quelques scènes, avec Lorne aux commandes de la mission de récupération... et c'est quand même l'occasion d'un joli aveu d'amitié. Tandis que Lorne et McKay se demandent à quel ennemi ils vont être confrontés, Ronon leur demande si cela ferait une différence s'il s'agissait d'aller sauver Shep au sein d'une flotte de Hive Ships, et évidemment, tous répondent que non. C'est adorable ;)

Au final, je suis contente d'avoir retrouvé le Sheppard coureur de jupons, volontaire pour une mission de routine parce que l'équipe à ravitailler est accueillie dans une tribu indigène "désinhibée socialement", pour reprendre les termes de McKay. Parce que notre Sheppard, c'est quand même surtout comme ça qu'on l'aime. L'oeil vif et malicieux, les cheveux en bataille, toujours prêt à voler au secours d'une jolie femme, et incapable de riposter même si elle lui mets trois droites de suite. J'ajouterais presque qu'à force de lui sauver la vie il en oublie qu'à priori... leurs intérêts diffèrent toujours, au point de baisser sa garde lors d'un baiser. Il est irrécupérable, mais qu'est-ce qu'on l'aime!

L'épisode se termine à la cantine, sous les regards incrédules et amusés de Teyla, avec McKay qui se plaint de ne se faire enlever que par des Wraiths, jamais par des "hot aliens"... et Sheppard, qui dévore comme s'il n'avait rien mangé depuis des jours (il compense?), le regard rêveur. M'est avis qu'il n'est pas prêt de l'oublier, celle-là.

Oups, j'écris, j'écris, et je m'aperçois que j'ai oublié de parler du scénario. Sheppard est donc en mission de routine lorsque son jumper se fait happer par un vaisseau inconnu. Les Travelers vivent à bord de leurs vaisseaux depuis des générations pour échapper aux Wraiths. Ils ont récupéré un vaisseau de classe Aurora, mais ne possèdent pas le gène nécessaire pour en prendre les commandes... et avec l'aide de Shep, ils pensent pouvoir développer une interface... à partir de là, il s'agit d'un jeu de cache-cache à bord du vaisseau entre trois Travelers et Sheppard, puis entre trois Wraiths et l'alliance temporaire constituée par la demoiselle sus-citée et Sheppard. Très jolie scène dans le placard, tiens.

Larrin: You know, none of this would have happened if you had just cooperated. You'd be home by now, and I'd be heading back to my people with a ship that could house a thousand men, women and children.
Sheppard: Well, if you had asked for my help in the first place instead of attacking me...
Larrin (interrupting): We couldn't risk it.
Sheppard: Risk what?
Larrin: You might have said no.

Shep' sauve donc par deux fois (au moins!) les jolies fesses de Larrin, et se fait avoir comme un bleu lorsqu'elle l'embrasse, profitant du geste pour dérober le stunner qu'il a dans les mains.

Pour les afficionados, on découvre dans cet épisode que le célèbre flingue de Ronon est une technologie "Traveler"... et que s'ils ont besoin de ce vaisseau c'est parce qu'ils commencent à être obligés d'abandonner sur la terre ferme une partie de leur peuple, faute de place. C'est amusant, c'est aussi l'excuse que Vala avait servi à Daniel pour expliquer ses raisons de voler le Prométhée. Sauf que pour le coup, c'est sûrement vrai.

Captures d'écran de l'épisode sur le site de GateWorld

Le P'tit Lapin (veilleuse/réveil)

Avec les petiots, il arrive un temps, variable pour tous, je suppose, où il ne leur convient plus de rester sagement au lit en attendant que vous alliez les chercher. Non, ils se lèvent, et peu importe le nombre de fois où vous les remettez au lit, se relèvent. Evidemment, pour eux, le "encore une demi-heure" est complètement abstrait, et du coup, il passe en deux minutes. Après des jours à supporter les petiots levés à 6 heures et demi du mat', j'ai donc trouvé chez Eveil et Jeux la solution dite "du p'tit lapin".

(Et pour ceux qui n'ont pas encore d'enfants, notez bien que si l'on ne veut pas qu'ils se lèvent super tôt ce n'est pas, égoistement, pour dormir plus longtemps, mais pour éviter qu'ils ne soient déjà sur les genous à 9 heures du mat'. Parce que lorsqu'ils sont sur les genoux, c'est dans vos bras et vos jambes qu'ils se réfugient, et c'est votre énergie qu'ils pompent.)

