Tequila's Secrets

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 31 août 2007

Lille: Skyline

J'ai profité de la grande roue présente sur l'esplanade le temps de la foire aux manèges pour faire quelques photos du skyline lillois. Le temps n'était pas de la partie... ne l'oubliez pas, le ciel bleu est dans le coeur des nordistes ;)

lille skyline: Le beffroi de la CCI, l'église Sainte Catherine, l'église Saint Maurice, et le bâtiment de la Voix du Nord
Le beffroi de la CCI, l'église Sainte Catherine, l'église Saint Maurice, et le bâtiment de la Voix du Nord (Les trois statues dorées représentent respectivement les 3 provinces du Nord : l'Artois, la Flandre et le Hainaut.)

lille skyline: La cathédrale Notre Dame de la Treille et un des gratte-ciels d'Euralille
La cathédrale Notre Dame de la Treille et un des gratte-ciels d'Euralille

lille skyline: Le stade Grimonprez-Jorris
Le stade Grimonprez-Jorris

lille skyline: Le beffroi de l'hôtel de ville
Le beffroi de l'hôtel de ville

lille skyline
Lille (vue générale)

Mangoustes (Zoo de Lille)

mangouste zoo de lille

mangouste zoo de lille

mangouste zoo de lille

Autres billets relatifs au Zoo de Lille:
Panda Roux
Coati
Zoo de Lille

Panda Roux (Zoo de Lille)

panda roux zoo de lille

panda roux zoo de lille

Autres billets relatifs au Zoo de Lille:
Zoo de Lille
Mangoustes

Zoo de Lille

A une époque, le zoo de Lille était symbolique… à part quelques animaux prêtés, il s’agissait surtout d’héberger les animaux exotiques récupérés à la douane et confisqués pour cause d’importation illégale. Et le zoo s’est agrandi et professionnalisé sous la direction de Frank Haelewyn, pour intégrer les programmes d’élevage des espèces en danger. En 1994, j’avais choisi le zoo comme thème de mon premier article pour le quotidien La Voix du Nord… essai transformé.

zébre zoo de lille
Zébre

Le zoo a bien changé, et il va encore changer, des projets pour son agrandissement étant dans les cartons de la ville. Mais en attendant, même s’il y a encore des grilles et des cages, les animaux sont néanmoins bien installés.

salle tropicale zoo de lille
Salle tropicale

Aucune espèce hors du commun, mais pour un zoo gratuit au cœur d’une ville, il y a quand même pas mal de choses à voir en termes de petits animaux, et c’est d’autant plus agréable qu’on les voit de prés. Je pense aux suricates, aux chiens de prairie, aux mangoustes, aux porc-épic, aux chouettes variées franchement pas farouches, et à toutes les espèces de la salle tropicale.

suricate zoo de lille
Suricate

En bref, une agréable promenade dans un site bien aménagé, niché entre la Deûle et la Citadelle de Vauban… autour d’une allée un clown sculptait pour les enfants des ballons, et remportait ainsi un large succès.

paon et son poussin zoo de lille
Paon et son poussin

Billets « photos » du Zoo de Lille
Panda Roux
Mangoustes


Retour aux Sources…

Je suis de retour en ville. Ma ville. Lille. Je suis allée faire les courses ce matin dans un hypermarché qui doit faire au moins 250 fois la surface du Super U de mon village. J’ai été réveillée à 6h45 par les camions bennes qui travaillent sur le chantier face à la maison de mes parents… création d’un terrain de foot et d’un jardin public. Depuis hier soir j’ai vu des trains de marchandises, des rames de métro, des bus, des camions en tous genres, des TGVs, tous les engins de travaux publics imaginables, et y’a des voitures qui passent en permanence devant la maison. Je me sens ultra-campagnarde, et pourtant, j’ai quand même vécu ici 22 ans…

jeudi 30 août 2007

Contact

Je profite d’être dans la voiture avec un moment devant moi pour vous parler d’un film que je n’ai pas revu ces jours-ci, mais que je connais bien pour l’avoir regardé souvent. C’est l’un de mes films préférés, et si je devais n’en citer qu’un, ce serait probablement celui-là. Parce que les acteurs principaux sont bons, très bons, en particulier évidemment Jodie Foster… Je ne crois pas voir vu de film avec une palette d’émotions aussi développée, et l’on voit l’âme d’Ellie Arroway au fond de ses yeux. C’est une actrice sublime. Le thème m’a également interpellée… peut-on encore avoir foi en Dieu s’il existe une vie extra-terrestre ? La science s’oppose t-elle à la religion ? Et enfin, l’intrigue m’a tenue en haleine… j’ai vibré à l’unisson avec Ellie, la jeune fille fragilisée qui devient une femme décidée à atteindre son but… et à avoir les réponses aux questions qu’elle se pose sur la vie.

Un petit mot encore pour dire que la réalisation du film est également magnifique, et s’il ne faut en donner qu’une preuve, c’est la scène d’introduction du film… un zoom arrière depuis la Terre jusqu’à l’univers dans sa globalité… les planètes du système solaire défilent, la Voie Lactée… pour finir sur une multitude de galaxie. Les images sont magnifiquement soutenues par les ondes radios que nous envoyons dans l’univers, des chansons les plus récentes aux premières émissions transmises... comme autant de bouteilles à la mer envoyées dans l’espace. C’est absolument fascinant à regarder.

Contact, c’est l’histoire d’Ellie Arroway, une jeune femme initiée par son père à la fois à la beauté de l’espace… et à la magie des ondes radio qui lui permettent par l’intermédiaire d’une CB de contacter d’autres radioamateurs aux quatre coins de la planète.

Young Ellie: Dad, do you think there's people on other planets?
Ted Arroway: I don't know, Sparks. But I guess I'd say if it is just us... seems like an awful waste of space.

Des années plus tard, Ellie est devenue une jeune femme solitaire et indépendante, à l’écoute d’un éventuel signal extra-terrestre via le SETI à Arecibo… La mort de son père a changé sa foi en Dieu en une approche purement scientifique de la vie, comme le découvre à ses dépends Joss Palmer (Matthew McConaughey) lorsqu’elle apprend son engagement théologique.

Ellie Arroway: So what's more likely? That an all-powerful, mysterious God created the Universe, and decided not to give any proof of his existence? Or, that He simply doesn't exist at all, and that we created Him, so that we wouldn't have to feel so small and alone?

Ellie, scientifique et sérieuse versus Joss qui professe une foi « moderne », c’est la bipolarité sur laquelle repose avec brio tout le film… et leurs dialogues communs sont toujours superbement ciselés, parfois avec beaucoup d’humour…

Palmer Joss: What are you studying up there?
Ellie Arroway: Oh, the usual. Nebulae, quasars, pulsars, stuff like that. What are you writing?
Palmer Joss: The usual. Nouns, adverbs, adjective here and there.


Et parfois infiniment troublants…

[Ellie challenges Palmer to prove the existence of God]
Palmer Joss: Did you love your father?
Ellie Arroway: What?
Palmer Joss: Your dad. Did you love him?
Ellie Arroway: Yes, very much.
Palmer Joss: Prove it.

Recherche de financement privé obligatoire pour Ellie lorsque David Drumlin coupe ses fonds de recherche publics, regrettant qu’elle ne s’intéresse pas à des sujets « sérieux ».

Executive: We must confess that your proposal seems less like science and more like science fiction.
Ellie Arroway: Science fiction. Well you're right, it's crazy. In fact, it's even worse than that, nuts.
[angrily slams down her briefcase and marches up to the desk]
Ellie Arroway: You wanna hear something really nutty? I heard of a couple guys who wanna build something called an "airplane," you know you get people to go in, and fly around like birds, it's ridiculous, right? And what about breaking the sound barrier, or rockets to the moon, or atomic energy, or a mission to Mars? Science fiction, right? Look, all I'm asking, is for you to just have the tiniest bit of vision. You know, to just sit back for one minute and look at the big picture. To take a chance on something that just might end up being the most profoundly impactful moment for humanity, for the history... of history.

Ellie poursuit sa quête sur le site du VLA (Very Large Array) au Nouveau Mexique… et capte enfin un message. Et entendre ce message, ça m'a donné la chair de poule... j'étais suspendue aux battements entendus dans le casque d'Ellie... et à la confirmation de la nature du phénomène. Au moins aussi enthousiaste et excitée qu'elle. Ce qui est évidemment ridicule, c'est un film, après tout ;)

Ellie Arroway: [listening to the message] Those are primes! 2,3,5,7, those are all prime numbers and there's no way that's a natural phenomenon!

L’humanité toute entière est en émoi… et toutes les communautés, qu’elles soient scientifiques, militaires, politiques, ou religieuses sont chacune convaincues être de plein droit le récipiendaire du message, le tout dans un chaos total.

Michael Kitz: Your having sent this announcement all over the world may well constitute a breach of national security.
Ellie Arroway: This isn't a person-to-person call. You can't possibly think that a civilization sending this kind of message would intend it just for Americans.
Michael Kitz: I'm saying you might have consulted us; obviously, the contents of this message could be extremely sensitive.
Ellie Arroway: You want to classify prime numbers now?


A l’intérieur du message se trouvent les plans d’une machine dont la fonction est inconnue… une première version à bord de laquelle devait embarquer David Drumlin est détruite par un fanatique religieux, et Ellie embarque dans le second modèle, pour ce qu’elle espère être une rencontre avec des extra-terrestres…

Ellie Arroway: Why did you do it?
Palmer Joss: Our job was to select someone to speak for everybody. And I just couldn't in good conscience vote for a person who doesn't believe in God. Someone who honestly thinks the other ninety five percent of us suffer from some form of mass delusion.
Ellie Arroway: I told the truth up there. And Drumlin told you exactly what you wanted to hear.
(…)
Palmer Joss: By doing this, you're willing to give your life, you're willing to die for it. Why?
Ellie Arroway: For as long as I can remember, I've been searching for something, some reason why we're here. What are we doing here? Who are we? If this is a chance to find out even just a little part of that answer... I don't know, I think it's worth a human life. Don't you?
(…)
Palmer Joss: The reason I didn't vote for you to go Ellie, was a good reason but it wasn't the real one. I didn't vote for you to go, because I don't want to lose you. Now you find your way home, all right?



Photo copyright Warner Bros France

Quel sera l’impact de cette confrontation pour Ellie… et l’humanité toute entière ? La fin du monde, ou la promesse au contraire d’un monde meilleur ?

Ellie Arroway: I... had an experience... I can't prove it, I can't even explain it, but everything that I know as a human being, everything that I am tells me that it was real! I was given something wonderful, something that changed me forever... A vision of the universe, that tells us, undeniably, how tiny, and insignificant and how... rare, and precious we all are! A vision that tells us that we belong to something that is greater than ourselves, that we are *not*, that none of us are alone! I wish... I... could share that... I wish, that everybody, if only for one... moment, could feel... that awe, and humility, and hope. But... That continues to be my wish.

Pour conclure, je voulais juste ajouter que j’adore les dialogues (ça se voit, je sais), et que les images sont sublimes, réellement. La grandeur des sites est… à couper le souffle. Je ne rends pas à ce film tout l'hommage qu'il mérite... regardez-le. vraiment.

Réalisé par Robert Zemeckis. Avec Jodie Foster, Matthew McConaughey, Tom Skerritt. Date de sortie : 17 Septembre 1997.

De Bonne Volonté

J'adore ces matins où toutes les bouteilles qui sont dans la douche sont vides... Où je les soupèse une par une pour finalement toutes les mettre dans la poubelle. Et soudainement je percute. A la sortie de la douche hier soir les petiots étaient tout fiers: "elle est propre, hein, dis, maman, on a bien travaillé"...

mercredi 29 août 2007

Matériel Photo

Puisque c'est une question qui revient régulièrement, quelques mots pour décrire mon équipement photo.

L'appareil: Canon EOS 20D

Acheté pour remplacer à la fois mon compact numérique et mon réflex argentique que je trimballais tous les deux partout. Selon les circonstances, je shootais avec l'un ou l'autre, et c'était pas super pratique ;) Je voulais un réflex rapide, et capable de travailler dans des conditions de lumière difficile, je ne suis pas fan de la photo au flash... La marque c'était forcément Canon puisque je voulais pouvoir recycler mon vieux 100-300mm UltraSonic acheté d'occaz à un photographe pro en 94... et éventuellement mon flash externe qui date de la même époque.

Les objectifs

En plus du 18-55mm livré avec l'appareil, j'ai acheté fin juin un 70-300mm avec stabilisateur, toujours de chez Canon. Mon vieux 100-300 donnait des gros signes de fatigue (problèmes de communication) et la netteté était un chouia frustrante. J'ai inauguré mon nouveau zoom au Salon du Bourget... avec beaucoup de plaisir. Je pensais acheter un monopode, mais vu que le stabilisateur a l'air de fonctionner super bien, et que je ne vois pas de différence notable dans la longévité de la batterie, pour l'instant, j'ai mis l'idée de côté.

La télécommande: Canon TC-80N3

Complément indispensable du trépied pour toutes les photos qui réclament un temps de pose... feu d'artifice, orage, ciel profond. Au-delà du fait de "délocaliser" le déclencheur, et de ne pas être obligé de laisser le doigt appuyé dessus pendant toute la pose... celle que j'ai choisi permet aussi de faire des tas de choses sympa que je n'ai pas encore testé... l'intervallomètre qui permet par exemple définir des prises de vue en rafale avec un intervalle donné entre chaque photo. Les circonstances ne s'y prêtaient pas cette année, mais je tenterai peut être une prochaine fois les étoiles filantes de cette manière.

télécommande TC-80N3 pour reflex Canon EOS 20D

La housse étanche: ewa-marine

Vu le prix de l'appareil, et vu que j'étais frustrée de ne pas pouvoir le prendre absolument partout (...) j'ai aussi choisi une housse étanche adaptée à mon réflex... Je ne l'ai pas encore testée sous l'eau, elle est supposée être étanche à 20 mètres, mais elle m'a permis d'emporter l'appareil aux bébés nageurs, de le garder autour du cou sur les pistes de ski, et de le poser négligemment sur le sable à la plage... A noter qu'une fois l'appareil dans la housse, pas question de modifier la focale ou de procéder au moindre réglage, la seule chose réellement faisable, c'est d'appuyer sur le déclencheur. Avec le froid la housse se rigidifie, mais même avec les gants de ski, y'a pas de soucis pour prendre des photos.
Ils commercialisent différents types de housses, y compris pour accommoder en plus du boitier un flash externe ou un téléobjectif... j'ai la plus simple, le modèle U-A.

housse étanche ewa marine pour reflex
(évidemment il faut enlever le cache AVANT de fermer la housse...)

Fête Médiévale à Champtocé sur Loire

Oyez, oyez! (Je voulais justement parler de Champtocé sur Loire, alors un grand merci à Doberman pour ces photos du château prises hier soir...) ce 9 septembre, donc, aura lieu la fête médiévale: marché, exposants, jeux d'armes, troubadours, repas médiéval... et pour cloturer la journée, un feu d'artifice. A vos agendas!

Pour plus d'informations: Site officiel La Croix de Sable et Gilles de Rais

château Champtocé sur Loire

mardi 28 août 2007

Presqu'en direct!

ULM pendulaire

ULM pendulaire

ULM pendulaire

Le Patient Anglais (The English Patient)

Au programme d’hier soir, un film que j’avais vu lors de sa sortie, qui m’avait beaucoup plu mais que j’avais trouvé tellement chargé émotionnellement que je ne l’avais jamais revu. C’est peut être le fait de voir voler des biplans ce week-end qui m’a donné le coup de cravache nécessaire pour le regarder à nouveau.

Le Patient Anglais, ce sont deux histoires en parallèle. L’une se situe dans le désert, en 1939, et c’est celle d’un homme, un cartographe hongrois, qui tombe amoureux de la femme d’un autre. L’autre se situe en Toscane, en 1944, et c’est celle d’une femme, infirmière canadienne, qui voit mourir tous ceux qu’elle aime et se raccroche à un grand brûlé qu’elle soigne envers et contre tous.

En 1939, un groupe d’hommes cherche à cartographier le désert… à partir d’un camp de toile, ils explorent en tous sens le Sahara, cherchant à percer ses mystères et à établir des routes. Un photographe anglais, jeune marié, les rejoint pour un temps avec sa femme, Katherine, joliment interprété par Kristin Scott-Thomas qui n’hésite pas à se mettre à nu, littéralement. Le coup de foudre avec le Comte Almasy (Ralph Fiennes) est immédiat même s’il n’est pas question de céder à la tentation... Katherine veut son amitié tandis que lui ne cache pas son hostilité envers elle, jusqu’à ce que la menace de la guerre se fasse plus pressante.

Katharine Clifton: Will we be alright?
Almásy: Yes. Yes, absolutely.
Katharine Clifton: "Yes" is a comfort. "Absolutely" is not.


En 1944, une longue colonne d’ambulances travers l’Italie… à bord de l’une d’elle, une jeune femme bouleversée par la mort omniprésente autour d’elle. En passant devant un monastère abandonné, elle s’installe dans ce havre de paix avec son patient le plus mal en point, un grand brûlé. L'homme est amnésique et a pour seule possession un livre qui lui sert également de carnet de notes et contient des bribes de sa vie sous forme de dessins ou de mots griffonnés. Ils sont rejoints par un homme mystérieux qui semble connaître le passé de ce patient anglais. Puis par des démineurs chargés de nettoyer les environs des mines et des bombes qui n’ont pas explosé… Une tendre histoire d’amour va naître au milieu de ces décombres tandis que sont évoqués en flash-back des bribes du passé des uns et des autres.

Comme au premier visionnage, j’ai été bouleversée par l’intensité de Ralph Fiennes, qui joue de manière sublime… difficile de décrire son personnage, si froid, si solitaire et en même temps tellement humain et tellement passionné. Un homme qui sacrifie tout par amour, sans hésiter un seul instant. Ce n’est pas un super-héros prêt à sauver le monde. Au contraire, il sacrifie le monde pour sauver la femme qu’il aime. Politiquement incorrect… mais tellement bouleversant.

Almásy: This... this, the hollow at the base of a woman's throat, does it have an official name?
Madox: Good God, man, pull yourself together.
(...)
Almásy: There is no God... but I hope someone looks after you.
Madox: Just in case you're interested, it's called the suprasternal notch. Come and visit us in Dorset when all this nonsense is over.
[Heads away but turns back]
Madox: You'll never come to Dorset.

Et au-delà des deux histoires, les paysages sont magnifiques, que ce soit l’ocre du désert, ou la blancheur de la Toscane. Terriblement dépaysants.

(Petit détail noté au générique, Torri Higginson, alias Elizabeth Weir dans Stargate Atlantis, fait partie du casting…)

Réalisé par Anthony Minghella. Avec Ralph Fiennes, Kristin Scott-Thomas, Juliette Binoche, Willem Dafoe, Colin Firth. Sorti le 12 Mars 1997.

lundi 27 août 2007

J-5

En bonne Lilloise d'origine, j'émigre vers Lille ce week end pour la braderie... je vais admirer les tas de moules frites, flâner, jouer des coudes dans la foule bigarrée et cosmopolite, humer l'odeur des merguez brûlées et des kebabs clandestins, éviter les cadavres de Jeanlain qui jonchent le sol, chiner, marcher un demi-million de kilomètres, plier sous le poids d'un sac à dos rempli de bazar au fur et à mesure de la journée, et, accessoirement, voir mes parents. Je précise que ma mère a le même programme en tête et qu'on en fera vraisemblablement une partie à deux :) Mais pour les vrais, le noyau dur, la braderie, c'est un truc individuel. Personne n'a exactement les mêmes envies que son voisin.

Lille Vieille Bourse et Beffroi CCI

La Vieille Bourse (premier plan) et le Beffroi de la CCI (arrière plan) - photo scannée et hors braderie, désolée!

Les Vacances sont Finies



Il est temps de troquer les baskets pour les talons...

Journée au bord de l'Océan





Et 250 photos de mes Pitchouns en train de jouer dans l'eau...

dimanche 26 août 2007

Bien joué

Je me demande combien de temps dure une pile de montre... parce que celle qui est dans la mienne m'a lâchée pour cette première journée de l'année à la plage (et dernière journée de vacances). Quand elle indiquait 18h15, l'heure de se mettre en route tranquillement, il était en fait 19h30. Soit 1h15 de soleil et de sel en rab'. Et ça, c'est quand même super bien joué :)

1 2 3 4 5 6 >

ERRORE: Non riesco a connttermi a MySQL! Controllare config.php .