Alors le p'tit lapin, c'est une veilleuse-réveil, et c'est vraiment la seule que j'ai vue en faisant le tour des magasins de puériculture (Bébé 9, Autour de Bébé...), et d'éveil "chic" (Nature et Découvertes). Rien non plus en hypermarché. Notez que ça peut même être un cadeau de naissance car on peut l'utiliser en veilleuse simple en remplaçant la façade mi-jour/mi-nuit par une façade nuit.

Veilleuse indicatrice de réveil chez Fnac Eveil et Jeux

Point de vue fonctionnement, les parents programment une heure de réveil à laquelle la demi-face éclairée passe d'un petit lapin sagement couché à un petit lapin qui va à l'école... Tant que le lapin dort, on reste au lit, dés qu'il se lève, on peut aussi se lever. C'est super simple à comprendre, et sans excuses, contrairement à un réveil musical avec lequel l'enfant peut penser avoir raté l'heure de réveil. Apprendre à lire l'heure, faut pas trop compter y arriver avant 5 ans, et vu que l'heure de lever du soleil change toute l'année, mais qu'on ne vit plus avec le soleil, justement, c'est pas non plus une solution pratique...

Pitchoun #1 avait 3 ans à l'arrivée du p'tit lapin, Pitchoun #2 avait 18 mois. Et même à 18 mois, il comprenait le principe. Même si tous les parents savent que comprendre ne rime pas avec adhérer ou ne jamais transgresser ;) Pour l'anecdote, pendant quelques jours cet été (les vacances, évidemment) Pitchoun #1 "levait" lui même le p'tit lapin. Il a arrêté après qu'on lui ait appris comment fonctionne exactement le petit lapin. Et qu'il ait donc compris que lever le p'tit lapin ne fait pas avancer l'heure.

Le seul bémol sur ce produit, c'est celui des ampoules. Une fois consommées celles fournies avec, c'est la croix et la bannière pour en trouver à nouveau avec les mêmes spécifications. Il a fallut les commander en ligne chez Sélectronic, et vu les frais de port, c'est à prix d'or si vous n'avez rien d'autre à acheter. Mais le sommeil est d'or, c'est bien connu ;)

samedi 27 octobre 2007

Les Chemins de la Dignité (Men of Honor)

Bon, ce qu'il y a de bien avec les histoires vraies, c'est généralement que si elles ont fait l'objet d'un film, c'est qu'elles sont belles et terribles à la fois. En contrepartie, c'est rarement une franche partie de rigolade.

Ce film, c'est la vie d'un jeune homme noir qui s'engage dans la Navy dans les années 50. Et à cette époque là, les seuls postes occupés par les noirs sont dans les cuisines des navires où règne encore une forme de ségrégation. Excellent nageur, Carl va tout faire pour intégrer l'école des plongeurs sauveteurs de la Navy, où il va gagner ses galons à la seule force de sa volonté, de son courage et de son obstination, envers et contre tous. Il va résister aux humiliations, aux vexations, et aux menaces incessantes. Blessé des années plus tard suite à un acte héroïque, Carl va demander à être amputé et appareillé pour pouvoir reprendre le service actif. Et ses adversaires d'autrefois vont devenir ses meilleurs alliés dans cette ultime bataille contre une hiérarchie qui applique des règles strictes au lieu de regarder la valeur des hommes.

men of honor les chemins de la dignité
Photo copyright UFB

Ce que j'ai trouvé terrible, c'est que la ségrégation, on l'imagine toujours nettement moindre que ce qu'elle a été réellement. J'ai peine à imaginer combien cela devait être insoutenable d'être noir à cette époque là, et on sait bien qu'encore aujourd'hui, même si la ségrégation a été abolie dans les textes, dans la vie de tous les jours, c'est loin d'être le cas.

Réalisé par George Tillman Jr. Avec Robert De Niro, Cuba Gooding Jr., Charlize Theron. Sorti le 2 mai 2001.

Etes-Vous un Vrai Jedi?

Allez, fan ou pas fan, je vous propose d'aller répondre aux questions de ce quizz... personellement, j'avais adoré la première trilogie dans ma jeunesse (Han Solo...), et beaucoup moins la seconde. J'aurais du avoir 21, j'ai cliqué deux fois sans réfléchir ;)

Quizz Star Wars

vendredi 26 octobre 2007

Ah les Profs...

... z'ont toujours des idées tirées par les cheveux pour les devoirs à faire à la maison.

Idiomatique

Ce matin, en supervisant l'habillage des petiots, Pitchoun #1 me racontait qu'un petit garçon était tombé dans les pommes à l'école...

Pichoun #1: Il marchait sans regarder où il allait, il est tombé en arrière en glissant sur les pommes, parce que ça glisse, les pommes, et il s'est cogné la tête.
Moi: Il y a des pommes à l'école?
Pichoun #1: Oui, oui, il a glissé à cause des pommes.
Moi: C'est pas plutôt arrivé chez lui? Il n'y a pas de pommes dans la cour... si?
Pitchoun #1 (avec le renfort de Pitchoun #2 qui reprend l'histoire au début): Non, non, c'était à l'école, je l'ai vu.
Moi: Et les pommes, tu les as vues?
Pitchoun #1: Non. Mais il est tombé dans les pommes.
Moi: Aaaaaaaaah, ces pommes-là :)

jeudi 25 octobre 2007

Tonalités Oranges

coucher de soleil

coucher de soleil

mercredi 24 octobre 2007

Pourquoi fêter Halloween?

"Halloween", qui se fête le 31 octobre, signifie "All Hallow's Eve" soit, littéralement, "veille de la Toussaint". Cette fête traditionelle remonte au 7ème ou 8ème siècle, après la montée du christianisme. Puisqu'il convenait de célébrer les Saints le jour de la Toussaint, les ennemis de l'église décidèrent d'adorer le diable le soir d'Halloween. Parallèlement, les druides célèbrent leur Nouvelle Année le 31 octobre. Ils croient au surnaturel (en particulier aux fantômes et aux sorcières) et allument à cette occasion des feux de joie pour honorer le dieu du soleil et faire fuir les mauvais esprits.

Ce sont les immigrants Irlandais qui amenèrent avec eux la coutume d'Halloween au Nouveau Monde. Les citrouilles décorées (Jack o' Lantern) doivent leur nom à un Irlandais nommé Jack qui aimait jouer des tours au Diable et dont la légende dit qu'après sa mort il continua à errer dans le monde des vivants avec pour seule possession un navet évidé dans lequel brûlait une braise éternelle. "Trick or Treating", le fait d'aller de maison en maison pour demander une friandise, fut instaurée par les fermiers irlandais qui allaient ainsi de fermes en fermes pour rassembler de la nourriture pour le village.



J'ai passé l'année scolaire 1991-1992 dans une famille américaine, avec deux enfants plus jeunes que moi, et j'ai vraiment gardé un super souvenir de cette fête... Imaginez que vous êtes dans votre supermarché habituel par une belle fin d'octobre et que vous faites vos courses...Ô surprise, vos M&M's, d'habitude multicolores sont exclusivement oranges et noirs, vos pâtes habituelles sont en forme de sorcières et de fantômes, et sur le parking s'étendent des potirons à perte de vue... De retour chez vous, votre promenade du soir dans le voisinage vous transporte quant à elle au sein d'un mauvais film d'épouvante. Bruits de chaînes à gauche, fantôme qui flotte dans le vent à droite... Télévision et radio s'en donnent également à coeur joie, et personne n'échappe aux histoires traditionelles, maintes fois contées, mais toujours aussi savoureuses ! J'avoue volontiers avoir fait le "trick or treating" et être revenue à la maison avec un plein sac de friandises, quelques quarters (pièces de 25 cts), et nombre d'émotions (trouille, ébahissement, stupéfaction, surprise etc.).

Halloween, pour moi qui aime le surnaturel, ça a aussi toujours été une imagerie sympathique... qui tombe en plus juste après mon anniversaire, chouette prétexte donc pour une décoration peu orthodoxe pour la fête, voire l'excuse d'une soirée déguisée. Je suis donc du 29 octobre, et ne me demandez pas comment je me suis débrouillée, mais Pitchoun #2 est né un 31 octobre...

(Jetez un oeil sur mes autres billets sur le thème d'Halloween!)

1 2 3 4 5 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .